Devoir de Philosophie

Histoire des mondes contemporains

Extrait du document

histoire
Les temps modernes Empire et mondialisation aux temps moderne (XVème-XVIIIèmesiècle) Temps moderne = 1492 (=découverte de l’Amérique) à 1789 (=révolutionfrançaise) 1 ère importante d’expansion européenne caractérisée par la naissance d’Empire. Expansions coloniales :  15e s : Portugal  16e s : Espagne  17e s : France, Angleterre et Pays-Bas Qu’est-ce qu’un Empire ? - Frontière qui bouge - Pas une nation unique - Assimilation de différentes cultures (langues, groupes ethniques) - Une métropole qui centralise les décisions (politiques, militaires et économiques). Dispersion géographique de l’empire peut exister grâce à cette centralisation. Ex : Brésil qui appartient au Portugal.  Empire dans l’espace Euro-Asie (XV-XVII) - 2 continents géographiquement ensemble  les liens/interaction.  système d’Empire qui ont des conséquences les uns sur les autres. I. Contexte et prémisses A. La péninsule ibérique à la fin du Moyen-âge XVème siècle (Portugal)  Domination arabe jusqu’à la fin dumoyen âge  Reconquista (familles aristocratique chrétienne): reconquérir des terres + réaffirmer la « vraie foie »  guerre sainte  Conséquences : - Peuple portugais sors de plusieurs siècles de guerre sainte - Pays très pauvre, chômage très élevé - Besoins alimentaires n’était pas satisfaisants - Aristocratie de l’époque ne connait que la guerre - Trouver de nouvelle route pour les épices venant d’Asie (route de soi bloqué par vénitiens d’abord puis par empire ottoman). Epices valent bcp  rapportent argent - Traditions marinière de longues dates (proximité de la mer)  Il fallait donc donner un nouvel objectif à l’esprit collectif de croisade au petit pays coincé entre la mer et l’Espagne + rediriger la violence vers l’extérieur (contrôle de la violence = élément clé pour la constitution d’un Etat moderne. L’Etat détient le monopole de la violence légitime II. A la base du projet colonial A. Les atouts portugais 3  Tradition marinière, commerciale et corsaire.  Les innovation techniques majeurs : la caravelle (=navire à voiles) , agile et résistante ( beaucoup mieux que la galère = Grand navire à rames et à voiles) + boussole + cartographie  Un état fort, capable d’une politique maritime, militaire, diplomatique (Aviz) B. Le Portugal des Aviz au XVe siècle. Politique d’exploration pour la conquête commerciale  Famille puissante et dirigeante du royaume de Portugal de 1385 à 1580 (15e s.)  Se structure autour de la politique d’exploration pour la conquête commerciale (nv itinéraires et espaces commerciaux) 1. Membres de la famille  Jean 1er (+1433) : conquête de Ceuta. Contrôle cote africain, achèvement Reconquista, exploration cotes africaine ( cap vert ; G. Guinée)  Henri le Navigateur (+1460) politique maritime ; formation pilotes (école royale), construction navires, etc. Il investit énormément dans lesnavires, ..  Jean II : (+1495) Circumnavigateur l’Afrique. La Carreira da India ( forteresses et comptoirs) 2. Création de la « casa de India » 1500-1501 (=maison de L’inde) :  Sorte de ministère des colonies créé à Lisbonne en 1500. Assure le monopole des Avizs sur le commerce.  Contrôlait la religion de tous les bateaux qui partait et envoyait toujours des prêtres a bord pour être sur que tout le monde soit catho.  Contrôle les marchandises  Formation des pilotes (centralisation du savoir-faire)  Assistance militaire Un comptoir est un village fortifié avec des entrepôts pour stocker de la marchandise, mais aussi des esclaves sur les côtes de l’Afrique et l’Inde. Propre aux portugais. L’Afrique est un continent qui comportais au moins 3 Empire qui prenait une bonnepartie du continent. 4 III. La traite des esclaves africains (XVIe-XVIIIe siècle) 15e s : discrimination sur base de la religion (pas sur la race) 16e s : augmentation de la demande de force de travail  importe des esclaves d’Afrique en Amérique  double système de traite. L’arrivée des européens en Amérique Latine à rapidement décimé les indigènes qui était soumis au travail forcé. Les européens se tournent alors vers les Africains et commence un commerce d’esclave. Des millions d’africains sont amené vers l’Amérique 18e s : quantité la plus grande d’esclaves échangé Empire Portugal = Empire commercial Empire Espagnol = empire territoriale, conquête de territoire A. L’Empire des moghols au XVI et XVIIè s  Dynastie sunnite originaire d’Afghanistan  Territoire : Inde  Babur : fondateur de l’empire moghol en 1526  Akbar (+1605) : unité politique par l’inclusion et latolérance (>< soumission du peuple hindou par Babur). B. L’empire Safavide  Empire chiite sur la route de la soie entre Europe et Asie :  Grande capacité militaire Les autres empires interagissant avec les portugais au XVIe siècle: capacités militaires, projets politiques, commerce international. 5  Identité chiite forte  Contrôle principales routes terrestres entre Europe et Asie  Saha Abbas le Grand = 5e souverain de l’empereur C. L’empire ottoman (XVIème siècle)  Méditerranée, Asie Mineur et Danube  Empire intégrant les diversité dans une hiérarchie efficace  1453 : chute de Constantinople (empire romain d’Orient)  début de l’immense expansion  Empire féodal : terres confiées à ceux qui lui ont apporté de l’aide. Les fonctionnaires et militaires peuvent devenir propriétaires contre bonsservices  liens fort entre le souverain et l’armée.  L’armée de terre (chevalerie et janissaire = garde rapprochée composé d’enfants volé, convertis à l’Islam et éduqués) + mer. Les militaires sont utilisés pour la guerre mais par après deviennent des administrateurs de l’empire  lien fort entre sultan et classe qui administrent les terres + lien de loyauté fort  Pouvoir législatif efficace  Les propriétaires et les minorités tolérées (juifs et chrétiens) en échangent des impôts mais ne peuvent pas faire partie de l’armée  avantages dans le commerce car les chrétiens sont lié à Venise.  Dates importantes : - 1453 : Chute de Constantinople - 1526 : conquête des Balkans (Prise de venise en 1529) - 1571 : Bataille de Lépante : victoire des chrétiens  fin de l’expansion  Soliman II : Un des monarques les plus connu et éminents du 16ème S. préside à l’apogée de la puissance économique militaire et politique et culturelle de l’empire ottoman. Alliance avec François 1er .  François 1er : Roi de France 1515 – 1547. Considéré comme le roi emblématique de la renaissance française.  Faiblesse = état des population locales, des paysans. Aucun paysan possède la terre qu’ilcultive et doit payer des taxes. Donc les révoltes des paysans sont assez importante IV. Légitimer les empires ibériques à la fin du 15ème siècle  Légitimation religieuse : mission convertir de nouvelle population « conquérir pour convertir »  base religieuse pour justifier l’expansion politique, commerciale et militaire - 1492 : première expédition de Colons Soliman II le législateur et l’alliance antiespagnole avec Francois 1er (années 1530). Le contrôle de l’Europe se négocie avec les Turcs. 6 - 1493 Alexandre VI partage les terres et mers entre Portugais et Espagnols - 1494 : traité de Tordesillas : diviser la Terre en 2. Légitimation par le pape de l’action de leur expansion V. L’Amérique espagnole au XVIe siècle : A. Modèle portugais :  Couronne investit dans conquêtes  Innovations grâce aux investissement de la couronne  La colonisation repose sur le monopole de l’état qu’il contrôle via les comptoirs. B. Modèle espagnol :  La población = peupler des régions non peuplées. But : trouver des terres pour s’y implanter et cultiver  créer d’autreslieux de vie ailleurs, parce quela vie est mieux ailleurs. Pour eux, on ne parle pas de colonie  La couronne n’investit pas elle légitimise la conquête  Expéditions privées : capitulacion entre un capitaine et marchands/banquiers + accord du roi (el quinto du butin). Les conquistadors utilisaient leur argent  Se fait de manière violente et rapide (il fallait rembourser les prêts). Eglise avait un rôle pacificateur  20 ans pour conquérir un continent  1503 : Casa de Contratación, (là où sont signés les capitulacion)  1523 : Conseil des Indes, Séville  Le capitaine se sédentarise  droit à la terre + un tribut des indiens  L’encomienda = Confier des grandes possessions de terres à un colonisateur. 1. Des pratiques pour l’exploitation (à l’origine des propriétés foncières)  Encomienda = au conquistador qui s’installe, la couronne octroie temporairementvilles, villages et leurs habitants. Il peut exiger impôts et travaille (forcé)  Mita = tribut en travail du à l’état. Travail forcé (surtout dans les mines La différence entre les Espagnols et les Portugais, en dehors du contrôle exercer surla population, est le moyen de financement de ces conquêtes :  Le Portugal se base sur un monopole de l’État dans le projet, l’exécution et la gestion ainsi que de la perception des revenus  L’Espagne contracte avec des conquistadors, des navigateurs, pour financer leurs conquêtes. Les gains sont en partie versés à la couronne qui sert de légitimation à ces acteurs privés. 2. Une économie de conquête :  Métaux précieux  Agriculture :  Brésil : bois et canne à sucre  Des sociétés nouvelles avec leur hiérarchies : espagnols, créoles – ̏métisses, (indiens), africains. VI. L’empire espagnol au XVIe siècle. Les Habsbourg (Charles Quint)  En Espagne on ne produit rien. Avec l’argent des colonies on achète tout car on est riche : - Sous-développement ibérique 7 - Croissance économique de ceux qui produisent - Ils achètent dans d’autres pays européens (Angleterre, Provinces-Unies, France) Charles Quint gère empire en bleu + réunit ce qui est entouré en rouge. Famille qui gère tout ça = les Hasbourg A. La « mauvaise conscience » européenne et le regard sur l’altérité 1. Dénonciations et relativisme culturel  BARTOLOMÉ DE LAS CASAS, Brevísima relatión de la destrución de las Indias (1542) : - Conquistador espagnol qui se bat pour les natifs - Dénonciation - Exige fin de la violence des colons en Amérique. - Ecrit texte : la mission de conversion est non-remplie et que mnt c’est une conquête pour voler des richesse - Charles Quint est convaincu  arrête Encomienda et Mita  MICHEL DE MONTAIGNE (fin du 16e s) - Relativisme culturel : signification des gestes change selon contexte - « Les cannibales c’est eux ou c’est nous ? Posons-nous la vraie question) 2. Espagne chrétienne et catholique: se construire en tant que nation à partir d’un projetpolitique d’uniformité religieuse (et d’exclusion)  Juifs (plus nombreux d’Europe)  Considère impossible de construire un état avec personnes de religions différentes - 1492 : trois mois pour se convertir, sinon expulsion. Expulser = partir en laissant tout sur place.  La couronne s’enrichit avec tous les juifs qui ne veulent pas renoncer à leur croyances. - 1502 : expulsion des « marranes » [= continue à pratiquer en secret] (inquisition : organisation qui chasse les hérétiques) - Diaspora = dispersion des juifs dans le monde) juifs séfarades (empire ottoman, Afrique du Nord, Italie, Provinces-Unies)  Musulmans : - 1492 : Prise de Grenade par troupes ibériques  fin de reconquista - 1492: commence l’exode (inquisition, impôts) - 1502: expulsion des musulmans 3. Les juifs. Préteurs sur gage et sur papier. Une réalité historique, 8 fruit de l’antisémitisme et qui a nourrit l’antisémitisme  Depuis XIVe siècle, les juifs en Europe. Exclusion suite au refus de conversion: - Exclusion des arts et métiers - Exclusion des possessions foncières et des biens immobiliers - Seule possession : argent liquide - L’argent= seule forme de possession autorisée - Depuis fin Moyen-Âge : prêter l’argent est une activité très répandue auprès des juifs - Apd XVIe siècle: dans les ghettos, prêt forcé aux pauvres; soutien activités marchandes des chrétiens (et musulmans). Taxation importante des revenus du prêt à intérêt - XVIIe: prêts aux souverains en guerre (+banquier allemands , génois, marrans)  Mars 1516, le ghetto de Venise : - Permis de résidence,liberté de culte et protection en échange de prêt d’argent. - But = limiter l’espace d’une sociétéqui vit avec une autre mais qui ne partage pas la même religion - Quelques conditions : o La centralité du religieux: 5 synagogues selon les nations o Être reconnaissables (bonnet jaune) (aussi pour médecins) o Pas se mélanger à la populationchrétienne (mariages mixtes) o Métiers: préteurs d’argent ouchiffonniers o Pas de possessions de biensimmobiliers VII. Amérique du Nord. Anglais et Français àpd 2e ¼ du XVIIe siècle. Difficultés communes : climat, nourriture, natifs.Faiblesse de l’immigration A. Colonies anglaises  Les minorités religieuses persécutées en Métropole  Agriculture dans les colonies du Sud (tabac en Virginie; coton). Commerce dans les colonies du Nord (Port de Boston: 1630) B. Colonies françaises : la Nouvelle France  Colonie établie seulement en 1663 (Canada=province française). Avant: comptoirs commerciaux et avant-postes catholiques (ex: Québec, fondée en 1608)  Relations avec natifs: armes et alcool contre fourrures et feutre. C. Colonies Amérique septentrionale  La place des colonies importante pour redresser les finances de l’état et absorber le surplus de population de la métropole. En France : - 1699 : création de la colonie Louisiane - 1718 : fondation Nouvelle Orléans (reste française jusqu’en 1763. Puis anglaise et espagnole;puis française, enfin vendue aux USA par Napoléon en 1803)  Une colonie sous le monopole de la couronne via la Compagnie d’Occident. Commerce avec colonies anglaises et espagnoles (tabac, coton, esclaves) et agriculture (coton, canneà sucre) 9 VIII. Des Fondateurs sous contrainte A. La criminalisation de la pauvreté et l’éloignement des liminaux  1656 : décret de Louis XIV, création de l’Hôpital Général de Paris (éduquer et remettre au travail les pauvres.  Déserteurs et contrebandiers (= qui ne respecte pas les frontières)  Pauvres ont le choix : soit part vers colonies soit restent dans hopitaux  Une société esclavagiste et sa jurisprudence Le Code Noir, 1724 La renaissance  Notion décriée : - Par certains médiévistes : la Renaissance = notion inventée pour déprécier le Moyen Âge, - Raisons « philosophiques » : période de nationalisme, de colonisation,de traite, d’européocentrisme, mondialisation malheureuse - Marques le début de nos maux contemporains (début de l’exploitation capitaliste)  Jean-Marie Le Gall - La période marque une rupture, notamment par sa redéfinition de l’individu dans le contexte de grands changements  Autres difficultés : Dater précisément la Renaissance (proposons 1450-1630s)  1450 : - Invention de l’imprimerie - Fin de la guerre de 100 ans. - Chute de Constantinople.  1630 : - Déclin des mondes espagnols et italiens - Fin de la phase religieuse de la guerre de 30 ans - Période de la révolution scientifique. - La période du Jansénisme (remise en cause de l’église romaine) I. Une nouvelle vision de l’homme : l’humanisme A. Les origines de l’humanisme 1. Le milieu italien  Bourgeoisie contrôle les grandes villes marchandes italiennes  Valeurs : organisation, calcul, raisonnement, richesse.  Nouvelle classe Patriciat urbain (bourgeoisie + noblesse)  Condottieri = devenus chefs d’État, 10 2. Princes et banquiers : les Médicis  S’imposent à Florence à partir du milieu du XIVe siècle  Pierre (1464-1469) et laurent de Médicis (1469-1592): monarchie qui garde toutes les apparences d’une république  Laurent de Médicis = le prototype de l’homme de laRenaissance, grand commanditaire, grand humaniste, surnommé « le magnifique ». 3. Les élites italiennes et l’éducation  Les écoles urbaines où savoirs pratiques sont dispensés  Puisent l’antiquité pour s’inspirer. Notamment Cicéron pcq existence personnelle équilibrée (vie publique au service de l’État et vie privée pour cultiver à la campagne les arts et la littérature) + discours dans un latin élégant B. Qu’est-ce que l’humanisme ? 1. Humanitas  « Les humanités » : Notion cicéronienne = exaltation de l’homme fondée sur la beauté, laculture, la grandeur et l’action héroïque.  Virtù = l’énergie et la force morale (maîtrisant ses passions + s’engager dans affaires de la cité pour atteindre bonheur)  Redécouverte des œuvres de l’Antiquité  la civilisation de l’Antiquité « renaît »  Athènes= phare de la civilisation 2. Individu, auteur et littérature  Victoire des littératures nationales.  Dante (1268-1321)  Pétrarque (1304-1374) créé le langage amoureux moderne  Jean Boccace (1313-1375), auteur du Décaméron. - Font de la passion l’objet du texte littéraire. Concordance entre l’apparition du statutmoderne d’auteur et celle des littératures nationales. 3. Le triomphe de l’humanisme  Rois et princes veulent avoir à leur service les meilleurs humanistes.  Ouvertures d’université  En 1530, François Ier fonde le Collège Royal (Collège de France) à Paris.  La langue de l’élite est uniformisée : latin classique.  Les humanistes améliorentles langues nationales. C. Quelques humanistes à succès 1. Baldassare Castiglione (1478-1529).  Religieux + soldat  1528 : le Courtisan, Le courtisan = développer les manières et les valeurs les plus raffinées de l’humanitas, l’individu accompli, maître de ses émotions et de son intelligence, la virtù 11 personnifiée.  Livre de chevet des gentilshommes européens  processus de civilisation des mœurs 2. Érasme (1467-1536)  Connaissances des langues anciennes.  En 1509, « l’élogede la folie » chez Thomas More. Œuvre parodique de chaque catégorie sociale et de tous les métiers qu’il ridiculise  montrerque le monde entier est fou.  Se défiant autant de Luther que de la papauté, il resteindépendant toute sa vie. 3. François Rabelais (1483 ou 1494-1553)  1531 : Pantagruel en 1531, Gargantua, le Tiers Livre et le Quart Livre.  Langue drue et foisonnante d’images érudites ou folkloriques.  Quête incessante de l’intelligence,  « Fais ce que voudras » II. La renaissance artistique A. L’Italie, berceau (autoproclamé) de la Renaissance 1. La Renaissance florentine  La Renaissance trouve un précurseur en Giotto (1267-1337 :  Structure l’espace en profondeur >< style byzantin qui inscrit à plat l’image  Transforme la peinture en récit.  Installe ses personnages dans un cadre architectural précis,  Introduit des gestes et expressions  transmission d’émotions humaines 2. Patrons et artistes  Les grandes familles de l’aristocratie et du négoce florentins multiplient les commandes  Magnificence = une des valeurs clefs de la société italienne.  Des contrats d’une extrême précision lient artistes et commanditaires, 3. Le chantier italien  Milan, puis Venise, rivalisent avec Florence.  Les papes s’attellent à exalter l’importancesymbolique de Rome, la « capitale du monde », avec palais du Vatican ou l’église Saint-Pierre, B. L’art et l’individu 1. L’invention de l’artiste  L’idée de la nature plutôt que son apparence  Les artistes de la Renaissance veulent représenter la beauté et se montrer créateurs. 2. L’implication du spectateur 12  Giorgione, la Tempête (1506-1508).  Deux personnages qui n’occupent qu’une place modeste dans lagéométrie du tableau.  Atmosphère troublée d’un jour d’orage.  Peut-être la tempête que traverse l’humanité depuis le péché originel :  Adam et Eve chassés du paradis  Ouvre très savante : réflexion derrière + spectateur supposé regarder 3. La construction mathématique de l’espace  Brunelleschi et Alberti font de l’architecture un pur jeu de volumes et de surfaces (par le calcul et la géométrie  Les peintres reprennent à leur compte cette réflexion  Sur la surface plate du tableau, perspective déterminant le point de fuite  guide le regard duspectateur.  La beauté naît de l’harmonie générale de la construction et des proportions.  Dans les peintures florentines, on peut repérer la disposition d’un espace cubique avec une percée dans le fond donnant la profondeur. C. Les foyers européens de l’art renaissant 1. La Renaissance en Europe du Nord  La foi plus intérieure, plus individuelle, qui est le moteur du changement.  « Dévotion moderne » marque les artistes flamands (Claus Sluter, Jan Van Eyck, Roger Van der Weyden )  Transforment peinture à l’huile, Richesse des villes flamande et rhénanes leur assure une immense clientèle. 2. Précurseur  Les Époux Arnolfini de Jan Van Eyck, commandé par un marchanditalien installé à Bruges. - Perspective italienne /succession de plans. - Dégradé des couleursdonne l’illusion de la profondeur. - Chaque objet représenté avec minutie  résumant la beauté dela création divine. 13 - Symboles : douceur de vivre, virginité de l’épouse, union desépoux, fidélité. - Intimité. 3. La synthèse picturale  Les peintres italiens et flamands se connaissent (Italiens dans les cours européennes)  Le XVIe siècleflamand se contente d’imiter les grands maîtres – exception faite de Bruegel  Le peintre de Nuremberg Albrecht Dürer - Fréquente les humanistes - Travaille à Venise. - Subit l’influence des Flamands,. - Introduit dans ses œuvres la perspective à l’italienne. - Réalise aussi une synthèse des arts du Nord et d’Italie à travers ses recherches théoriques sur l’anatomie et la proportion des corps humains. 4. L’architecture italienne et l’Europe  La victoire de l’architecture italienne complète après les guerres d’Italie (1494)  En France le style italien mêlé au goût noble français  style original Sociétés et religion Réforme, contreréforme et guerres de religion. Désobéissances, révoltes et révolutions (siècles XVIe et XVIIe) Réformes protestantes et contre-réforme catholique. Synthèse éléments-clé  Àpd 1517: rupture unité confessionnelle chrétienne dans l’Europe occidentale. Plusieurs façons d’exercer la foi chrétienne :  Catholique : reconnait l’autorité du Pape  Protestant (début 16e siècle) : indépendance vis-à-vis de l’Eglise chrétienne Eglise luthérienne (Luther), les calvinistes (Calvin) et Eglise anglicane.  Des conséquences graves et majeures au niveau :  Militaire (presque deux siècles de guerres de religion)  Politique (les princes choisissent leur confession et l’imposent)  Vision de la société et des rapports pol/rel  Différences de fond catholiques/protestants?  Cathos : médiation indispensable du clergé pour le salut (sacrements) +rôle du libre arbitre + les bonnes œuvres + transsubstantiation (eucharistie)  Protestants : rapport direct entre être humain et Dieu (via la Bible  iconoclaste) + gratuité du salut (bonnes œuvres absurdes et inutiles) + prédestination (pour les calvinistes) + consubstantiation (eucharistie est un symbol) I. Un climat de contestation envers l’église romaine et ses pratiques (fin 15e s. et 1ère moitié du 16e s.) A. Jules César? Le projet d’un empire universel sous la papauté. 14 Le pape Jules II (1503-1513) à la veille de la réforme protestante  Pape Jules II : - Nom renvoie à Jules César - Positionne comme le souverain des chrétiens et représentant du Christ sur terre  revendique une autorité absolu (pouvoir spirituel) - Armée et un état  pouvoir éco et politique  Personnalité se prononce face à cet abus et cette confusion entre spirituel et économique  Des justification théologiques pour un système financier: - Fiscalité à l’échelle européenne (dîme = taxe que tout chrétien doit payer) - Indulgences (payer pour réduire/annuler ses années au purgatoire) Possibilité d’acheter des réductions de peine via l’argent. « Un ticket pour le paradis ». Achat de réduction du temps qu’on va passer au purgatoire. - Bénéfices = salaire d’un clerc en échange de service (cumul de) un seul prêtre cumule plusieurs salaires. Comment peux-tu êtrecuré et assurer 3 paroisses en même temps ? Embauche un représentant (mal rémunéré). Il faut une dispense qu’on demande à Rome pour cumuler des bénéfices en échange d’argent. - Dispenses. Dérogation payante pour avoir un représentant qui travaille à la place « de »  la Rome de la Renaissance s’est enrichie grâce à l’argent récolté via les dispenses B. Philologie et dissidence. Desiderius Erasmus Roterodamus (1466–1536)  Luther et Calvin lisent le Bible avec nouveaux outils : la philologie (= analyse des textes en profondeur pour se rapprocher du texte de base)  Révolution scientifique : les principes de la philologie appliqués aux texte biblique > différence entre inspiration divine de l’Écriture et évolution historique des textes ; remise en question du principe d’autorité et d’infaillibilité de l’Église : - Édition critique du Nouveau Testament en grec - Nouvelle traduction latine du NT par Erasme  hiatus énorme entre pratiques de l’Eglise et textes eux-mêmes  Retour aux sources et réforme religieuse, rationalité philologique, refus de la superstition,  Dénonciation abus pouvoir spirituel par le pape C. Une révolution dans la circulation des idées, des sources (Bible) et du savoir. 1. L’imprimerie - Johannes Gutenberg (+1468), imprimeur allemand, - Facile le procédé de composition typographique - 1455 : Gutenberg réalise la premièreimpression de la Bible en latin. II. Les réformes protestantes. Modèles religieux et politiques (Luthéranisme, Calvinisme, Eglise anglicane et réforme radicale) 15 A. Un portrait d’unité idéalisé sur une base commune  Un phénomène européen  Unité doctrinale dans les différences : - Paradis et salut sont offerts gratuitement par Dieu A. Martin Luther (1483-1546) : de l’exégèse à la révolte et à l’organisation d’une nouvelleEglise. L’indispensable soutien du pouvoir politique  Réaction de Luther et d’autres face à un cas : 1. Un casus belli qui fait éclater l’Europe : Albert Hohenzollern  Cas typique de cumul des bénéfices  Pas assez d’argent pour payer dispense - Respo des indulgences en terre allemande, il a le droit de récolter la moitié des indulgences et l’autre moitié envoyée à Rome 2. Charles V, roi d’Espagne et empereur du saint Empire (1519-1555) face à la Réforme  Objectif : l’Empire. Sauvegarder unité religieuse et politique pour lutter contre France et Turcs.  Réformer l’Eglise (il exige un concile pour la réforme auprès du pape).  1555-1547 : Guerres entre princes catholiques + empereur et princes allemands protestants  1555 : paix d’Augsbourg : reconnait que différentes manières d’être chrétien  1555-1556 : abdication de Charles V (à son fils Philippe : Espagne, Indes, Pays-Bas, Naples et Sicile; à son frère Ferdinand dignité impériale)  A partir de 1555 : princes choisissent leur confessions religieuse  Celui qui possède le territoire en détermine la religion pour ses sujets Martin Luther (1483- 1546) - 1505 : devient religieux augustin + prêtre ; prof. d’exégèse à Wittenberg (1512) - 1517 : Wittenberg, publication 95 thèses sur l’efficacité des indulgences. Diffusion immédiate - 1521 : Diète de Worms: Luther hérétique et au ban de l’Empire (mais protection de Frédéric III le Sage, électeur de Saxe) - 1529 : Petit et Grand Catéchisme - 1530 : Confession d’Augsbourg (le Credo protestant est fixé) - 1521-1534 : traduction du Nouveau (1521) et de l’Ancien Testament en allemand Refus des médiations entre l’individu baptisé et Dieu (notamment pape et prêtres). Lecture directe de la Bible par tout chrétien. 16 3. Les limites de la révolution luthérienne. Le soulèvement de l’homme commun (1524-1526).Un soulèvement évangélique  Depuis fin M-A : situation de l’homme commun se détériore MAIS qd Luther diffuse Bible (langue vulgaire)  espoir d’une société alternative. CSQ : - Révolte de l’homme commun (1524-1526) o Où : Allemagne centre/Sud o Soulèvement de masse: 60/70% des hommes 70/75.000 morts o Base de la révolte : des doléances sociales et des revendications évangéliques o La réaction des princes (soutenus par Luther et financés par les Fugger)  guerre. Bataille deFrankenhausen:5000 morts o Une guerre qui discrédite les réformateurs 4. Différentes visions religieuses et politiques dans le cadre de la Réforme 5. La Réforme et ses centres de diffusion 17 6. Carte confessionnelle de l’Europe à la fin du XVIe siècle B. Réforme? Les réformes: protestantisme, 1 ère ½ XVI siècle  Protestantisme : La réforme luthérienne  Protestantisme réformé : Les réformes zwinglienne, bucérienne et calviniste  La réforme anglicane (du schisme à une nouvelle confession)  La Réforme radicale (le/s anabaptisme/s) 1. Protestantisme réformé: Les réformes zwinglienne, bucérienne et calviniste. Un contexte de prédilection: les villes  Lien fort entre la structure politique (villes-états) et Eglise réformée  Luther : trois sphères de pouvoirs complémentaires (roi/prince, eglise luthérienne et père de famille) >< Calvin : - Organisation de la société par pt communautés indépendantes  système collégiale - Crée consistoire = assemblée de pasteurs qui gouvernent ville et église - Groupes marginaux (réforme radical) : refusent superposition du politique et du religieux 2. Eglise anglicane et état absolu. Un processus de longue durée (1531- 1603)Les souverains impliqués  En Angleterre, Eglise nait en tant qu’Eglise d’Etat : - Eglise national à structure catholique mais sommet à l’intérieur de l’Etat >< à Rome - Doctrine et croyance changent pas jusqu’aux enfant d’Henri XVIII (18) : Edouard VI : - Henri VIII (1491–1547), le schisme

« LCOPS1113 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE Gabrielle Meyers Soca11BA »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles