Devoir de Philosophie

CONSEILS POUR LA DISSERTATION ET LE COMMENTAIRE DE TEXTE

Publié le 16/09/2011

Extrait du document

Une remarque préliminaire s'impose : pour savoir comment faire une dissertation ou un commentaire de texte le jour de l'épreuve de philosophie du baccalauréat, il est nécessaire d'avoir fait de tels exercices durant l'année.

Tous les conseils et toutes les recommandations possibles et imaginables sont condamnés à demeurer lettre morte

si l'élève n'a pas acquis l'habitude de rédiger. Cet entraînement à la rédaction nous parait indispensable. Il ne doit cependant en aucun cas sacrifier la méditation et la réflexion au seul profit d'une efficapité scolaire mal comprise.

Rédiger régulièrement des devoirs, cela n'a jamais voulu dire être soumis à des cadences abrutissantes.

Une alternance de devoirs faits à la maison et de devoirs faits en classe semble souhaitable. Les premiers permettent aux élèves d'exercer leur esprit de recherche et d'apprendre à lire des textes philosophiques. Les seconds quant à eux habituent les élèves à rédiger une copie dans les limites de l'horaire de l'épreuve de philosophie.

Nous avons cru bon de distinguer les conseils destinés à la dissertation proprement dite de ceux destinés au commentaire de texte. Toutefois, dans la mesure où de nombreux conseils d'ordre général donnés pour la dissertation sont également valables pour le commentaire de texte, nous avons uniquement souligné la spécificité de ce dernier type d'exercice. Nous rappelons que les conseils donnés ici ne prétendent pas être des recettes miraculeuses.

« les sujets. L'on choisira son sujet en fonction non seulement des connaissances que l'on possède à son propos, mais encore de l'intérêt qu'il éveille. Une fois que l'on a arrêté son choix, il faut se mettre à réfléchir sur les termes et la formulation du sujet. On peut ainsi commencer à noter les idées qui naissent de l'analyse du ou des concepts de l'énoncé. L'on ne doit pas se croire dispensé de cette analyse sous prétexte que l'on estime par exemple hien connaître le sujet. On risquerait de se fourvoyer plus ou moins gra­ vement. La première analyse du sujet fournit ainsi plu­ sieurs idées, ou plusieurs séries d'idées qu'il va s'agir en un second temps d'ordonner et de lier entre elles. Mais pour ce faire, il importe hien sûr de savoir vers quelle conclusion l'on s'oriente, autrement dit il faut à ce moment avoir saisi le sens global du sujet. C'est à partir de là qu'il devient possible de dégager les grandes articulations du devoir, ou comme on dit encore, de bâtir un plan. n apparaît clairement que le plan d'une dissertation philosophique ne doit pas être conçu comme un · cadre rigide dans lequel on s'évertuerait à faire pénétrer le sujet. n ne peut naître au contraire, répétons-le, que d'~e réflexion minutieuse sur le sujet. n revient à chaque élève de construire son plan en fonction de son analyse préalable du sujet choisi. L'on fait parfois croire aux élèves qu'une dissertation philosophique doit impérativement dérouler ses raisonnements sur un rythme à trois temps : thèse, antithèse, synthèse. Dans certains cas il est assu­ rément commode de procéder ainsi, mais réduire l'effo. rt d'analyse et de rédaction à l'application automatique d'un tel schéma, c'est sans conteste aller vite en besogne. Parlons maintenant du rôle important que joue l'intro­ duction dans une dissertation. n est souhaitable de rédiger au brouillon sinon l'intégralité de l'introduction, du moins la plus grande partie. On procèdera d'ailleurs de même en ce qui concerne la conclusion. Précisons qu'hormis l'introduction et la conclusion, il est vain, un jour d'exa­ men, d'entreprendre de rédiger toute sa copie au brouillon. Les maniaques du brouillon finissent souvent par man­ quer de temps pour recopier au propre leur prose calli­ graphiée. Le rôle que joue l'introduction est à vrai dire double. n s'agit non seulement de présenter au lecteur »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles