Devoir de Philosophie

Le Principe Espérance Ernst Bloch (résumé)

Extrait du document

«Nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.» Biaise Pascal, Pensées

Ernst Bloch

 

Philosophe allemand d’origine juive (1885-1977). D’inspiration marxiste, proche de l’école de Francfort, il s'installa après la guerre en Allemagne de l'Est et enseigna à Leipzig. Mais il se heurta vite aux autorités communistes

et fut expulsé. 11 enseigna à Tübin-gen dès 1961. Opposé au totalitarisme communiste, il retient surtout du marxisme la force de l'utopie révolutionnaire et la revendication d'un monde meilleur.

L’histoire collective et individuelle démontre que c’est le désir et l’espoir qui nous font agir. Nous sommes sans cesse tendus vers le futur, espérant une amélioration de notre condition. L’histoire est ce mouvement continu vers un âge d’or à venir.

« L'espoir ne fait pas vivre les hommes 1~[·]~1 Il est illusoire de poursuivre des rêves. Il faut se satisfaire de ce que la vie nous offre. l'homme heureux n'est pas celui qui espère l'avènement d'un utopique âge d'or, mais celui qui accepte le monde tel qu'il est et accomplit des choses réalistes. L'h omme heureux n'es père p as L e bonheur n'est (( pas que lq u e chose que l'on poursuit, mais quelque chose que l'on a. H ors de cette posses­ sion, il n'est qu 'un mot», •Nous ne vivons jama is, mais nous espérons de vivre; et, nous disposant ·toujours à être heureux, il est inévi ­ table que nous ne le soyons jamais .• Bla ise Pascal, Pensées dit Alain . Ce n'est pas l'espoir qui fait viv re, c'est le bonh eur réa­ lisé. L'espoir est toujoUis le signe d'une insatis ­ faction. Il est faux de dire que l'homme est perpétuellement insa­ tisfait. Celui qui peut réaliser ses désirs sera comblé dans ses espé­ rances. Le futur ne sera pas meilleur 1 'idée qu 'un monde L. meilleur est devant nous et qu 'il dépend de l 'homme de l e réa ­ liser es t un e chimère héritée de la cult ure jud éo-chrétienne et relayée par la concep ­ tion hégé lienne et marxiste d'une histoire progressan t vers une fin. Comme le pense Lévi ­ Stra uss, il n'y a pas de progrès de l' histoire, seu­ lement différentes ex - pressions matérielles d'une nature humaine toujours identique. L'espoir est une notion trag ique 1 ,. espérance est le sen­ L. timent irrat ionnel que les choses vont s' ar­ ranger comme par magie. Or il n'y a aucune magie dans le cours de l'his­ toire. Tout dépend de l 'homme , et celui qui n'a pas d 'attentes irréa ­ listes , celui qui se fixe des but s concrets, par ­ viendra toujours à ses fins. L'espo ir implique une vision tragique du monde, or le monde n'est pas tragique , il est ce que nous en faisons . Parce que nous sommes insatisfaits, nous espé rons que les choses vont s'arrange r, que le monde va devenir meilleur. Ce n'est pas l'espoir , mai s le réalisme, qui peut nous rendre heureux. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles