Devoir de Philosophie

Cause, loi et théorie en science

Voir sur l'admin

Extrait du document

CAUSE (lat. causa, cause, raison, motif)


Gén. Ce qui produit un
effet.
Théorie des quatre causes.
Aristote distingue différents types de causes. Si l'on considère, par ex., une maison, les matériaux qui la composent sont sa cause matérielle. L'activité des artisans qui s'est dispensée dans la construction constitue bien une autre cause qu'Aristote appelle cause efficiente, mais ni la Cause matérielle (de la pierre on peut faire une colonne aussi bien qu'autre chose) ni la cause efficiente n'expliquent ce qu'est cette maison particulière. Cette construction doit ce qu'elle est à l'opération de l'architecte qui constitue sa cause formelle. Or, la cause formelle porte avec elle le but visé, ou cause finale : réaliser tel domicile. La cause finale permet donc d'expliquer ce qu'est une chose, ce qui fait qu'elle est ce qu'elle est, autrement dit sa nature.
Épist. En
science, on dit d'un événement A antécédent à un événement B qu'il en est la cause lorsqu'on pose que l'existence de A entraîne nécessairement celle de B.

LOI (lat lex, loi)

Épist. Les lois scientifiques établissent entre les faits des rapports mesurables, universels, nécessaires, qui autorisent la prévision. Voir déterminisme.
Mor. La loi morale est la règle normative dictée à l'homme par sa raison pratique. Elle énonce le principe d'action universel et obligatoire auquel tout être raisonnable doit conformer ses actes pour réaliser son autonomie. devoir, impératif.
Phi. pol. La loi civile est la règle ou l'ensemble des règles coercitives établies par l'autorité souveraine d'une société. droit positif. La loi naturelle droit naturel.

THÉORIE (gr. theoria)
Gén. Construction de l'esprit rattachant des conséquences à des principes. Par opposition à la pratique, ce qui est l'objet d'une connaissance désintéressée, indépendante de ses applications (Lévy-Bruhl distingue la physique pure, recherche théorique, et « la physique appliquée qui se rapporte à la pratique »). Par opposition à la connaissance vulgaire, reconstruction du réel à partir d'hypothèses scientifiques (Bachelard signale qu'une théorie ne s'établit qu'en rompant avec l'Expérience première). Désigne parfois même, par opposition à la connaissance certaine, une construction purement hypothétique et controversée (la théorie cartésienne des animaux-machines). Ce terme comporte alors une nuance péjorative, courante dans son usage commun, qui tranche avec l'acception scientifique.
Épist. Syn. de théorie scientifique (contrairement au sens grec de théoria). Système explicatif d'un phénomène ou d'un ensemble de phénomènes que l'on propose avant de le soumettre à un contrôle expérimental ( vérification). Dans certains cas, le contrôle ne pouvant être volontairement provoqué (astronomie), la théorie devra, pour être acceptée par la collectivité scientifique, pouvoir intégrer tout fait nouveau en conservant sa cohérence interne. On parle alors de vérification théorique consistant à tester la validité" formelle de la théorie.

Liens utiles