Devoir de Philosophie

Lecture Analytique de Pauline extrait du chapitre 1

Extrait du document

lecture
Lecture analytique n°1 Extrait du chapitre 1 de Pauline Ce texte met en place certains évènements, comme la présentation du personnage éponyme,Pauline. Nous somme au début du roman, c’est le premier narrateur, Alexandre qui s’exprime. Alexandre voit l’arrivée de Alfred de Nerval, son ami, ce qui permet de se plonger dans ses souvenirs. Problématique possible : Dans quelle mesure le personnage éponyme apparait-il sublimer ? Étude de Pauline : Son mystère Son ambiguïté Pauline est introduite dans l’extrait sous le signe du mystère. “Elle me parut désirer garder le même incognito” qui montre son désir de rester anonyme. En utilisant une périphrase “la mystérieuse compagne de mon ami” montre qu’il tourne autour du personnage et autour du sujet sans pouvoir y accéder. Son voile accentue son mystère. La modalité interrogative appuie sur cette impression de mystère. C’est certes un personnage mystérieux, néanmoins nous avons accès à ses pensés. “Elle pensa donc qu’il était impossible de fuir.” C’est ce qui donne cet aspect fictif, puisqu’en réalité Alexandre ne peut pas lire dans les pensées de Pauline. Le personnage nous échappe, mais le lecteur sens qu’il va se rapprocher d’elle par l’intermédiaire de ses pensées. C’est un personnage ambiguë, son ambivalence est mise en avant par : la description fait d’elle dans l’extrait et la Pauline d’avant vu dans le souvenir d’Alexandre. “Visage si défait et si triste aujourd’hui” s’oppose à “joyeuse, rougissante et couronnées de fleurs”-> Groupement ternaire. Dumas utilise le présent “aujourd’hui” avec le plus-que-parfait pour contraster le présent au souvenir. Le “Si” et le groupement ternaire marque le caractère extrême de la situation. Dans le présent, elle est ambivalente, Alexandre dit qu’elle a le visage “ calme et doux quoi que pâle et amaigrit.” Il y a une dualité ainsi qu’un paradoxe. Son ambiguïté est aussi dû à son appartenance à deux mondes différents qui la rendent insaisissable. C’est un personnage vivant mais rattacher au monde des morts. Comparaison de Pauline à un “spectre” et sa pâleur renvoi à la mort. Le pont est symbolique “pont composé de deux planches(dualité) humides et glissantes.” Le pont fait office d’intermédiaire entre le monde des vivants et des morts. Les adjectifs “humides” “glissantes” sont de mauvaises augures. Le torrent et le précipice sont aussi symboliques, c’est le signalement des sentiments bouleversés des personnage, rôle prémonitoire et informatif. (scène gothique) Pauline est aussi ambiguë par son allure réelle avec une touche de fantastique (comparaison à une fée). Il y a l’intrusion du surnaturel dans le réel. Elle prend une dimension onirique et devient même une hallucination. “un rêve, un écho dans ma mémoire”. Le souvenir devient de plus en plus lointain (atténuation). -Référence mythologique avec le mot “écho” (Écho nymphe des montagnes). Pauline étant mourante il nous reste que sa vois comme Écho. Alfred lui redonne vie en racontant son histoire. Similitude avec la situation amoureuse d’Echo puisque sa relation ne peut pleinement s’accomplir, il y a une forme de déséquilibre. Ce mythe est explicatif. -Référence à la mort avec “la Tamina sur un lit de marbre de noire” ce qui réfère au tombeau. -Gradation atténuante : plus on avance dans le récit plus le sujet est imprécis. “Je racontais alors la singulière impression que me fit cette femme blanche.” Alexandre s’exprime comme une écrivain et comme un personnage. Cette intervention d’Alexandre entant que auteur donne une dimension fictif et met en avant la mise en abbyme. Le personnage éponyme est présentée dans sa dualité puisqu’on nous le présente de manière anticiper au lecteur dans la mesure où on la voit mourante. La configuration spatiale reflète la composition enchâsser du roman. La dualité d’Horace est moins évidente. Pauline est la confidente romantique du roman. Elle est représentée comme un être spectral, référence à la scène finale où elle est entrain de mourir. Problématique : Dans quelle mesure le personnage éponyme apparait-il sublimer ? Introduction : Dumas est un romancier, un dramaturge et un journaliste. Spécialisé dans la roman historique qui juxtapose la fiction et la vérité comme dans les trois mousquetaires en 1844. Il est devenu célèbre pour Henri III et sa cours, cette pièce renouvelle le genre dramatique. Il ouvre la voix au romantisme par opposition au classique. Non respect de la bienséance et refus des vers. Transition du romantisme pour délaisser le classique. Pauline est l’un des premiers roman de Dumas. Il l’écrit en 1838. C’est un roman construit par enchassements continuels de récits. Il y a trois niveaux de narrations. Les narrateurs sont Alexandre, Alfred de Nerval et Pauline. Ce passage se situe au tous début du roman. Dans quelle mesure le personnage éponyme apparait-il sublimer ? Nous traiterons tous d’abord le mystère de Pauline puis son ambiguïté pour achever sur son aspect surnaturel. I- Son mystère Pauline est sublimée dans cet extrait dans la mesure où elle est introduit sous le signe du mystère. En effet, elle souhaite garder l’anonymat en se dissimulant sous un voile “Elle me parut désirer garder le même incognito.” La périphrase “la mystérieuse compagne de mon ami” montre que le narrateur tourne autour du sujet et du personnage sans pouvoir l’atteindre. La modalité interrogative appuie sur cette impression de mystère.”Où cela” “A quelle époque” Ainsi, elle suscite la curiosité du lecteur. Elle nous apparaît inaccessible néanmoins l’accès à ses pensés la rende plus accessible et donc moins abstraite. C’est cette nuance qui donne l’aspect fictif à ce passage puisque en réalité Alexandre ne pourrait pas lire dans ses pensés. “Elle pensa donc qu’il était impossible de fuir.” II- Son ambiguïté C’est un personnage ambiguë, son ambivalence est mise en avant par : la description fait d’elle dans l’extrait et la Pauline d’avant vu dans le souvenir d’Alexandre. “Visage si défait et si triste aujourd’hui” s’oppose à “joyeuse, rougissante et couronnées de fleurs”-> Groupement ternaire. Dumas utilise le présent “aujourd’hui” avec le plus-que-parfait pour contraster le présent au souvenir. Dans le présent, elle est ambivalente, Alexandre dit qu’elle a le visage “ calme et doux quoi que pâle et amaigrit.” Il y a une dualité ainsi qu’un paradoxe. Son ambiguïté est aussi dû à son appartenance à deux mondes différents qui la rendent insaisissable. C’est un personnage vivant mais rattacher au monde des morts. Sa pâleur renvoie a la mort. III- Être surnaturel La comparaison “Cette femme étrange, pareille à une de ces fées” place Pauline parmi les créatures fabuleuses, apparaissant ainsi supérieures à la nature humaine. Il y a l’intrusion du surnaturel dans le réel. Elle prend une dimension onirique et devient même une hallucination. “un rêve, un écho dans ma mémoire”. Le souvenir devient de plus en plus lointain (atténuation). -Référence mythologique avec le mot “écho” (Écho nymphe des montagnes). Pauline étant mourante il nous reste que sa vois comme Écho. Alfred lui redonne vie en racontant son histoire. Similitude avec la situation amoureuse d’Echo puisque sa relation ne peut pleinement s’accomplir, il y a une forme de déséquilibre. Ce mythe est explicatif. Conclusion Pauline est un personnage qui est sublimée tout au long de cet extrait dans la mesure où son myst&egr...

« morts. Les adjectifs “humides” “glissantes” sont de mauvaises augures. Le torrent et le précipice sont aussi symboliques, c’est le signalement des sentiments bouleversés des personnage, rôle prémonitoire et informatif. (scène gothique) Pauline est aussi ambiguë par son allure réelle avec une touche de fantastique (comparaison à une fée). Il y a l’intrusion du surnaturel dans le réel. Elle prend une dimension onirique et devient même une hallucination. “un rêve, un écho dans ma mémoire”. Le souvenir devient de plus en plus lointain (atténuation). -Référence mythologique avec le mot “écho” (Écho nymphe des montagnes). Pauline étant mourante il nous reste que sa vois comme Écho. Alfred lui redonne vie en racontant son histoire. Similitude avec la situation amoureuse d’Echo puisque sa relation ne peut pleinement s’accomplir, il y a une forme de déséquilibre. Ce mythe est explicatif. -Référence à la mort avec “la Tamina sur un lit de marbre de noire” ce qui réfère au tombeau. -Gradation atténuante : plus on avance dans le récit plus le sujet est imprécis. “Je racontais alors la singulière impression que me fit cette femme blanche.” Alexandre s’exprime comme une écrivain et comme un personnage. Cette intervention d’Alexandre entant que auteur donne une dimension fictif et met en avant la mise en abbyme. Le personnage éponyme est présentée dans sa dualité puisqu’on nous le présente de manière anticiper au lecteur dans la mesure où on la voit mourante. La configuration spatiale reflète la composition enchâsser du roman. La dualité d’Horace est moins évidente. Pauline est la confidente romantique du roman. Elle est représentée comme un être spectral, référence à la scène finale où elle est entrain de mourir. Problématique : Dans quelle mesure le personnage éponyme apparait-il sublimer ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles