Devoir de Philosophie

Corps en miettes

Extrait du document

« Corps en miettes Sylvianne Agacinski philosophe française née en 1945, 2009 (Intégralement revu et largement augmenté par l’auteur en 2013) Un malentendu politique (préface à la seconde édition) GPA : grossesse pour autrui, maternité de substitution, interdite en France depuis 1991 (car jugé incompatible avec le droit des personnes)  faire de la maternité un service, grossesse aliénée qui aliène la personne elle-même, l’enfant est un objet d’échange, problème juridique (car touche le respect de la personne = principe qui irrigue l’ensemble du droit) et social (car ce sont les femmes les plus pauvres qui sont soumises à « mettre leur utérus à disposition d’autrui »). But/enjeux du livre, de l’auteur : redonner les raisons qui rendent intolérable en droit la maternité de substitution, toujours rémunérée, mais renommée « grossesse pour autrui » pour donner un côté « altruiste ». La vie d’une femme pendant 9 mois peut-elle légitimement devenir un « moyen » ? Répond de la thèse : C’est mon corps je suis libre de GPA si je le veux : « Je n’appelle pas liberté leur résignation à se laisser dessaisir de leur vie propre en cédant au pouvoir de l’argent ». Légalisation de la GPA : revendication de gauche ? car « mariage pour tous » => mais pas confondre les idéologies. Comme si la société devait fournir à chacun tous les moyens possibles de « faire » des enfants : aveuglée par les innovations biotechnologiques (promesses de biopouvoir : Foucault ?). Un droit à l’enfant. « Là où la GPA est correctement encadrée, les gestatrices ne sont pas instrumentalisées. Nous travaillons pour convaincre le PS sur ce sujet », Gilles Bon-Maury qui défend le principe de GPA pour les couples homosexuels  gauche : de nombreux militants pour l’homosexualité. Pour autant cette idée n'a pas été retenue = toujours pas légale. Robert Badinter : Les droits de l’Homme face aux progrès de la médecine : « la liberté de choisir les moyens par lesquels chacun pourra donner la vie »  Destruction de la tradition juridique (accouchement = maternité) : la mère ne serait plus qu’un « simple moyen de donner la vie » C’est du baby business  intension de l’extension de la dans une société toujours plus individualiste régie par l’argent => c’est ce qu’on veut éviter. Or maternité de système d’échange : « là où les ventres sont à louer et l’on femme riche devenir mère porteuse ». C’est une innovation consommation le pouvoir de substitution = ne voit aucune rétrograde. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles