Devoir de Philosophie

Presentation physique

Extrait du document

physique
Détection de l'électron et le positron dans les chambres à bulles Après la Seconde Guerre mondiale et la construction d'accélérateurs de particules plus puissants, les chambres à brouillard furent progressivement remplacées par les chambres à bulles. C'est en 1952 que Glaser inventa la chambre à bulles. Son fonctionnement est semblable à celui de la chambre à brouillard, si ce n'est que les particules laissent une traînée de bulles dans un liquide surchauffé à la limite de l'ébullition, plutôt que dans de la vapeur. Gargamelle, la fameuse chambre à bulles du CERN, joua un rôle essentiel dans la découverte des courants neutres faibles en 1973.  D'autres détecteurs déclenchent des appareils photo pour prendre des clichés de la chambre, qui sont ensuite projetés sur une table spéciale pour être analysés. Dans les années 60, des opérateurs se relayaient jour et nuit pour analyser des milliers de clichés à la recherche des événements susceptibles d'intéresser les physiciens. Ils mesuraient ensuite la longueur et l'angle des traces intéressantes. La chambre étant généralement placée dans un champ magnétique important, la trajectoire de la particule est courbée. Son passage dans cette cuve se traduit par la formation le long de s...

« événements peuvent être enregistrés. Par exemple, l’immense Grande chambre à bulles européenne (BEBC), mise en service en 1973 au CERN, a permis de produire 6,3 millions de clichés en 11 ans d'exploitation. Les expériences actuelles dans le Grand collisionneur de hadrons (LHC) enregistrent le même nombre d'événements en moins de deux heures. La chambre à étincelles a l’avantage, par rapport à la chambre à bulles, de pouvoir capturer des images d'interactions bien plus rapidement. Dans les chambres à étincelles, les particules forment des traces en traversant un gaz inerte, par exemple du néon. Une tension est appliquée à deux plaques se faisant face dans la chambre, provoquant une série d’étincelles dans le gaz. De nos jours, pour créer une visualisation, les équipes de chercheurs utilisent des logiciels qui convertissent les données en objets graphiques. Un rendu visuel de ces objets est ensuite obtenu grâce à une application dédiée. Les caractéristiques choisies (angles, couleurs, ce qui y apparaît ou non) varient selon l’utilisation prévue. Explication physique: Le mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique uniforme (même intensité, même direction en chaque pont): 1. la particule se déplace dans une direction perpendiculaire à celle du champ magnétique B. Comme la F est perpendiculaire à la vitesse (et à B: F=vxB) elle a pour effet à changer la direction de la vitesse sans changer la grandeur ==> le mouvement est circulaire uniforme et l'accélération est centripète. r=mv/qB r-le rayon du cercle décrit par la particule. w=-qB / m w-la fréquence Le signe (-) indique que w a une direction opposée à celle de B pour une charge négative et la même que B pour une charge négative. La courbure donc de la trajectoire d'une charge positive ou négative fournit un moyen de déterminer si la charge est (+) ou (-) si on connait sa direction de déplacement. 2. la particule se déplace dans une direction qui n'est pas perpendiculaire à celle du champ magnétique B. Dans ce cas nous pouvons séparer la vitesse en ses deux composantes parallèle et perpendiculaire au champ magnétique. La composante parallèle reste inchangée tandis que celle perpendiculaire change constamment de direction (cas 1). Le mouvement est alors résultante d'un mouvement uniforme parallèle au champ et d'un mouvement circulaire autour du champ avec w. La trajectoire est une hélice. Plus B est grand plus le rayon de l'orbite r est petit. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles