Devoir de Philosophie

Commentaire Gwynplaine Hugo dans L'homme qui rit

Extrait du document

« Victor Hugo (1802-1885) est un des plus grands auteurs français ayant touché à tous les genres : le théâtre, la poésie et le roman. Cet auteur est engagé politiquement et socialement, il est par exemple contre la peine de mort. L'extrait que nous avons à analyser présente le personnage principal du roman philosophique « L'Homme qui rit » publié en 1869. Gwynplaine est un jeune homme semblable à tout humain. Seulement, fils de Lord, il se fait capturé par des bandits qui l'on défiguré en lui taillant le visage. De ce fait, il se retrouve avec un sourire permanent, qu'il pleure ou qu'il rit. Recueillis par un comédien, il devient un phénomène de foire. En quoi le portrait de Gwynplaine est-il ambivalent ? Nous verrons dans un premier temps, le portrait physique de Gwynplaine. Nous nous intéresserons dans un second temps à comment Hugo présente moralement Gwynplaine à son lecteur. Gwynplaine est représenté comme un véritable monstre, mais un monstre comique ou un monstre assimilé à une œuvre d'art. Ce texte met en avant l'extrême laideur de Gwynplaine, qui devient presque une hyperbole. Son visage est déformé, défiguré, dès les premières lignes, le narrateur nous présente son visage qui possède des traits surnaturels « une bouche s'ouvrant jusqu'au oreilles, des oreilles se repliant jusque sur les yeux, un nez informe ». De la ligne 20 « Il semblait évident … » à la ligne 27 « … était sorti ce masque, Gwynplaine » cette laideur nous est décrite comme étant l’œuvre d'une violence monstrueuse. Des termes techniques sont employés « obtusions », « ligatures » qui renforcent l'aspect tragique de son visage. Enfin, le passage est long, ce qui montre le long travail de destruction du visage de Gwynplaine. Pour finir, cette difformité a besoin de comparaison pour que le lecteur puisse se représenter son visage « Deux yeux pareils à des jours de souffrance, un hiatus pour bouche, une protubérance camuse avec deux trous qui étaient les narines, pour face un écrasement ». En effet, Le personnage est tel un clown, sa laideur fait rire le monde. Gwynplaine s'exhibe dans « les champs de foire et dans les carrefours », il est inimitable « Pas d'effet comparable au sien ». Il y a le chant lexical de la vue « regarder », « observait », « apercevaient » ou encore « voyait ». Il n'a rien à faire, seul son visage suffit à faire rire « rien qu'en se montrant ». La répétition du verbe rire témoigne bien que le rire s'impose à la foule. Le rire s'impose en effet à tous sans liberté de pensée, du bourreau, à des hypocondries, à un homme en deuil tout le monde rit, d'où le fait que l'auteur se demande si « le rire est-il synonyme de joie ? ». L'emploi du pronom défini « on » renforce ici généralité de ce rire, qui devient obsessionnel. Le champ lexical du spectacle est lui aussi employé : « c'était un bateleur », « Gwynplaine était un saltimbanque ». Pour finir, le rire ne s'impose pas seulement à la foule, il s'impose aussi à Gwynplaine, car c'est contre son grès qu'il suscite tant d'hilarité. On le voit à l'aide de la phrase « Sa face riait, sa pensée non ». Cette phrase l'enferme dans sa mutilation. En outre Gwynplaine est assimilé à une œuvre d'art. On voit qu'il y a un champ lexical de l'art : « de tels chefs-d’œuvre », « était admirablement réussi », « de cette sculpture ». L'auteur fait ressortir ce qui est beau du laid, il transforme le laid en beau « La nature avait été prodigue de ses bienfaits envers Gwynplaine », mais il le nie par la suite en disant « Mais était-ce la nature ? […] il est certain que la nature ne produit pas toute seule de tels chefsd’œuvre ». Ce qui veut dire que le monstre est donc une création. Ceux qui ont »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles