Devoir de Philosophie

Sir Frederick William Herschel

Extrait du document

Il découvrit, dans le système solaire, encore deux autres petits satellites de Saturne et les deux satellites d'Uranus. Mais c'est en examinant les étoiles qu'il réussit sa plus belle oeuvre. En utilisant une nouvelle méthode (statistique) de comptage des étoiles dans les différentes parties du ciel, il put déterminer la forme du système de la voie lactée. Il en vint à conclure qu'elle devait avoir la forme d'une lentille biconvexe, semblable à deux assiettes dont les bords sont posés l'un contre l'autre. Mais il n'en resta pas là. En travaillant d'après leur première recherche systématique du ciel, Herschel et sa soeur découvrirent des milliers de nouveaux nuages. Ces objets célestes nébuleux étaient considérés comme des énigmes par les astronomes.

« pour son travail et sa persévérance . Il avait sui vi, parmi les étoiles, les mouvements d'un petit astre de couleur verte, derrière l' orbite de la planète Saturne . Il pensa d'abord qu'il s'agis sait d'une comète, mais il semblait que l'orbite observée res­ semblait trop à une orbite circulaire pour être confondue avec une comète. Herschel sentit qu 'il avait découvert une nouvelle planète, pour la pre­ mière fois depuis l'antiquité. Il l'appela Georgius pidus, puis plus tard Uranus . Ci-dessus: Notes d'Herschel sur la découverte de la planète Ura­ nus en mars 1781 . Il faisait 'une étude systématique du ciel', lorsqu 'il découvrit un corps en forme de plateau; ce corps ne pouvait donc pas être une étoile . Il pensa d'abord qu'il s'agissait d'une comète, mais découvrit par la suite que l'orbite décrite était trop voisine d' un cercle pour une étoile. Ci-dessus, à gauche : Dessins d'Herschel de la planète Saturne (en haut) et de Jupiter. Le petit disque dans la figure du dessous est le troisième satellite de Jupi­ ter, et le trait noir est son ombre sur Jupiter. L'esti mation d'Her­ schel du temps de révolution de Saturne autour de son propre axe ne différait que de 2 minutes par rapport à la valeur actuellement connue de JO heures et 14 minu­ tes. A gauche: Matériel de polissage dont Herschel se servait pour polir les miroirs de ses télescopes. Les miroirs étaient constitués d'un alliage de métaux , dont le cuivre, l'argent et l'étain. Ils étaient fondus dans des moules en terre, cuits sur du charbon de bois. Les coulées étaient achevées avec des morceaux de cuivre strié. Enfin , Herschel polissait les miroirs avec des 'coussinets' métalliques couverts de poix. Le procédé ne put être généralisé, chaque miroir devant répondre aux exigences du télescope auquel il était destiné. Cette découverte le rendit immédiatement célèbre. La Royal Society lui décerna une médaille et le nomma membre de l'Académie, tandis que le roi George III le nommait astronome de la Cour et lui accordait un traitement annuel de 200 livres, et de 50 livres pour sa soeur, pour leur permettre de poursuivre leurs recherches scientifiques. Il découvrit, dans le système solaire, encore deux autres petits satellites de Saturne et les deux satel­ lites d' Uranus . Mais c'est en examinant les étoiles qu'il réussit sa plus belle oeuvre. En utilisant une nouvelle méthode (statistique) de comptage des étoiles dans les différentes parties du ciel, il put déterminer la forme du système de la voie lactée. Il en vint à conclure qu'elle devait avoir la forme d'une lentille biconvexe, semblable à deux assiettes dont les bords sont posés l'un contre l'autre . Mais il n'en resta pas là. En travaillant d'après leur première recherche systématique du ciel, Herschel et sa soeur découvrirent des milliers de nouveaux nuages. Ces objets célestes nébuleux étaient considérés comme des énigmes par les astronomes . Quelques nuages semblaient être composés d'étoiles, tandis que d'autres étaient tellement flous qu'ils ressemblaient davantage à des traînées de gaz ou de liquide, supposition adoptée par certains astronomes . Herschel imagi­ na que ces objets mystérieux pouvaient très bien ne pas appartenir au système de la voie lactée, mais former, au contraire, une autre voie lactée, très éloignée de la nôtre. C'était une idée très per­ tinente, témoignant de sa grande intelligence. Les Herschel établirent également un catalogue des corps célestes: il se composait de trois parties et décrivait 2 500 nuages et amas d'étoiles (on n'en connaissait encore que cent à l'époque) et 848 étoiles doubles, formant un système de deux étoiles tournant l'une autour de l'autre. Her sc hel déclara également que ce que nous observons à un moment précis, n'est qu'une ima­ ge dans le temps d'un univers qui continue à se dé­ velopper. En 1816, Herschel fut nommé chevalier et put s'appeler Sir William. Il mourut le 9 janvier 1822 à Slough . Son fils John poursuivit son oeu­ vre et devint un astronome aussi célèbre que son père. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles