Devoir de Philosophie

Dissertation Francis Ponge

Extrait du document

ponge
Envoyé par Sabrina Sujet du devoir du 17 décembre : P177 Extrait de Proêmes «introduction au Galet « : « Je voudrais écrire une sorte de De Natura Rerum. On voit bien la différence avec les poètes contemporains : ce ne sont pas des poèmes que je veux composer mais une seule cosmogonie. « Ponge a - t - il réalisé dans le parti pris des choses ce projet de 1933 ? Point de repères bibliographiques : Vaste et foisonnante. 1944 Parti pris des choses tout petit recueil 1948 La crevette dans tous ses états Fin des années 40, il publie des textes presque apposés au PPDC. Il ne veut plus donner l'impression que le texte est achevé. P. montre le travail d'écriture qui s'accomplit lors de la composition d'un texte ; ses différents états, s'inscrit dans l'art contemporain, comme Picasso et sa série de taureaux. Proêmes le poème en prose serait un sens simplifié de ce mot ; dans le littré, livre de chevet de Ponge on a la définition suivante «prologue, entrée en matière « idée d'entrer dans la matière. Méthode : méthode de travail 1949 Le verre d'eau Ponge est très proche de la peinture et de la sculpture il a une conception très matérielle du texte. Il réussit dans Le verre d'eau à donner matière à l'emblème de la transparence absolue Cinq Sapates accompagné d'eaux-fortes de Georges Bracq Littré : « présent, cadeau de valeur considérable donné sous la forme d'un autre qu'il l'est beaucoup moins «. Ponge aime l'art pictural du 17 eme ; cette idée de Sapate est très espagnole, italienne : idée baroque : à l'intérieur des choses il y a un secret à aller chercher. Si Ponge veut être un nouveau Lucrèce c'est parce qu'il cherche la nature des choses, cachées à l'intérieur d'elle ou dans le regard etc. 1952 La rage de l'expression Les choses ne disent rien c'est à nous de comprendre ce qu'elles veulent dire. 1961 Gallimard publie pour la première fois des ?uvres complètes, Le grand recueil 1965 Pour un Malherbe tjs Gallimard. Malherbe est considéré comme celui qui a instauré les règles classiques dans la poésie. P. reconnaît en M. un maître par soucis de la précision de la langue et de la composition. Autre maître = La Fontaine, car au fond ses poèmes sont des fables. 1967 Le savon : de son origine à son terme. Symbole de l'écriture littéraire, présence d'un objet absent. Verre d'eau bu, le savon dissolu, mais le texte du savon est là : présence absolue. Ponge disciple de Mallarmé, car il conçoit la poésie comme évocation de ce qui n'est pas. 1971 La fabrique du Pré Parle du poème le Pré ; période bucolique . Pour le Pré : « Voici donc sur un pré l'occasion comme il faut prématurément d'en finir(...) Placez donc ici le trait final puis dessous sans le moindre interligne couchez mon nom pris dans le bas de casse, naturellement sauf les initiales bien sûr, puisque ce sont aussi celles du Fenouil et de la Prèle qui demain croîtront dessus « Francis Ponge Imagine sa mort. 1977 Comment une figue de parole et pourquoi. Introduit dans le texte une symbiose entre les choses et lui. L'homme n'est pas face mais dans et par les choses. Devient le principe générateur de la création verbale L'art de la figue 1984 Pratiques d'écriture ou l'inachèvement perpétuel. Repères biographiques : 1899-1988 a couvert l'histoire littéraire du XXeme siècle. Son travail tient une place capitale dans l'évolution conceptuelle de la poésie. Parti P DC parait dans l'époque la plus noire de l'occupation. La poésie française sort de 20 ans de surréalisme. , la seconde guerre marque un arrêt brutal dans la production. PONGE ET LES SURREALISTES : Les surréalistes dans les nouvelles formes de production ont pu réhabiliter les objets. Faire la distinction entre idéalisme, qui obéit au monde idéal des formes, Mallarmé : abstraction de la matière de la réalité des choses. Le surréalisme réhabilite l'objet, Maggritte par exemple. 