Devoir de Philosophie

Commentaire: Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites (Hugo)

Extrait du document

hugo

Le plan du commentaire serait alors le suivant :

  • L'IMPLICATION DE L'AUTEUR.

  • UNE DÉMONSTRATION PAR L'ILLUSTRATION.

  • UNE PAROLE QUI S'ÉCHAPPE.

Bien entendu, ces titres n'apparaîtront pas dans notre commentaire ; ils sont là pour permettre de mieux visualiser le plan adopté et l'articulation du commentaire rédigé.

Par ailleurs, on ne trouvera pas exploités dans ce commentaire tous les points que nous avons pu relever au cours de notre analyse. On ne peut pas tout dire dans un commentaire composé : tout en essayant d'être complet, il faut accepter de se borner.aux points qui viennent à l'appui de la démonstration, ou qui servent réellement l'exposé. En revanche, il faut insister sur la convergence des procédés destinés à produire un effet.

 

 

« idée de mort (« Cryptes », « rien ne palpite », « squelette »...). La transition sera fournie en rappelant que, chez Victor Hugo, la mort va souvent de pair avec la nuit. SECONDE PARTIE : LES MÉTAPHORES DE LA NUIT Cette seconde partie montrera comment Hugo développe dans son texte des métaphores fédérées par la notiond'obscurité, métaphores remarquables pour leur pertinence et leur pouvoir d'évocation. On soulignera d'abord la structure du texte, dans lequel l'image de la caverne semble s'annoncer peu à peu, pours'installer définitivement dans les dernières lignes de, l'extrait à commenter. Le vocabulaire des vers 1-12 secaractérise par la fréquence des termes comme « nuit », « sombre », « noir »... composant un univers dans lequel rien ne se distingue qu'à demi. Puis, dans les vers 13-34, la métaphore mathématiques/caverne est graduellementfilée par l'emploi de termes techniques («stalactites », « varechs »), l'évocation de l'espace et enfin celle des bêtes vivant dans la grotte. Il faudra ensuite revenir sur les métaphores rencontrées au long du texte, en soulignant la façon dont ellesrenforcent l'idée d'obscurité tout en s'appliquant très bien à l'univers mathématique et scientifique : vers 3, 9, 31 etsurtout 14. Les éléments nécessaires à cette seconde partie sont donnés dans notre analyse au paragraphe « Lamétaphore de la caverne ». - TROISIÈME PARTIE : UN UNIVERS DE CONFUSION Dans cette dernière partie, on montrera comment les divers éléments du poème concourent à créer un sentiment deconfusion. Dans un premier temps, il faudra insister sur l'emploi de termes renvoyant à l'incertitude (« cherche », « s 'évapore », « N'est plus que », « On ne sait quoi », « Espèce de »...). Puis on montrera comment une accumulation de mots longs et obscurs, encore allongés par de fréquentes diérèses, contribue à cette confusion. Enfin, on soulignera lessonorités gutturales dues pour l'essentiel aux allitérations en « r ». A chaque fois, il faudra prendre soin d'expliquer comment le procédé signalé contribue à créer un effet. Victor Hugoveut prouver que les mathématiques sont un univers de confusion et d'horreur ; il écrit donc de façon à faire naîtrechez son lecteur un tel état d'esprit. EN CONCLUSION, on aura le choix entre deux approches. Soit se contenter d'une fin fermée, qui récapitulera lesprincipaux points du commentaire en soulignant la maîtrise verbale de Victor Hugo. Soit ouvrir sur une question, parexemple en rappelant que ce poème s'insère dans un débat plus large, celui des mérites comparés de la passion(poétique) et de la raison (mathématique). »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles