Devoir de Philosophie

Héros HERSÊ HERSILIE HÉSIONÉ HESPÉRIDES HESPÉROS

Voir sur l'admin

Extrait du document

Héros. On appelle héros, dans la mythologie, tout personnage qui a exercé sur les hommes et sur les événements une telle influence, qui a fait la guerre avec tant de bravoure, ou accompli des exploits avec tant de témérité, qu'il s'est élevé au-dessus de ses semblables, les mortels, et qu'il a pu prétendre approcher les dieux, méritant ainsi, après sa mort, une vénération et un culte particulier. La poésie épique, l’Iliade en particulier, a, la première, créé l'idée de héros. On voit ainsi Achille, Ajax, Ulysse et bien d'autres se livrer, pendant les combats de la guerre de Troie, à des prodiges d'ingéniosité et de courage. Mais, par leur naissance même, ces héros sont déjà différents des hommes. La plupart du temps, ils sont fils d'un dieu ou d'une déesse, dont ils reçoivent au cours de leur existence aide et protection. Avec les siècles, la notion de héros s'est peu à peu transformée. Chaque territoire a voulu posséder son propre héros, véritable symbole national ou régional. Ainsi, on a vu apparaître les héros athéniens, tel Thésée; thébains, comme les Labdacides; ar-giens ou béotiens, et une foule de héros éponymes. Certaines familles sacerdotales ou nobles ont, par la suite, prétendu descendre de héros légendaires, les devins de Mélampos, César d' Énée, et par conséquent de Vénus, Marc Antoine d'Hercule. A l'ère classique grecque (Ve siècle av. J.-C.), des hommes politiques grecs, des philosophes, des poètes tragiques, tels Péri-clès, Platon, Sophocle, ont été, après leur mort, l'objet du culte décerné aux héros.

HERSÊ. La plus jeune des trois filles de Cécrops, Hersê, est, avec ses deux sœurs, Pandrosos et Aglauros, l’une des héroïnes de la légende du berceau d’Érichthonios. On raconte qu’Hermès, qui était amoureux d’elle, acheta à prix d’or l’aide d’Aglauros pour s'en emparer. Mais celle-ci n’ayant pu tenir sa promesse, le dieu irrité la changea en pierre et n’hésita pas à violenter Hersê, qui donna le jour à Céphale et à Céryx.

HERSILIE. Cette héroïne de haut rang, médiatrice heureuse dans la guerre qui opposa les Sabins et les Romains, épousa Romulus, auquel elle donna une fille, Prima, et un fils, Aollius, devenu Avilius. Elle mourut, frappée par le foudre de Jupiter, et fut transportée dans les cieux, où elle prit place parmi les divinités sous le nom de Hora ou Horta. Elle fut dès lors invoquée par la jeunesse romaine comme la déesse qui favorise le courage.

HÉSIONÉ.1 ° On connaît sous ce nom une Océanide, épouse de Prométhée. 2° Une autre Hésioné fut enchaînée par son père, le roi Laomédon, à un rocher de Troie. Celui-ci voulait par ce geste apaiser Apollon et Poséidon qu’il avait offensés, et consentait à offrir sa fille en pâture à un monstre marin. Héraclès délivra la malheureuse et alla réclamer au roi le prix de son exploit : les deux chevaux que Zeus avait offerts, en échange de Ganymède; mais Laomédon refusa. Quelques années plus tard, Héraclès revint devant les murs de Troie, envahit la ville, tua le roi parjure et donna Hésioné en mariage à son compagnon Télamon. De cette union naquit un fils, Teucer.

HESPÉRIDES. Aux limites occidentales de la Terre vivaient les trois Hespérides, Æglé, Érythie, Hespéra-réthousa. Belles jeunes femmes insouciantes, elles veillaient avec le concours du dragon Ladon sur les jardins enchantés, où poussaient les célèbres pommes d’or, présent de Gaia à Héra, lors de son mariage avec Zeus. Héraclès, aidé par Atlas, ravit les fruits magiques. Consacrés à la déesse Athéna, ils furent rendus quelque temps plus tard aux Hespérides.

HESPÉROS. Fils d’Éos et frère d’Atlas, suivant la généalogie la plus commune, Hespéros disparut du monde des mortels et on pensa qu’il avait été transformé en cet astre qui brille, le premier, lorsque tombe le crépuscule: l’Étoile du soir.

Liens utiles