Devoir de Philosophie

LE MODELE AMÉRICAIN ET LE MODELE SOVIÉTIQUE : DEUX MODÈLES QUI S'AFFRONTENT PENDANT LA GUERRE FROIDE, DE 1947 A 1991. COMPOSITION

Publié le 03/06/2012

Extrait du document

-Mais l’URSS ne peut répondre au défi militaire et technologique imposé par les Etats-Unis. Gorbatchev, nouveau dirigeant de l’URSS, s’efforce de sauver le système par des réformes économiques et politiques d’urgence (perestroïka et glasnost) ayant pour conséquence un arrêt de la guerre froide (traité de Washington en 1987 éliminant les euromissimiles et retrait de ses troupes d’Afghanistan en 1988).  -Cependant, le modèle soviétique est irréformable : les déséquilibres créés par la tentative de modernisation entraînent l’effondrement de l’économie et les réformes de libéralisation de la société permettent surtout l’expression des mécontentements. L’abandon de la doctrine Brejnev de souveraineté limitée pour les démocraties populaires entraîne, en 1989, la chute du mur de Berlin, la réunification allemande en 1990 et l’effondrement des régimes communistes. Le modèle idéologique s’efface ce qui laisse place à la renaissance des nationalismes qui emportent les régimes communistes. L’URSS devient la Russie en décembre 1991 et les Etats-Unis font désormais figure d’«hyperpuissance «.

« politique reprise par Johnson dans son projet de « grande société ».-Phase de répit qui encourage des velléités d’indépendance, comme en Pologne ou en Hongrie en 1956, ou des retoursd’impérialismes, comme l’intervention franco-britannique à Suez en 1956-Cependant, la remise en cause du partage territorial de la 1ère guerre froide manque de faire basculer le monde dans un conflitnucléaire : crise de Cuba en 1962 2) La détente (1963-1975)-Les conflits deviennent plus périphériques, conséquence de la crise de Cuba. C’est le cas au Vietnam (1964-1973), et auProche-Orient avec la 3ème guerre israélo- arabe ou « guerre des six jours » en juin 1967 et la guerre du Kippour en 1973. LeTiers-monde devient un enjeu de la guerre froide car les décolonisations laissent de nouvelles zones à influencer.-Mutation du modèle américain soumis à une double crise : interne (modèle social : ségrégation ethnique des Noirs, scandale duWatergate de 72-74) et externe (enlisement dans la guerre du Vietnam 1962-73). Tandis que le modèle soviétique tend à sescléroser sous Brejnev, après l’échec des réformes de Khrouchtchev-Fissuration des blocs : critique chinoise du côté soviétique /critique française du côté américain et à la fin des années 60 remiseen cause des modèles : « printemps de Prague »/critique de la société de consommation en Occident en mai 68 L’émergence duTiers-monde et l’affirmation des pays non-alignés confirment l’affaiblissement des deux modèles, ce qui accentue leurrapprochement : condominium mondial symbolisé par la conférence d’Helsinki de 1975 III - Vers la fin des modèles et l’implosion du bloc soviétique (1976-1991) 1) L’expansionnisme soviétique relance la guerre froide : la « guerre fraîche » (1975-1985)-Contexte de recul du modèle américain dans le monde (révolution sandiniste au Nicaragua en 78, révolution islamique en Iran et2ème choc pétrolier en 79) et de parité nucléaire, favorise l’expansionnisme soviétique : déploiement des missiles SS-20 en1977, invasion de l’Afghanistan en 1979-Réaction américaine (« America is back ») avec le nouveau président Reagan élut en 1980 qui relance la course aux armements(IDS en 1983) et l’interventionnisme américain (Liban, Grenade en 83, soutien aux guérillas anticommunistes au Nicaragua,Afghanistan, Angola, Mozambique, déploiement en Europe des fusées Pershing-II en 1983)2) L’effondrement du modèle soviétique (1985-1991)-Mais l’URSS ne peut répondre au défi militaire et technologique imposé par les Etats-Unis. Gorbatchev, nouveau dirigeant del’URSS, s’efforce de sauver le système par des réformes économiques et politiques d’urgence (perestroïka et glasnost) ayantpour conséquence un arrêt de la guerre froide (traité de Washington en 1987 éliminant les euromissimiles et retrait de ses troupesd’Afghanistan en 1988).-Cependant, le modèle soviétique est irréformable : les déséquilibres créés par la tentative de modernisation entraînentl’effondrement de l’économie et les réformes de libéralisation de la société permettent surtout l’expression des mécontentements.L’abandon de la doctrine Brejnev de souveraineté limitée pour les démocraties populaires entraîne, en 1989, la chute du mur deBerlin, la réunification allemande en 1990 et l’effondrement des régimes communistes. Le modèle idéologique s’efface ce quilaisse place à la renaissance des nationalismes qui emportent les régimes communistes. L’URSS devient la Russie en décembre1991 et les Etats-Unis font désormais figure d’«hyperpuissance ». Conclusion :-Bilan et réponse : Formation d’un monde bipolaire déterminé par un affrontement idéologique sans précédent dans la durée,mais d’intensité variable. Les modèles se sont adaptés aux différentes phases de la guerre froide. Cette opposition des deuxmodèles a été le moteur de l’histoire, si bien qu’en 1992 Francis Fukuyama dans « la fin de l’Histoire et le dernier homme »considère que la fin des deux modèles idéologiques opposés constitue la fin de l’Histoire.-Elargissement : La multipolarisation du monde a émergé progressivement, affaiblissant la bipolarisation issue des deux modèleshérités de la 2GM. Aujourd’hui, le conflit idéologique mondial E-U/URSS a laissé place à des conflits identitaires (national,religieux ou culturel) plus régionaux. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles