Devoir de Philosophie

L'Europe de l'Ouest en construction (1945-1989) - Histoire

Extrait du document

europe

Les transformations de la CEE L'assemblée européenne, élue à partir de 1976 au suffrage universel, devient le parlement européen.  La Coopération politique européenne (CPE) est créée en 1970. Chefs d'état ou de gouvernement, regroupés dans le Conseil Européen, se concertent sur les questions internationales.  En 1975 est lancée la « politique régionale «. Elle vise, par les aides du Fonds européen de développement régional (FEDER), à corriger les inégalités économiques à l'intérieur de la CEE.  Enfin, pour faire face à la crise monétaire, et stabiliser les monnaies, le système monétaire européen (SME) est crée en 1978  La relance de la constitution en 1986  L'acte unique européen (1986)  Le processus d'intégration est « remis sur les rails « par Jacques Delors. Elle aboutit au traité de l'acte unique européen en février 1986.  Celui-ci prévoit l'achèvement du marché intérieur pour janvier 1993 par la suppression des obstacles, techniques et fiscaux, qui subissent.  Les mesures institutionnelles Face à la multiplication du nombre de membres, les cas de vote à la majorité qualifié au Conseil des ministres sont accrus.  Les pouvoirs du Parlement sont renforcés : il participe davantage au processus de décision communautaire.  Les nouvelles réalisations Les accords de Schengen sont signés entre neuf pays : ils prévoient la libre circulation des personnes. 

