Devoir de Philosophie

La scène du ruban dans L'école des femmes de Molière

Publié le 19/07/2022

Extrait du document

« Séance 2 : Lecture analytique : la scène du ruban : II,5 v.553 à 586 Situation du passage : Arnolphe a appris d'Horace que ce dernier convoitait Agnès et l'a rencontrée. Il veut donc soutirer des aveux à Agnès. Cette dernière, naïve, révèle à Arnolphe qu’un homme lui a fait la cour pendant plusieurs jours et que, pour ne pas le faire souffrir, elle l’a autorisé à pénétrer chez elle. Alors que c’est pour elle un signe de politesse et d’humanité, Arnolphe tour à tour fulmine (v. 511), y voit une marque de sa naïveté (v.543) et se demande jusqu’où est allé le séducteur (v.548). Lecture de la scène + pb de compréhension, de vocabulaire. Questions pour la lecture analytique : 1) Quel(s) effet(s) a sur Agnès la déclaration d’amour d’Horace ? 2) Expliquez très clairement en quoi consiste l’équivoque (du ruban) dans cette scène : que comprennent Arnolphe et le spectateur ? 3) Comment le dramaturge maintient-il le suspens dans cet épisode ? A quel type de réplique a-t-il recours ? 4) D’après vous, pourquoi cette équivoque a-t-elle pu faire rire, mais aussi choquer ? 5) Quel aspect du caractère d’Agnès cet épisode met-il en valeur ? Problématique : Comment le comique de cette scène repose-t-il davantage sur le caractère ridicule d'Arnolphe que sur la naïveté d'Agnès? Vocabulaire technique à revoir ou faire acquérir : réplique, didascalie, aparté, double énonciation, stichomythies, quiproquo, les différentes formes de comique I) La naïveté d’Agnès 1/ La découverte de l’amour - Agnès découvre les différents aspects de la conquête amoureuse : → L’importance du regard : « sitôt que je le vis » (v.554), → Les cadeaux (v.555), → les mots doux (v.560), → les caresses et les baisers (v.569/570) - Elle ressent alors de l’exaltation : interjection « hélas ! » (532), répétition de la conj de sub « comme » et emploi d’hyperboles « jurer », « amour sans seconde » (559), « mots les plus gentils du monde » (v.560). - Agnès découvre donc une émotion toute nouvelle pour elle : « la douceur me chatouille et là-dedans remue/ un certain je ne sais quoi dont je suis toute émue » (v.563-564) : vocabulaire concret et imprécis : « làdedans » = soit le cœur soit le ventre (cf mise en scène): 1er émois sexuels. Elle a éprouvé du plaisir à écouter les propos amoureux d’Horace. 2/ L’ignorance d’Agnès - Agnès décrit ses premiers émois à Arnolphe : ironie presque tragique: Arnolphe est pris à son propre piège et il comprend qu’Agnès est tombée amoureuse d’Horace : cf aparté des v. 565-565 : utilisation du registre tragique : « ô facheux », « fatal », « le mal ». cf aussi aprté v. 577 : « Je souffre en damné » »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles