Devoir de Philosophie

NOEUD DE VIPÈRES (le). Roman de François Mauriac (résume et analyse complète)

Extrait du document

NŒUD DE VIPÈRES (le). Roman de François Mauriac (1885-1970), publié à Paris chez Grasset en 1932.

 

Première partie. Âgé et malade, Louis décide d’adresser à son épouse Isa une lettre d'explication destinée à être lue après sa mort Isa apprendra ainsi que la « haine » de Louis naquit lorsque

sa femme lui avoua un amour passé qui transformait leur union en mariage d’intérêt Retour en arrière. Après une enfance solitaire à Bordeaux auprès d'une mère aimante, et de brillantes études interrompues par la tuberculose, il a rencontré Isa Fondaudège, issue de la haute bourgeoisie bordelaise. Amour, mariage, installation chez la mère de Louis. Puis c’est l’aveu d’Isa : dans le cœur de Louis, la haine succède à l’amour. Mêlant passé et présent Louis dit sa solitude au sein d’une famille qui complote contre lui et convoite son « magot » arrondi par sa réussite professionnelle d’avocat d'assises et d’affaires ; sa haine pour la religion d’Isa ; son affection pour l’abbé Ardouin, précepteur à l’esprit évangélique ; son amour pour sa fille Marie ; son amitié avec sa belle-sœur veuve, Marinette, qui sacrifiera une fortune au droit de se remarier. Marie et Mari-nette meurent ; il reporte son affection sur Luc, fils de Marinette, lequel sera tué à la guerre de 1914-1918. Momentanément, au cours d’une nuit d’orage, il envisage de renoncer à ses biens matériels.

 

Seconde partie. Ayant surpris un complot de ses enfants qui projettent de le faire interdire ou enfermer pour s’approprier son héritage, Louis se rend à Paris, décidé à laisser sa fortune à son fils naturel, le médiocre Robert Celui-ci le trahit en négociant en sous-main avec les enfants légitimes. Isa meurt alors que Louis se trouve à Paris. Son désarroi se mue en détachement : il abandonne ses biens à ses enfants stupéfaits; il découvre qu’lsa l’a aimé. Retour sur lui-même. Le détachement l'ouvre aux autres, et en particulier à sa petite-fille Janine, abandonnée par son mari. Après la mort de Louis, Hubert son fils, veut détruire la « lettre » de son père, qu’il juge délirante. Mais Janine s’y oppose, arguant de la grâce (une « admirable lumière ») qui, dans ses derniers instants, avait touché son grand-père.

 

Sans doute la plus grande originalité du Nœud de vipères tient-elle à l'articulation, au-dedans d'une même conscience, des différentes formalisations du discours intérieur. En effet, l'évocation du passé dans la « lettre » à Isa alterne avec des séquences à la première personne, qui se réfèrent à l'action présente. La lettre dévoile l'origine et la progression de la « haine » (le mot est répété avec une fréquence

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles