Devoir de Philosophie

Désobéir peut-il être obligatoire ?

Extrait du document

Socrate concevait le monde comme tout Grec de son époque : ordonné, harmonieux. Il aurait pu écrire, bien avant Goethe : « Mieux vaut une injustice qu’un désordre », puisqu’il est allé jusqu’au bout de sa conception. Il en est mort. Pourtant, lorsque la loi politique fait abstraction de la morale individuelle, n’y a-t-il pas un droit de la conscience morale à la révolte ? L’harmonie de la civilisation grecque reposait sur l’esclavage, et nulle part Socrate ne s’en est ému. La Révolution française n’aura pas non plus comme première préoccupation d’interdire le commerce triangulaire, les bateaux négriers. Il faudra attendre 1848 pour que la France supprime officiellement l’esclavage : il y a juste 150 ans ! Et l’esclavage existe encore dans certains pays, et des millions d’enfants privés d’enfance produisent des chaussures de sport, des vêtements, des tapis, etc., que nous achetons sans nous poser de questions. 

« 86 • Le sujet soulève une question sur laquelle tout citoyen devrait réfléchir : d'u ne part, le droit est ce à quoi nous devons obéir; d' autre part, désobéir, c' est refuser le droi t. Pouvons-nous à la fois être dans le droit et désobéir au droit ? Cette désobé issance peut-elle même être un devoir ? Y a-t-il un devoir de résistance ? • L'actualité nous pose constamment cette question : devoir, droit, justice, fo rce, intérêt, besoin, etc. C'est l'éternel problème posé par Antigone : obéir à la loi de Créon, ou faire le devoir que nous dicte la conscience et défier Créon ? • Organi sation du plan Nous vous conseillons un plan en deux parties : 1. Dans une première partie, interr ogez-vous sur le devoir d'obéissance à la loi, et sur les implications. Droit et devoir existent dans une réciprocité fo ndamentale. 2. Dans la seconde partie, montrez la nécessité morale de la désobé issance lorsque la conscience morale désapprouve la loi. Pensez à l'impératif catégor ique kantien et au devoir d'insurrect ion. CORRIGÉ [Di ssertation rédigée] [Introduction] Droit et devoir sont deux notions corrélatives. Ce qui est un droit pour moi correspond chez autrui à une obligation à mon égard, et inversement. Le salarié a le droit d'exiger de son employeur le respect des conventions collectives et du droit du travail. L'employeur a le droit d'exiger 39 heures de travail et de présence hebdomadaire . Ne multiplions pas les exemples. Doit-on, toujours, obéir à la loi ? La soumission à la légalité doit-elle faire partie de l'éthique du citoyen ? Y a-t-il un devoir de révolte ? De quel ordre est cette désobéissance? [1 . La loi et le devoir d'obéir ] Le droit est ce qui est droit (:t tordu). Dans toutes les socié tés humaines, il n'e st question que de droits : droit civil, droit pénal, droit commercial, droit privé, droit public, etc. Cette armature juridique qui protège la société se nomme le «droit positif ». Le problème est de savoir d'o ù ce droit tire son origine et sa validité : Peut-on se soucier de son effi­ cacité sans se soucier de consid érations morales ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles