Devoir de Philosophie

Désobéir à la loi peut-il être raisonnable ? Obéir à la loi peut-il être déraisonnable ?

Extrait du document

Nous pouvons donc trouver plusieurs raisons de légitimité à la désobéissance aux règles. Que ce soit pour défendre sa liberté, pour l'intérêt général, pour une plus grande cause, il y a certaines situations où le mal à désobéir est discutable. Pourtant les lois existent, ne sont pas facilement contournable et ont une raison et une utilité.    La désobéissance à la loi n'est pas raisonnable quelque soit le type de lois : dans un cadre démocratique, les lois répondent à la volonté générale et non aux idées farfelues d'un dirigeant excessif.  Nous pouvons mettre en avant une preuve du mal à désobéir aux règles : lors d'une désobéissance, tout citoyen normal à des problèmes de conscience, ressent du regret ou de la culpabilité. Il n'est pas possible d'expliquer ces sentiments par la peur d'être découvert car, si l'individu pensait être facilement accusé ou qu'il était gêné par la possibilité d'accusation, il n'aurait pas commis un tel acte.

« possibilité d'accusation, il n'aurait pas commis un tel acte. Ces sentiments viendraient donc de la peur ou de la prisede conscience d'avoir causé du tord à quelqu'un : une personne ivre au volant, si elle est impliquée dans unaccident, se sent coupable.Une autre conséquence de la désobéissance montrant ainsi qu'elle n'est pas correcte est le rejet des fautifs par lereste de la société. Bien que la loi suppose une égalité des chances, un individu ayant un casier judiciaire ou étantconnu comme immorale sera discriminé et traité différemment. Ainsi une personne qui a eu des problèmes pour volsou fraudes aura du mal à trouver du travail et on ne pensera pas digne de confiance une personne que a l'habitudede mentir. Pour le bien de la personne même, il vaut mieux ne pas transgresser les lois.Pour ne parler que des lois naturelles, elles assurent, elles aussi, le bien-être des individus. Les passions sont enquelques sortes le rappel de ses lois et il est difficile, voir impossible d'y désobéir. Il n'y a d'ailleurs aucun intérêt àles désobéir. Prenons l'exemple de la nutrition : il n'y a tout d'abord, bien sûr pas d'intérêt à arrêter de se nourrir,mais si une personne venant à arrêter de répondre à ce besoin, elle en souffrirait moralement à cause de la faim puisphysiquement à cause du manque de nourriture. Si la personne persiste dans sa désobéissance, son état de santése dégraderait et elle pourrait même mourir. Les passions étant en quelques sortes exercice des lois naturelles n'ontde but que le bien-être des individus.La loi a été instituée pour le bien de tous. Après tout, la société repose sur le besoin de lois pour assurer la sécuritéet permettre la recherche du bonheur. Partant de cela la loi permet l'ordre dans la société et une égalité entre lesindividus. Cependant pour que ceux-ci restent, les lois doivent demeurer 'fortes'. Le non-respect des règles lesaffaiblit et à terme, elle deviennent inutiles. Il faut aussi prendre en compte les sanctions mises en œuvre en cas defaute mais si les règles ne sont pas respectées au départ, et qu'elles n'ont, de ce fait plus d'autorité, une punitionn'aura pas grand effet. Une situation pareille est un danger pour la société et les individus dans cette société, d'oùl'intérêt de respecter toutes les lois quelles qu'elles soient.A partir de cette idée que les règles assurent le bien-être de la population, on peut parler du besoin qu'ont les loisde protéger les individus d'eux-mêmes. En effet, on peut bien dire que ce qui ne nuit pas à autrui n'est pas un malmais ces dires ne prennent pas en compte la nuisance faîte à soi-même. On peut dire que ce qu'un individu fait subirà son corps ou à son moral le regarde mais encore faut-il qu'il soit correctement informé du mal qu'il se fait. De plus,une personne n'ayant apparemment aucun respect pour sa personne, c'est-à-dire qu'elle se fait du mal, ne peutêtre considérée comme morale et comme possédant toutes ses facultés intellectuelles. La loi cherche à protéger lesindividus des autres mais aussi d'eux-mêmes, il est donc normal, pour la garantie de ses libertés et pour sa proprerecherche du bonheur, de respecter la loi. La loi étant là pour le bonheur des individus, et permettant un intégration correcte dans la société ainsi que lajustice et l'égalité entre individus et, dans une certaine mesure, la santé et le bien-être, il n'est que logique de lasuivre. De plus, la transgression des règles ne donne qu'un chaos et une insécurité de la société. Nous avons vu qu'il y a des cas où la désobéissance aux lois est compréhensible et légitime. La loi donne même unstatut d'exception à certaines situations, comme pour le soldat qui est amené à commettre des meurtres lors d'uneguerre. Cependant, la loi a une raison et agit dans l'intérêt général et ne peut donc être ignorée même si jugéeinutile. La désobéissance constitue donc une offense quelle qu'elle soit.Il faut donc se demander ce qui est juste : Faut-il être simplement loyal où aller à l'encontre de la loi pour honorerses convictions ? On doit surtout regarder les désobéissances qui agissent pour une plus grande cause ou pour lebien d'autrui. Dans ces cas-ci la loi devient une contrainte plus qu'un bienfait, puisqu'elle empêche d'agircorrectement. Il faudrait donc changer la loi en conséquence pour permettre une action juste qui n'est pas prise encompte dans la loi actuelle. Cependant, la loi ne peut pas prévoir tous les cas de figures. On peut donc chercher àavoir une loi plus flexible et tolérante aux différentes situations. En effet, une loi rigide ne permet pas une justicecorrecte.Pour conclure, nous pouvons dire que, pour qu'il y ait un juste milieu entre le devoir de loyauté envers la loi et lalégitimité de lui désobéir, il faudrait que celle-ci devienne plus adapté et plus tolérante. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles