Devoir de Philosophie

ESCULAPE ESPÉRANCE ÉTÉOCLE ÉTHER ETNA

Voir sur l'admin

Extrait du document

ESCULAPE. Dieu de la Médecine, Esculape était vénéré par les Grecs sous le nom d’Asclépios.

ESPÉRANCE. Appelée Elpis par les Grecs, cette divinité allégorique fut le seul don des dieux qui ne s’échappa pas de la boîte de Pandore. L’épouse d’Épiméthée avait eu en effet, par curiosité, l’imprudence de l’ouvrir. Aussi, les Anciens la vénéraient-ils avec une particulière solennité. Les Romains, qui lui avaient donné le nom de Spes, lui élevèrent plusieurs temples et la représentèrent sous les traits d’une jeune fille gracieuse, relevant d’une main le bas de sa robe et tenant de l’autre une fleur à peine éclose.

ÉTÉOCLE. Avec son frère Polynice et ses sœurs Ismène et Antigone, Étéocle appartient à la génération incestueuse née d’Œdipe et de Jocaste. Quand Étéocle et Polynice apprirent le crime involontaire de leur père, ils le chassèrent de Thèbes. Alors, Œdipe les maudit et leur prédit qu’ils ne cesseraient de se haïr et qu’ils périraient tous deux dans un combat fratricide. Un accord fut cependant conclu entre Étéocle et Polynice, chacun acceptant de régner sur Thèbes alternativement pendant une année. Lorsque le mandat d’Étéocle arriva à expiration, Polynice réclama le trône, mais il essuya le refus de son frère. Une lutte implacable, connue sous l’appellation des « Sept contre Thèbes », devait bientôt opposer les deux rivaux. Se rencontrant en combat singulier, Étéocle et Polynice périrent tous deux; mais Étéocle, qui avait défendu sa patrie, eut droit à des funérailles somptueuses, tandis que Polynice fut condamné à ne recevoir aucune sépulture.

ÉTHER. Fils de l’Érèbe et de la Nuit, selon Hésiode, Éther correspond dans la cosmogonie à la partie supérieure du ciel, celle qui touche la lumière plus éclatante et plus pure du Soleil et demeure le séjour préféré de Zeus. Uni au Jour, sa sœur, Éther a engendré un certain nombre d’éléments essentiels de l’univers, de la vie et de ses bouleversements, tels la Terre, le Ciel, la Mer et les Océans.

ÉTHIOPIENS. Les Éthiopiens, selon la légende grecque, appartenaient à une race mythique. Leur pays n’avait pas de frontières précises. Ils vivaient, prétendait-on, dans les régions les plus ensoleillées de l’univers, vers l’endroit où Hélios se couche et se lève tout à la fois, brûlant leur peau et leur donnant un teint bistre qui étonnait les Anciens. Ils menaient, dans une félicité totale, une existence toute consacrée à la gloire d’Apollon, le dieu de cette lumière, dont ils appréciaient chaque jour les bénéfiques effets en ce qui concernait leur bien-être et la fertilité de leurs champs. L'Iliade célèbre un de leurs rois, Memnon. Il était fils d’Éos, l'Aurore, dont les Éthiopiens contemplaient chaque matin l’apparition éclatante et limpide. Il dirigea un contingent d’Éthiopiens, qui combattaient aux côtés des Troyens.

ETNA. Ce volcan porte le nom d’une nymphe, fille d’Ouranos et de Gaia, qui arbitra la querelle survenue entre Déméter et Héphaïstos pour la possession de la Sicile. L’Etna, qui se dresse au-dessus de la ville de Catane, servit de prison à Typhon et à Ence-lade, après leur défaite devant les divinités de l’OIympe. La fumée et le feu qui s’échappaient du cratère de ce volcan provenaient, selon la croyance commune, de l’haleine enflammée des géants.

Une version latine de la légende de l’Etna affirmait qu’il était le lieu de séjour de Vulcain et de ses aides. Ils y forgaient les armures des dieux et des héros.

EUMÉE. Fils de roi, Eumée, après avoir été ravi par des pirates phéniciens, était devenu l’esclave et le porcher de Laerte, le roi d’Ithaque, Il fut l’un des rares serviteurs à rester fidèle à son maître absent et à l’accueillir avec toutes les marques de la joie et de l’affection. Grâce à son entremise, Ulysse, déguisé en mendiant, put s’approcher des prétendants de Pénélope, qu’il tua sans pitié.

 


Liens utiles