« LES DEBUTS DE LA CONSTRUSTION EUROPEENNE (1945 – 1954) Aux Origines : LA CECA :L'un des principaux artisans de la CECA est le Gouvernement Français. C'est lui qui « propose de porter immédiatement l'action sur un point limité mais décisif »document 1 et donc de « placer l'ensemble de la production franco-allemande de charbon et d'acier sous une haute autorité commune dans une organisation ouverte àla participation des autres pays d'Europe ».La CECA veut avant tout, la paix dans le monde. Le principal objectif de la CECA serait aussi de favoriser le développement économique de ses pays signataires, etde permettre une meilleure circulation des marchandises afin de faciliter les échanges entre ces pays. La CECA s'inscrit dans un contexte d'après la seconde guerremondiale mais dans la menace de la guerre froide.D'après Schuman, La France, l'Allemagne, sont amenés à participer à la CECA car « _le rassemblement des nations européennes _exige que l'opposition séculaire dela France et de l'Allemagne soit éliminée » Les pays qui adhèrent à la CECA sont la France, l'Italie, L'Allemagne de l'ouest, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Pourtant, Robert Schuman voulais que la CECA s'élargisse à toute l'Europe mais elle ne restera que dans les pays limitrophes. C'est donc un échec pour RobertSchuman. La CED : L'échec de l'Europe militaire et politique : La CED a des objectifs exclusivement défensifs. Elle assure contre toute agression la sécurité desÉtats membres, en participant à la défense occidentale dans le cadre du traité de l'Atlantique Nord et en réalisant l'intégration des forces de défense des États membreset l'emploi rationnel et économique de leurs ressources. Toute agression armée dirigée contre quelconque des États membres en Europe ou contre les Forceseuropéennes de défense sera considérée comme une attaque dirigée contre tous les États membres. Les États membres et les Forces européennes de défense porterontà l'État ou aux Forces ainsi attaqués aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, militaires et autres. Il s'agit d'une institution supranationale car elleregroupe tout les pays membres, et n'est plus réduit à une seul nation mais à plusieurs.La CED a pour rôle pendant la guerre froide, d'assurer et de garantir la paix entre tout les pays et états membre. Elle participe à la défense occidentale dans le cadredu traité de l'atlantique nord. La CED permet aussi de s'assurer de l'emploi rationnel et économique de leurs ressources.De Gaulle reproche à la CED d'avoir rapproché la France et l'Allemagne «_ doit verser ses hommes, ses armes, son argent, dans un mélange apatride _». Il pense quela France fait tout ça « au nom de l'égalité des droits de l'homme ». De gaulle a un discourt nationaliste et on le reconnaît lorsqu'il s'exprime avec ces mots : «_ laFrance ne pourra pas sans l'agrément du chef suprême américain, envoyer dans les territoires d'Outre-mer aucun des éléments qu'elle verse à l'armée dite ‘'européenne‘'_». De plus, on enlève « ses hommes, ses armes, son argent » au profit d'un pays perdant qui est l'Allemagne. LA RELANCE DU PROJET EUROPEEN (1955-1974)L'intégration économique se poursuit :Les pays signataires du traité de Rome sont la Belgique, la RFA, la France, L'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. L'objectifs économique et social et l'idéal que cetraité veut promouvoir est avant tout de créer un marché commun et rapprocher progressivement les politiques économiques des états membres, pour ainsipromouvoir un développement harmonieux des activités économiques. Ceci permettra « une expansion continue et équilibrée, une stabilité accrue, un relèvementaccéléré du niveau de vie. »La politique agricole commune implique un marché unique « donc la liberté complète de circulation pour tout les produits à l'intérieur d'un marché national » etaussi une politique commune d'orientation de la production, et une responsabilité communautaire. Les négociations sont difficiles car avant tout la peur d'un «marchandage global » à cause d'une politique commune, plane. La peur de l'échec est donc un obstacle comme les négociations faces aux futurs entrants, comme laGrande-Bretagne … La PAC est avant tout un Conseil des ministres qui votent des prix européens. Les prix européens regroupent : d'un côté la taxe et le prixmondial qui représente le produit agricole importé dans la CEE, d'un autre côté, supervisé par les Fonds Européens d'orientation et de garantie agricole (FEOGA) lasubvention versé à l'agriculteur et le prix mondial qui représente le produit agricole européen exporté.Les blocages politiques :Les anglais craignent que le marché commun ne provoque la fin du Commonwealth (organisation qui réunit les pays membres souverains, par leurs intérêtscommuns, sans traité et neutres lorsqu'un conflit engage un ou plusieurs d'entre eux. Le Commonwealth est dirigé par Le souverain du Royaume-Uni.)De plus, lesbritanniques ne souhaitent pas être « réunis » aux autres membres car ils sont anti-européens.La CEE rencontre trois problèmes majeurs : avant tout, celui dit de l'achèvement c'est-à-dire « du passage à la période définitive et de l'adoption d'un règlementfinancier définitif. Puis, celui de l'approfondissement, c'est-à-dire, « qui recouvre les perspectives d'évolution de la communauté ». Enfin, celui de l'élargissement oudes demandes d'adhésions. Ces trois questions sont soulevées suite à une unique question : « sommes nous décidés à poursuivre la construction de la communautéEuropéenne ? »LES INCERTITUDES EUROPEENNES (1974 – 1989)L'europessimisme :Les nouveaux adhérents de la CEE sont le Portugal, et l'Espagne. Le contexte économique est très mauvais. La population française ne se réjouit pas de leur entré carcette dernière rime avec disparition de certaines protections pour les intérêts nationaux à cause de la suppression des barrières.Leur adhésion suscite la crainte des agriculteurs français. En effet, cette adhésion susciterais une concurrence « destructrice pour de nombreux emplois industriels etexploitation agricoles » L'Espagne et le Portugal représente donc une menace pour les français au moment de leur adhésion en 1985. Le Royaume-Unis se repli faceà l'adhésion à la CEE. Cette caricature se moque des français : De Gaulle et Napoléon. Ils se braquent face à la proposition et tournent même en ridicule ce que laCEE à fait jusqu'alors.La CEE se retrouve face à la proposition d'une monnaie commune en Europe. De plus, François Mitterrand se retrouve face à l'unification Allemande (Allemagne del'est) et au nouveau rôle que devrait jouer l'OTAN.L'approfondissement de l'Europe :Les principaux axes de la construction européenne, rappelés dans le préambule sont le désire de prendre les décisions à plusieurs, tout en gardant leurs lois, et endéfendant les droits de l'homme.Le domaine le plus développé dans le préambule est « l'union ». On ressent beaucoup cette envie de vouloir prendre de plus en plus des décisions en commun, et lapossibilité de n'avoir qu'une seule voix pour regrouper tout les membres.Dans le paragraphe du document 7, il est dit que cette union européenne est basée sur la volonté des citoyens et que ces citoyens sont représentés par le parlement, oron voit dans le document 6 que les citoyens n'ont presque pas voté aux dernières élections et que le taux d'abstention est énorme. Alors, cela veut dire qu'ils ne lavoulaient peut être pas tant que ça de cette union ou qu'ils en sont déçus.Les étapes de la construction européenne (1945-1989)L'unité européenne, une idée très ancienne, ne se concrétise qu'après la seconde guerre mondiale. Mais du fait de la guerre froide, se sont deux Europe qui se mettenten place. Après la création de la CEE, des traités aboutissent à son élargissement géographique et à l'extension de ses domaines d'interventions.Les origines de la construction européenne (1945 – 1957)L'émergence d'une conscience européenneLes précurseurs de l'idée européenneDepuis le Moyen-âge, l'idée de constituer une Europe unis surgit périodiquement dans les écrits d'intellectuels et de dirigeants.La Première guerre mondiale lui donne un nouveau souffle : l'unité permettrait de lutter contre le déclin européen et de maintenir la paix retrouvée. Aristide Briandpropose à la SDN en 1929, un projet européen.Les effets de la crise économique et la montée du fascisme brise toute tentative.Le réveil du projet après 1945 Après 1945, le rapprochement entre les états européens semble le seul moyen d'éviter un nouvel affrontement et de reconstruire lespays.Les données internationales changent : la guerre froide s'installe. L'impulsion à la construction de l'Europe vient alors des Etats-Unis, qui veulent contrer la menacecommuniste. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles