Devoir de Philosophie

Nuit d’Afrique de Léopold Sédar SENGHOR, Chants d’Ombre (commentaire composé)

Publié le 04/11/2016

Extrait du document

afrique

Nuit d’Afrique

 

Nuit d’Afrique, ma nuit noire, mystique et claire noire, et brillante,

 

Tu reposes accordée à la terre, tu es la Terre et les collines harmonieuses,

 

Ô beauté clanique qui n’est point angle, mais ligne élastique, élégante, élancée !

 

Ô visage classique ! depuis le front bombé sous la forêt de senteurs et les yeux larges obliques jusqu’à la baie gracieuse du menton et

 

L’élan fougueux des collines jumelles ! Ô courbes de douceur, visage mélodique

Vous expliquerez ce texte sous forme de commentaire composé. Vous pourrez montrer par exemple comment ce poète africain, de culture européenne, renouvelle, par l’inspiration, les images et le rythme, un thème universel.

Un hymne... Ce poème en vers libres où la marque mi-symboliste, mi-surréaliste apparaît encore, est en premier un chant quasi-religieux en l’honneur de cette « Nuit d’Afrique » nommée en tête du 1er vers, comme en titre. Sa spécificité africaine est ainsi immédiatement précisée. Aussi sera-t-elle peinte par une image propre à ce continent, celle du fauve le plus royal : « la Lionne »; ou du félin le plus sauvage, le plus noble, car inapte à la soumission, au dompteur : « le Léopard. Cette deuxième image est appliquée, certes au poète mais son indépendance orgueilleuse est transposée aussi sur la Nuit. Majuscules d’ailleurs à valeur allégorique leur sont appliquées : « Nuit », « ma Lionne. » Élan rythmique également, celui de l’incantation, marquant de coupes frappées comme sur un tam-tam le l er vers :

afrique

« Ô ma Lionne ma Beauté noire, ma Nuit noire ma Noire ma Nue ! Ah ! que de fois as-tu fait battre mon cœur comme le léopard indompté dans sa cage étroite Nuit qui me délivre des raisons des salons des sophismes, des pirouettes des prétextes, des haines calculées des carnages humanisés. Nuit qui fond toutes mes contradictions, toutes contradictions dans l'unité première de ta négritude, Reçois l'enfant toujours enfant, que douze ans d'errances n'ont pas vieilli. Je n'amène d'Europe que cette enfant amie la clarté de ses yeux parmi les brumes bretonnes. Léopold Sédar SENGHOR, Chants d'Ombre. Vo us expliquerez ce texte sous forme de commentaire composé. Vo us pourrez montrer par exemple comment ce poète africain, de cultur e europé enne, renouvelle, par l'inspira tion, les images et le rythme, un thème universel. Plan Introduction • Flambée de la littérature négro-africaine. • Place qu'y tient L. S. Senghor. • Sa culture. Son œuvre. • Dualité de sources dans ce poème précis. • Les 2 thèmes principaux. 1. Originalité de cet hymne à une Nuit Africaine. • Structure du poème. • Images et peinture. • Élan rythmique. • Brillance et cadence particulières à une Nuit d'Afrique. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles