Devoir de Philosophie

Famille de Phèdre

Extrait du document

famille
Phèdre Tragédie éponyme de cinq actes écrite par Racine en 1677, Phèdre conte les amours incestueuses d'une reine pour son beau-fils, et retrace à travers la pièce ses nombreuses conséquences. En effet, repoussée par Hippolyte, objet de sa passion, l'épouse de Thésée se confie à sa nourrice qui, dans le désir de l'innocenter, accuse le jeune homme d'avoir tenté de la violenter. Victime de la colère de son père, Hippolyte est tué par Poséidon ; ce n'est qu'alors que Thésée découvre la vérité, cependant que sa femme, accablée de remords, se donne la mort. La pièce met ainsi en scène de nombreuses figures de la littérature antique, dépeignant notamment en détails l'un des protagonistes les plus importants -Phèdre. Fille de Minos et de Pasiphaé, épouse de Thésée, Phèdre, « la Rayonnante, la Brillante «, est porteuse d'une lourde hérédité. En effet, issue de la descendance du soleil sur laquelle une malédiction divine semble peser -ainsi sa mère donne-t-elle naissance au Minotaure, suite à ses amours dépravées avec un taureau -la jeune femme ne cesse de se référer à ses origines, insistant davantage sur le caractère monstrueux et contre nature de Pasiphaé, dont elle doit le dérèglement de sens que celui, volage, de son père. De par son sang, la reine est donc poursuivie par la fatalité, ici caractérisée par le double héritage de la passion et de la justice -Minos étant l'un des trois juges des Enfers. Par conséquent, Phèdre, considérée comme « ni tout à fait coupable, ni tout à fait innocente « par Racine, est dominée par un amour qui la dépasse et la détruit : le terme « passion « provient effectivement de l'étymologie latine « patior «, subir, souffrir -d'où sa comparaison symbolique avec le poison, venin qui la ronge et qu'elle utilise pour mettre fin à ses jours. Ainsi, Phèdre est-elle un personnage ambigu et complexe, sans cesse divis&eacu...

« Princesse phénicienne, Europe, fille du roi Agénor et de sa femme Téléphassa, demeure célèbre dans les mémoires pour avoir été aimée de Zeus. En effet, la jeune femme fit un jour un rêve étonnant dans lequel deux continents, personnifiés tous deux sous la forme d’une femme, tentaient de la posséder ; l’Asie prétendant avoir droit de propriété puisqu'elle lui avait donné naissance, et l'autre - sans nom encore - déclarant que Zeus lui donnerait l'adolescente. Le matin même, cependant qu’elle se promenait avec ses suivantes, elle fut remarquée par Zeus. Tombant sous le charme de la princesse, le dieu se métamorphosa en taureau blanc afin d’échapper à la vigilance de sa femme, et put ainsi approcher les jeunes filles en toute impunité. Séduite par son aspect, Europe s’assit sur son dos et fut alors emmenée sur l’île de Crète, où Zeus avait été élevé durant toute son enfance. Des trois enfants qui naquirent de leur union, Minos devint le plus conu. Il fut en effet reconnu par Astérios, qui avait épousé Europe, tel que son fils et successeur ; plus tard, il devint l’un des juges des Enfers. Enfin, Europe donna son nom au continent européen, et, afin de commémorer la transformation divine, fut créée la constellation du taureau. Fils de Zeus et d’Europe, Minos est un puissant roi de Crète qui devint, à sa mort, l’un des trois juges des Enfers. Élevé par Astérios, auquel avait été confié Europe, il reçoit le trône de Crète et écarte ses frères du pouvoir. Il se marie ainsi avec Pasiphaé, fille d'Hélios, avec laquelle il conçoit Ariane, Phèdre, Deucalion, Androgée, Glaucos, Catrée, Acacallis et Xénodicé. Implorant Poséidon de lui offrir un superbe animal qu’il lui sacrifiera, Minos reçoit un jour un taureau sorti de la mer, si beau qu’il ne peut se résoudre à le tuer et immole à la place une autre bête. Néanmoins, Poséidon n’est pas dupe. Afin de le punir, il rend sa femme Pasiphaé amoureuse du taureau, si bien que celle-ci donne naissance à un être monstrueux, mi-homme, mi-taureau, nommé Minotaure. Ne pouvant être nourri que de chaire humaine, l’enfant est enfermé dans le labyrinthe de Cnossos –capitale de la Crète –créé à cet effet par Dédale. Or, suite à une guerre entre la Crète et Athènes, un tribut dut être payé par Athéniens : tous les neuf ans durent ainsi être livrés à Minos sept jeunes garçons et sept jeunes filles, afin d’alimenter le monstre. Une année, Thésée, fils du roi d’Athènes Égée, se présenta parmi les sept garçons et, selon les conseils d’Ariane, fille de Minos, parvint à tuer le monstre en suivant un fil de laine qui le guidait vers la sortie. Tenant Dédale responsable de cette fuie, Minos le fit enfermer, ainsi que son fils, dans le labyrinthe qu’il avait lui-même construit. Après sa mort, le roi devint juge aux enfers, en compagnie de son frère Rhadamanthe et du héros Éaque. Il avait la tâche de répartir les morts selon les actions accomplies de leur vivant. Pasiphaé, dont le nom signifie en grec ancien « celle qui brille pour tous », –épithète de la déesse de la Lune avec laquelle elle est apparentée –est la fille d’Hélios et de Perséis –ou, selon Diodore, de Crété. Épouse de Minos, elle donne naissance au Minotaure sous l’impulsion de Poséidon, furieux qu’il ne lui ait pas immolé le taureau qu’il lui avait offert, et d’Aphrodite, laquelle en voulait au père de la jeune femme d’avoir dénoncé l’une de ses liaisons. Présentée tour à tour comme magicienne –notamment chez Apollodore –ou immortelle –Antonius Liberalis –elle jette un sort à son mari, jalouse de ses infidélités, le condamnant ainsi à donner la mort à ses amantes en éjaculant des bêtes venimeuses. Sœur aînée de Phèdre, Ariane est quant à elle connue pour avoir aidé Thésée à abattre le Minotaure. En effet, fille du roi Minos, amoureuse du jeune homme qui devait être livré à la créature, elle se renseigne sur la construction du labyrinthe. Une fois Thésée à l’intérieur, elle lui donne le bout d’un fil qui lui permet de sortir du Labyrinthe sans se perdre. Par la suite, elle suit Thésée puisqu’il lui a promis de l’épouser ; néanmoins le héro l’abandonne sur l’île de Dia. Les raisons qui poussèrent le jeune homme à cette lâcheté tout comme le sort ultérieur d’Ariane changent selon les textes et les poètes. Certains affirment en effet que Thésée n’aurait pas le choix et Dionysos, parvenant à consoler la jeune femme, serait devenu son époux ; d’autres encore soutiennent que de désespoir, elle se serait noyée. Quoi qu’il en soit, probablement afin de resserrer les liens entre la Crète et la Grèce et sans lui tenir rigueur de l’abandon d’Ariane, Deucalion, frère de Thésée, lui proposa la main de Phèdre ; ainsi devinrent-ils mari et femme. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles