Devoir de Philosophie

La nature permaculture agriculture

Publié le 09/06/2022

Extrait du document

« L’agriculture fait partie intégrante de la société actuelle. En effet, ce secteur est responsable de nourrir l’intégralité de l’humanité, et c’est ce qui fait de ce secteur un sujet de grande importance. Cependant, celui-ci est très émetteur en GES et participe fortement au réchauffement climatique. Alors, nous venons à nous poser la question suivante : comment nourrir l’humanité sans détruire la planète ? Premièrement, nous verrons que l’humanité doit changer sa manière de produire dans le domaine agricole. Deuxièmement, nous devons mieux prendre soin des sols, mieux les entretenir. Et enfin, l’humanité doit choisir de réformer ses relations avec les animaux. D’abord, il faut savoir que nous évoluons dans un système agricole centralisé. Ce terme est celui de Vandana Shiva, écrivaine écoféministe et altermondialiste. Ainsi, il y aurait « un contrôle centralisé de l’agriculture », c’est-à-dire que le contrôle de l’agriculture ne dépend que d’un organisme, d’un pouvoir central. De ce fait, la centralisation favorise la mise en place de monoculture qui est en réalité un danger pour la diversité, et selon l’écrivaine, ce serait aussi la disparition « d’alternatives ». La monoculture est une culture unique, ou largement dominante d’une espèce végétale dans une région ou une exploitation. Donc, la mise en place de ce modèle revient à supprimer toutes les autres formes de végétaux, et détruire toutes les alternatives existantes. Mais en quoi la disparition de la diversité naturelle est-elle un danger pour la planète ? Selon Vandana Shiva, la diversité serait un moyen de garantir d’autre manière de produire pour nos besoins et serait également le signe d’une meilleure protection de la productivité agricole. Cela signifie qu’on aurait un meilleur intérêt à produire une multitude de végétaux plutôt que d’en produire qu’un seul type, car en en produisant plus, nous avons une hausse d’alternatives. Ces alternatives sont utiles, par exemple dans une situation de crise, ou d’intempéries. En effet, là où il y a une monoculture et où la terre est préparée à ne recevoir qu’une seule type de graine, il y aura un très gros risque de pénurie et de famine dans ce cas. Alors que dans une polyculture représentant la diversité et où nous cultivons plusieurs espèces végétales au sein d'une même ferme, ou plus largement dans une région naturelle, il y a plusieurs alternatives et un moindre risque de pénurie et de famine. De plus, nous pouvons également rajouter que l’écrivaine a fait deux constats à propos de deux monocultures. Elle en a tiré plusieurs conclusions : d’abord, la première concerne la plantation de pins en monoculture. Elle remarque que cette plantation ne fera pas naître une forêt, et de ce fait il est impossible de ramener certaines fonctions et services qui sont appropriés uniquement aux forêts. Par ces fonctions et ces services, elle entend par exemple les systèmes d’approvisionnement en eau et de la conservation des sols, mais elle veut également dire qu’il ne suffit par de replanter des arbres pour recréer des écosystèmes. Ensuite, sa deuxième expérience est plus centrée sur l’agriculture, avec la plantation d’eucalyptus et cette monoculture retrace les mêmes inconvénients évoqués plus tôt c’est-à-dire une baisse de la diversité des fermes, une dégradation des sols, ainsi qu’une baisse des moyens de subsistances et des stocks de biomasse pour l’usage local. Ainsi, avec le modèle de la monoculture, c’est toute la diversité et les alternatives qu’elle créé qui disparaissent de notre planète. De ce fait, cela nous rend dépendant de seulement quelques cultures créées intensivement, et qui nous rendent plus vulnérable. Alors, nous devons trouver un nouveau modèle d’agriculture qui nous permettrait de nourrir sans difficultés l’humanité mais également de prendre soin de la planète. Et c’est sous ces principes que le jardinier-paysagiste David Holmgren et le biogéographe Bill Mollisson ont fondé la permaculture. Nous allons voir en quoi ce modèle d’agriculture prend soin de la nature, tout en répondant aux besoins de l’homme. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles