Devoir de Philosophie

Une récolte de pommes de terre ratée Irlande, vers 1840 (histoire)

Publié le 19/03/2012

Extrait du document

histoire

En 1844, une maladie inconnue s'attaqua aux pommes de terre en Amérique du Nord. On y attacha peu d'importance en Europe. Mais, l'année suivante, cette maladie fit son apparition en Irlande, où toute la population était entièrement dépendante de ce. légume qui constituait sa principale nourriture. Comme cette maladie se répandait à une vitesse surprenante, une grande partie de la récolte fut rapidement atteinte. En 1846, toutes les cultures encore existantes pourrirent sur place. L'année suivante (1847), il n'y avait plus, à proprement parler, de récolte de pommes de terre, et la famine avait apporté un tel chaos dans le pays qu'un huitième seulement de la quantité normale avait été semée et plantée.

histoire

« n'avaient pu payer leur loyer. De pauvres familles affa­ mées furent chassées sans pitié de leurs chaumières qui furent immédiatement démolies. Des villages entiers furent dépeuplés de cette manière. Ici et là, les Anglais établirent des cuisines populaires. Mais, pour manger, il fallait payer le prix, alors que, dans le pays, il n'y avait plus d'argent à trouver. Le· gou­ vernement anglais resta froid. 'Arrêtez-les, incarcérez­ les, faites ce que vous pouvez', ordonnait le chancelier de l'Echiquier, Charles Wood (ultérieurement baron Hali­ fax). 'Allez-y avec chevaux, infanterie et dragons, et le A droite: Distribution de vêtements à Kil­ rush, en Irlande, pendant la famine. Diverses organisations de secours virent le jour. Mais l'incompréhension du gouvernement et la cupidité des propriétaires qui habitaient l'Angleterre, rendirent la situation intenable pour les Irlandais. Des dizaines de milliers de personnes moururent de faim, de maladie et de misère. Environ, un million un quart d'Irlandais émigrèrent, la plupart au Canada et aux Etats-Unis, quelques-uns en Angleter­ re. Ci-dessous: Gravure représentant des famil­ les irlandaises abandonnant le pays pour se rendre en Amérique du Nord. monde entier vous admirera. Il n'est pas nécessaire d'être prudent. Allez seulement aussi loin que la loi vous y auto­ rise, et même un peu plus loin.' En 1848, la récolte fut aussi mauvaise qu'en 1846. Des dizaines de milliers d'Irlandais moururent du typhus. Le choléra fit son apparition. Ceux qui avaient les moyens de payer leur voyage partirent pour le Canada et les Etats-Unis. Mais ils n'étaient pas nombreux. Les survi­ vants cultivèrent leur haine contre les Anglais. Ce n'est que très récemment et très lentement que ce sentiment a commencé à se modifier. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles