Devoir de Philosophie

Dissertation: Est-il possible de mentir sans s'en rendre compte ?

Extrait du document

« Est-il possible de mentir sans s'en rendre compte? LIRE LE SUJET Mentir, c'est «donner pour vrai ce qu'on sait être faux» (Dictionnaire de notre temps, Hachette). L'acte de mentir implique donc une conscience du mensonge ; par déjïnition, il semble impossible de mentir sans s'en rendre compte. Pourtant, cette vue ne peut-elle être remise en question? Il convient ici de prendre garde que la problématique ne porte pas tant sur le problème de la vérité que sur celui de la vérité ou plutôt de la fausseté dans son rapport à la conscience, que met en jeu l'e.wression «se rendre compte». On évitera donc le contresens qui consisterait à traiter du problème de l'erreur au lieu de celui du mensonge. 1. Mensonge et erreur Ne pas dire la vérité n'est pas nécessairement mentir. Quand Ptolémée affirmait que le soleil tournait autour de la terre, il ne mentait pas, il se trompait. L'erreur est de bonne foi, le mensonge suppose la mauvaise foi. Aussi l'erreur n'est-elle jamais vraie, tandis que le mensonge peut, lui, être vrai. Nou_s pouvons mentir en disant la vérité : par exemple, un enfant dit à sa mère qu'il est malade pour ne pas aller à l'école alors qu'il ne se sent pas malade ; sa mère prend sa température et constate qu'il est fiévreux ; l'enfant était donc effectivement malade, et pourtant il a menti, dans la mesure où il ne savait pas être malade et croyait dire le faux. Dans l'erreur nous croyons dire le vrai et nous disons le faux, dans le mensonge nous croyons dire le faux et nous pouvons dire le vrai. 2. La nécessité d'une conscience ? ■fausseté Le mensonge se caractérise donc moins par son contenu objectif de que par l'intention subjective de poser le faux en place du vrai, par la volonté de tromper. Le mensonge suppose donc un sujet, un être conscient : un ordinateur peut, par suite d'un dysfonctionnement, se »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles