Devoir de Philosophie

« Un roman n’est qu’une histoire bien racontée.» Que pensez-vous de cette affirmation d’un auteur contemporain ?

Extrait du document

histoire

Le roman, qui a fait son apparition au Moyen-âge, est un genre littéraire ayant pour but de narrer une histoire fictive. Chaque siècle a connu ses romanciers et, aujourd’hui, le roman est le genre le plus exploité par les écrivains. Un auteur contemporain affirme : « Un roman n’est qu’une histoire bien racontée «. Son opinion n’est-elle pas restrictive ? Nous verrons dans une première partie qu’un roman est en effet une histoire bien racontée, puis, dans une seconde partie, nous proposerons un complément de cette définition. L’auteur affirme qu’un roman est une histoire bien racontée, et nous pouvons facilement lui donner raison. Tout d’abord, le roman suit un schéma narratif bien défini, simple, permettant une compréhension aisée au lecteur. Un roman tel que L’échappée belle d’Anna Gavalda est plaisant à lire car l’histoire est légère et limpide. Le lecteur est transporté au cœur d’une joyeuse fratrie qui décide de s’éclipser d’une cérémonie de mariage soporifique. Ce roman se lit d’une traite et le lecteur appréciera une narration fluide et une intrigue simple. De plus, le romancier offre des descriptions captivantes qui, d’une part, donnent l’impression au lecteur de se trouver dans les lieux de l’action, et d’autre part servent à maintenir le suspense. Cet extrait de La Peau de chagrin en est la preuve : « Tout à coup, il crut avoir été appelé par une voix terrible, et il tressaillit comme lorsqu’au milieu d’un brûlant cauchemar nous sommes précipités d’un seul bond dans les profondeurs d’un abîme. [...] Figurez-vous un petit vieillard sec et maigre, vêtu d’une robe en velours noir [...]. « Dans ce passage, Balzac dresse un tableau de cette atmosphère soudain étrange dans laquelle se trouve le héros ; il invite le lecteur à imaginer le curieux personnage apparu mystérieusement en l’interpellant d’un « Figurez-vous «. Enfin, la lecture est d’autant plus agréable que l’auteur a un style attachant. Chaque lecteur a ses préférences et peut, parmi une multitude d’auteurs, dénicher celui ou ceux qui sont à même de répondre à ses attentes. Les amateurs de récits modernes, au style parlé, « vrai «, apprécieront les romans d’Anna Gavalda comme Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part ou L’échappée belle, alors que ceux qui ont un faible pour les descriptions alambiquées se tourneront plutôt vers Balzac. Quant aux adolescents, nombre d’entre eux seront séduits par l’écriture de Patrick Cauvin, qui, par le biais de jeunes héros tels que Daniel et Lauren dans e=mc2 mon amour, ou Zéphyrin dans Une seconde chance, retranscrit bien les émotions qu’ils peuvent ressentir. Un roman est donc une histoire construite, détaillée et mise en forme par l’écrivain, ce qui peut la rendre passionnante. Tous ces éléments démontrent que l’opinion de l’auteur de la citation est fondée. Cependant, un roman n’est pas seulement une « histoire bien racontée « ; cette définition est à compléter. Le roman offre une vision élargie de l’Homme et du monde à différentes époques et peut mener à une réflexion profonde sur les sujets, les périodes traités par l’auteur. Certains romans proposent une description de la situation politique à un moment clé de l’Histoire. Cela permet au lecteur de connaître les périodes qu’il n’a pas vécues. Par exemple, Le silence de la mer de Vercors met en scène un officier allemand, Werner Von Ebrennac, qui s’installe chez deux français durant la seconde guerre mondiale. Vercors restitue une atmosphère tendue, lourde de silence, et nous montre les relations franco-allemandes en cette période de guerre. Le Silence de la mer, ainsi que de nombreux autres romans du même type, est certainement plus enrichissant qu’un manuel d’histoire, car il ne se contente pas de retracer les événements politiques ; il nous plonge au cœur de la population qui les a subis. Un auteur peur se servir de son roman pour dépeindre la société contemporaine, comme Balzac le fait dans La Peau de chagrin : « Ce petit monde obéissait, sans le savoir peut-être, à la grande loi qui régit la haute société [...] Un regard rétrograde [...] en montra [à Raphaël] le type complet en Foedora. [...] [Foedora] vit d’or et de moquerie. « Balzac nous décrit la haute société des années 1830 par le biais du personnage de Foedora. Enfin, le plus souvent, un roman mène à la réflexion. Il nous incite à méditer sur le sujet traité : nous pouvons être en accord avec la thèse soutenue par l’auteur par l’intermédiaire de ses personnages et donc chercher des arguments qui pourraient la contredire. Au contraire, nous partageons le point de vue de l’auteur et nous sommes enchantés de découvrir par quels procédés il transmet ses idées. Dans Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, Dai Sijie dépeint la Chine de Mao Zedong, qui avait censuré les ouvrages qu’il considérait comme néfastes. Les héros sont deux jeunes hommes qui entrent en possession de quelques-uns de ces livres interdits et découvrent ainsi les multiples plaisirs de la lecture. Ce roman peut nous amener à nous questionner sur la nécessité de la lecture, sur ce qu’elle apporte. Est-elle utile ? Indispensable ? Est-il bon de l’interdire ? Toutes ces questions peuvent en apporter de nombreuses autres, qui ne sont pas soulevées dans le roman : si interdire la lecture est mauvais, faut-il pour autant l’imposer ? Nous pouvons cogiter à l’infini. Un roman, en plus d’être une « histoire bien racontée «, peut être un miroir du monde et de la société contemporaine à l’auteur, et engendre une réflexion sur divers sujets. Comme nous l’avons démontré, l’opinion de l’auteur contemporain comporte une part de vérité, mais elle est restrictive. Un roman est bel et bien une histoire racontée par un auteur qui, avec un style personnel, l’agrémente de descriptions et d’éléments créant le suspense ; mais il donne également une large vision du monde et de l’Homme et porte à la réflexion.

Liens utiles