Devoir de Philosophie

Thème du programme : la nature et les formes du lien social chez Durkheim

Publié le 05/08/2014

Extrait du document

durkheim

 

Thème du programme :

la nature et les formes

du lien social chez Durkheim

DOSSIER DOCUMENTAIRE

Or, nous savons que des sociétés plus vastes ne peuvent se former sans que la division du travail se développe : car non seulement elles ne pourraient de maintenir en équilibre sans une spécialisation plus grande des fonctions, mais encore l'élévation du nombre des concurrents suffirait à produire mécaniquement ce résultat ; et cela, d'autant plus que l'accrois­sement de volume ne va généralement pas sans un accroissement de den­sité. On peut donc formuler la proposition suivante : l'idéal de la fraternité humaine ne peut se réaliser que dans la mesure où la division du travail progresse. Il faut choisir : ou renoncer à notre rêve, si nous nous refusons à circonscrire davantage notre activité, ou bien en poursuivre l'accomplissement, mais à la condition que nous venons de marquer. Mais si la division du  travail produit la solidarité, ce n'est pas seulement parce qu'elle fait de  chaque individu un échangiste comme disent les économistes ; c'est qu'elle crée entre les hommes tout un système de droits et de devoirs qui  les lient les uns aux autres d'une manière durable. De même que les simili­tudes sociales donnent naissance à un droit et une morale qui les protè­gent, la division du travail donne naissance à des règles qui assurent le concours pacifique et régulier des fonctions divisées. Si les économistes ont cru qu'elle engendrait une solidarité suffisante, de quelque manière qu'elle se fit, et si, par suite, ils ont soutenu que les sociétés humaines pou­vaient et devaient se résoudre en des associations purement écono­miques, c'est qu'ils ont cru qu'elle n'affectait que des intérêts individuels et temporaires. Par conséquent, pour estimer les intérêts en conflit et la manière dont ils doivent s'équilibrer, c'est-à-dire pour déterminer les conditions dans lesquelles l'échange doit se faire, les individus seuls sont compétents ; et comme ces intérêts sont dans un perpétuel devenir, il n'y a place pour aucune réglementation permanente. Mais une telle conception est, de tous points, inadéquate aux faits. La division du travail ne met pas en présence des individus, mais des fonctions sociales.

E. DURKHEIM, De la division du travail social, PUF, 1991, première édition : 1893.

durkheim

« rrrrzz-,· QUESTIONS 1. À l'aide de vos connaissances et du document, vous montrerez en quoi la division du travail produit de la solidarité selon Durkheim ? 1 8 pts 1 2. Expliquez la phrase soulignée. 1 6 pts 1 3. À partir d'un exemple de votre choix, vous montrerez que la division du travail n'est pas nécessairement créatrice de solidarité sociale. 1 6 pts 1 Réagir Ce sujet invite à développer la conception de Durkheim de la" solidarité organique » et à l'opposer à l'approche de l'économie néoclassique selon laquelle le lien social se réduit au modèle de l'échange marchand ; la deuxième question en particulier permet de réinvestir des souvenirs de classe de Première (l'institutionnalisation du marché). La troisième question est très ouverte, vous pouvez exposer la critique du« travail en miettes » ou la conception marxiste du conflit social (cf. chapitre sur «fonctions et formes de la division du travail chez Smith et Marx). »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles