Devoir de Philosophie

Rotrou, le Véritable Saint Genest (extrait).

Extrait du document

Rotrou, le Véritable Saint Genest (extrait). À l'époque des persécutions menées à Rome contre les chrétiens, une représentation théâtrale a lieu devant l'empereur romain Dioclétien. L'acteur Genest y tient le rôle d'un martyr, Adrien, dans une comédie parodiant les cérémonies chrétiennes. La fiction rejoint alors la réalité : l'acteur, touché par la grâce du personnage qu'il interprète, abandonne son texte pour se livrer à une véritable profession de foi. S'ensuit une grande confusion parmi ses partenaires Marcelle, Lentule et Ségeste, qui ne retrouvent pas dans leur livret les vers récités par Genest converti, devenu « le véritable Saint Genest «. Le Véritable Saint Genest de Jean Rotrou (acte IV, scène 7) GENEST, regardant le ciel, le chapeau à la main. Suprême Majesté, qui jettes dans les âmes Avec deux gouttes d'eau de si sensibles flammes, Achève tes bontés, représente avec moi Les saints progrès des coeurs convertis à ta Foi ! Faisons voir dans l'amour dont le feu nous consomme, Toi le pouvoir d'un Dieu, moi le devoir d'un homme ; Toi, l'accueil d'un vainqueur sensible au repentir, Et moi, Seigneur, la force et l'ardeur d'un martyr. MAXIMIN Il feint comme animé des grâces du baptême. VALÉRIE Sa feinte passerait pour la vérité même. PLANCIEN Certes, ou ce spectacle est une vérité, Ou jamais rien de faux ne fut mieux imité. GENEST Et vous, chers compagnons de la basse fortune Qui m'a rendu la vie avecque vous commune, Marcelle, et vous, Sergeste, avec qui tant de fois J'ai du Dieu des chrétiens scandalisé les lois, Si je puis vous prescrire un avis salutaire, Cruels, adorez-en jusqu'au moindre mystère, Et cessez d'attacher avec de nouveaux clous Un Dieu qui sur la croix daigne mourir pour vous ; Mon coeur illuminé d'une grâce céleste... MARCELLE Il ne dit pas un mot du couplet qui lui reste. SERGESTE Comment, se préparant avecque tant de soin... LENTULE, regardant derrière la tapisserie. Holà, qui tient la pièce ? GENEST Il n'en est plus besoin. Dedans cette action, où le Ciel s'intéresse Un Ange tient la pièce, un Ange me radresse ; Un Ange par son ordre a comblé mes souhaits, Et de l'eau du baptême effacé mes forfaits. Ce monde périssable et sa gloire frivole Est une comédie où j'ignorais mon rôle ; J'ignorais de quel feu mon coeur devait brûler, Le Démon me dictait quand Dieu voulait parler ; Mais depuis que le soin d'un esprit angélique Me conduit, me radresse et m'apprend ma réplique, J'ai corrigé mon rôle, et le Démon confus, M'en voyant mieux instruit, ne me suggère plus ; J'ai pleuré mes péchés, le Ciel a vu mes larmes, Dedans cette action Il a treuvé des charmes, M'a départi sa grâce, est mon approbateur, Me propose des prix, et m'a fait son acteur. LENTULE Quoiqu'il manque au sujet, jamais il ne hésite. GENEST Dieu m'apprend sur-le-champ ce que je vous récite ; Et vous m'entendez mal, si dans cette action Mon rôle passe encor pour une fiction. DIOCLÉTIAN Votre désordre enfin force ma patience ; Songez-vous que ce jeu se passe en ma présence ? Et puis-je rien comprendre au trouble où je vous vois ? GENEST Excusez-les, Seigneur, la faute en est à moi, Mais mon salut dépend de cet illustre crime ; Ce n'est plus Adrian, c'est Genest qui s'exprime ; Ce jeu n'est plus un jeu, mais une vérité Où par mon action je suis représenté, Où moi-même l'objet et l'acteur de moi-même, Purgé de mes forfaits par l'eau du saint-baptême, Qu'une céleste main m'a daigné conférer, Je professe une loi que je dois déclarer. [...] Source : Rotrou (Jean), le Véritable Saint Genest, 1645. Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

« GENEST Il n’en est plus besoin. Dedans cette action, où le Ciel s’intéresse Un Ange tient la pièce, un Ange me radresse ; Un Ange par son ordre a comblé mes souhaits, Et de l’eau du baptême effacé mes forfaits. Ce monde périssable et sa gloire frivole Est une comédie où j’ignorais mon rôle ; J’ignorais de quel feu mon cœur devait brûler, Le Démon me dictait quand Dieu voulait parler ; Mais depuis que le soin d’un esprit angélique Me conduit, me radresse et m’apprend ma réplique, J’ai corrigé mon rôle, et le Démon confus, M’en voyant mieux instruit, ne me suggère plus ; J’ai pleuré mes péchés, le Ciel a vu mes larmes, Dedans cette action Il a treuvé des charmes, M’a départi sa grâce, est mon approbateur, Me propose des prix, et m’a fait son acteur. LENTULE Quoiqu’il manque au sujet, jamais il ne hésite. GENEST Dieu m’apprend sur-le-champ ce que je vous récite ; Et vous m’entendez mal, si dans cette action Mon rôle passe encor pour une fiction. DIOCLÉTIAN Votre désordre enfin force ma patience ; Songez-vous que ce jeu se passe en ma présence ? Et puis-je rien comprendre au trouble où je vous vois ? GENEST Excusez-les, Seigneur, la faute en est à moi, Mais mon salut dépend de cet illustre crime ; Ce n’est plus Adrian, c’est Genest qui s’exprime ; Ce jeu n’est plus un jeu, mais une vérité Où par mon action je suis représenté, Où moi-même l’objet et l’acteur de moi-même, Purgé de mes forfaits par l’eau du saint-baptême, Qu’une céleste main m’a daigné conférer, Je professe une loi que je dois déclarer. […] Source : Rotrou (Jean), le Véritable Saint Genest, 1645. Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles