Devoir de Philosophie

GÉNÉALOGIE DE LA MORALE (LA), œuvre de polémique, Friedrich Wilhelm Nietzsche

Extrait du document

morale

Composé de trois dissertations, cet ouvrage indique la volonté de revenir aux sources, à l’origine, à la naissance des valeurs morales (le bien et le mal), afin de souligner le renversement qu’elles ont subi sous l’influence tenace et souterraine des faibles rusés. Cette genèse est hypothétique et non historique: l’origine n’est pas le commencement. De plus, cette généalogie est critique, non pas dans un sens réactif, mais plutôt dans l’élément de l’affirmation

 

où se meut la pensée de Nietzsche. Enfin

 

cette généalogie est d’emblée différenciante ; il n’est pas question de regretter une Unité référentielle, un Dieu qui ordonnerait le mouvement de la genèse, mais d’affirmer la différence originaire entre forces actives et forces réactives, telle qu’elle est annoncée par l’Eternel Retour.

 

La distance entre les substantifs «bien» et «mal» et les adjectifs — simples attributs — «bons» et «mauvais» est fictive; elle est simplement due à un artifice de langage, elle masque l’identité sans distance entre penser et agir, entre le sujet substantiel et ses actes. Une fois l’essence du langage comprise, la philosophie confère à nouveau au langage sa dignité.

 

La critique de la psychologie anglaise, empi-riste et tirant l’homme vers le bas, rejoint des thèses propres à la fin du xixe siècle. «Habitude», «association des idées» sont bien des hypothèses de la psychologie anglaise de l’époque.

Liens utiles