1ere différence : Mais différent du PPDC surtout parce que les surréalistes s'intéressent aux objets fabriqués, manufacturés : Marcel Duchamps présente des objets industriels. Les Surréalistes ne perçoivent pas les choses naturelles dans leurs poèmes. Goût de l'insolite du scandale de la provocation et de l'inédit. Ponge s'attache aux choses humbles et ordinaires, évoque les choses plus que les objets. ; revenir au De Natura Rerum. Ponge prétend que les choses qu'il évoque sont dégagées du regard humain = soucis d'objectiviser le regard, position radicalement différente. Seconde différence : les surréalistes ont privilégié l'écriture automatique ; volonté de laisser libre cours à l'inconscient, marqués par Freud. Breton et Aragon ont travaillé dans un service de psychiatrie. Chez Ponge, au contraire il y a volonté de la parfaite maîtrise de la création de textes : Malherbe, La Fontaine. Beaucoup de surréalistes pendant la guerre se réfugient aux USA ou s'enrôlent dans la résistance. C'est dans la résistance que Ponge retrouve un certain nombre de surréalistes mais il est un poète qui fait de la résistance et non un poète de la résistance. Poète atypique, pas catalogage. Années 50-60 on le range malgré lui dans le groupe Tel Quel conduit par Solers. Groupe et revue active lié au structuralisme et à la nouvelle philosophie. Nombreux entretiens entre Solers et Ponge. Ponge est à multiples facettes. PONGE ET SES RACINES : Ponge a plusieurs racines : le Sud Il est né à Montpellier et grandi à Nîmes, puis Avignon jusqu'à l'âge de 10 ans. Pour un Malherbe : « Pour ceux qui sont nés non loin de la Méditerranée, pas de doute, la beauté existe « Favorise son sensualisme et l'attirance pour le monde extérieur. Le lézard, La figue, Les olives. Le sud lui a permis une initiation précoce à la latinité, en raison des vestiges romains du Sud. Cette culture latine va lui donner le goût des inscriptions des formules, solidité de l'écrit opposé à l'évanescence de la parole. Goût classique sobre, la formule c'est dire le plus avec le moins de mots possibles. Ce goût de l'art classique s'accorde avec son éducation protestante, qui entraîne une certaine retenue dans son ?uvre, rigueur pudeur et économie ; ainsi qu'une faible propension pour le lyrisme. Proêmes «pas d'étalage du trouble de l'âme « parler plutôt des choses que de soi. « Mais ce protestantisme n'était pas pour autant pessimiste, famille gaie et heureuse de vivre, ce qui se retrouve dans son propre optimisme, accepte l'homme ; ce sourire devant la vie l'empêche d'adhérer à l'absurde de Camus ou Sartre. Il refusera toujours les systèmes philosophiques métaphysique etc. , détachés de toute réalité. Le Nord : Du point de vue de la formation il connaît une période nordique, car va habiter à Caen 1909. Inscrit au lycée Malherbe, Bac en 1916. Etudes supérieures à Paris en droit et philosophie. Etudes difficiles car totalement inhibé à l'oral ; échec à la licence de philo, et au concours de Normal Sup. en 1919 1ere conférence en 1947 Tentative orale. Rentre tôt dans la vie active par des métiers médiocres. Retour en arrière : les années de lycées lui ont donné une connaissance du latin, qui le conduisent à rechercher avec assiduité l'origine des mots ; goût étymologique, et du Littré. Apporte aussi une culture littéraire et philosophique de ses civilisations, Lucrèce De Natura Rerum. Vision matérialisme de l'homme qui vise à la libérer des superstitions et des croyances. Mais aussi fusion de la poésie avec la science et la morale. Le poème chez Ponge n'est pas simple recherche esthétique mais aussi connaissance du monde et traité de morale. Ponge dit que ses poèmes peuvent et doivent être lus comme des fables. Le séjour à Caen lui apporte l'exemple de Malherbe, père spirituel : Pour un M. est autant une critique, une poétique qu'une ?uvre autobiographique. Années de crise : Passe son bac à mi-chemin de la 1ere GM, dont les événements et les suites le marquent. En 1923 il perd son père subitement et Francis à 24 ans subit une crise morale et intellectuelles profondes, à la source de la conception du PPDC. Le retrait de P. va se traduire par un refuge dans les mots ; il commence à écrire des petits textes, qui vont le conduire à faire la connaissance avec Paulhan, à l'époque secrétaire de rédaction de la NRF ce qui lui permet d'entrer dans le monde littéraire, et Paulhan le fait sortir de sa crise, de l'impossibilité qu'il avait de s'exprimer tout en étant enfermé dans les mots. Sorte de Rage de l'Expression. Paulhan l'encourage à travailler en travaillant sur la rhétorique, à purifier le langage. Paulhan n'écrit que rarement mais a une grande influence sur le monde littéraire. A partir de là Ponge va écrire régulièrement mais peu, 20 mn chaque soir, car il travaille à la fabrication aux éditions Hachette ; il s'est marié et a une fille Armande ; il n'écrit que des textes courts qu'il regroupe dans des recueils lorsqu'ils sont assez nombreux et les envoie à Paulhan qui se charge de les organiser. Réception du PPDC : Plutôt bien par les écrivains mais source de malentendus qui tendent à le rapprocher de Camus ou Sartre parce que perçu comme «ne croyant pas à l'homme « mais paradoxalement Robbe-Grillet lui reproche trop d'humanisme. Du moins il compte et entre dans la vie littéraire et artistique de son siècle, il fréquente Bracq, Dubuffet qui vont l'aider à se constituer une culture visuelle. Ponge va se tourner volontiers vers l'accompagnement d'une ?uvre artistique par un texte : dialogue avec les formes : lire les textes de façon visuelle tout en «compte-tenu des mots «. La méthode de dissertation : 1er critère : la correction de la langue, style ni trop lourd ni trop maladroit 2e critère : Connaissance de l'?uvre, citations à faire, il vaut mieux citer le texte que les critiques, réfléchir soi-même est essentiel. 3e critère : Clarté des idées logique de l'argumentation 4e critère : Respect de la méthode. - introduction - parties et sous parties - transitions - Conclusion générale. Longueur moyenne à respecter : 6 à 8 pages Types de sujets : Sujet thématique : « l'homme et les choses chez Ponge « Réfléchir sur les thèmes dans ce qu'ils ont de conceptuel. Contraint à dégager une problématique. Sujet citationnel : Il y a une problématique dans la question qui accompagne mais doit s'interroger sur chaque terme cette fois - ci selon le contexte l'époque qui peut faire varier le sens des mots, l'auteur qui peut leur donner une certaine occurrence, par rapport à l'histoire littéraire. Il faut entrer dans la langue de l'auteur qui lui vient de sa formation. Question de la problématique : se poser une question qui ne va pas de soi. Ne mène pas à une description mais à une réflexion. Oppose des idées différentes va dans le sens de l'approfondissement et de la construction d'un point de vue au cours de la dissert. Le plan : Eviter la précipitation : 1h30, moi 2h00 Ecriture : 2h00 , moi 3h00 Relecture : 1 quart d'heure, moi 20 mn Plan progressif : convient surtout au plan thématique ; 3 tps du plus facile au plus compliqué Plan dialectique : berk. L'introduction : 4points :&...

« Pour le Pré : « Voici donc sur un pré l’occasion comme il faut prématurément d’en finir(…) Placez donc ici le trait final puis dessous sans le moindre interligne couchez mon nom pris dans le bas de casse, naturellement sauf les initiales bien sûr, puisque ce sont aussi celles du Fenouil et de la Prèle qui demain croîtront dessus » Francis Ponge Imagine sa mort. 1977 Comment une figue de parole et pourquoi. Introduit dans le texte une symbiose entre les choses et lui. L’homme n’est pas face mais dans et par les choses. Devient le principe générateur de la création verbale L’art de la figue 1984 Pratiques d’écriture ou l’inachèvement perpétuel. Repères biographiques : 1899-1988 a couvert l’histoire littéraire du XXeme siècle. Son travail tient une place capitale dans l’évolution conceptuelle de la poésie. Parti P DC parait dans l’époque la plus noire de l’occupation. La poésie française sort de 20 ans de surréalisme. , la seconde guerre marque un arrêt brutal dans la production. PONGE ET LES SURREALISTES : Les surréalistes dans les nouvelles formes de production ont pu réhabiliter les objets. Faire la distinction entre idéalisme, qui obéit au monde idéal des formes, Mallarmé : abstraction de la matière de la réalité des choses. Le surréalisme réhabilite l’objet, Maggritte par exemple. 1ere différence : Mais différent du PPDC surtout parce que les surréalistes s’intéressent aux objets fabriqués, manufacturés : Marcel Duchamps présente des objets industriels. Les Surréalistes ne perçoivent pas les choses naturelles dans leurs poèmes. Goût de l’insolite du scandale de la provocation et de l’inédit. Ponge s’attache aux choses humbles et ordinaires, évoque les choses plus que les objets. ; revenir au De Natura Rerum. Ponge prétend que les choses qu’il évoque sont dégagées du regard humain = soucis d’objectiviser le regard , position radicalement différente. Seconde différence : les surréalistes ont privilégié l’écriture automatique ; volonté de laisser libre cours à l’inconscient, marqués par Freud. Breton et Aragon ont travaillé dans un »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles