Devoir de Philosophie

Doit-on abandonner l'idée d'un droit naturel ?

Publié le 15/04/2004

Extrait du document

droit

• Distinguer : droit naturel et droit positif; droit et légalité.  • Le droit « naturel « comme droit de « la nature humaine « (raisonnable)? le droit naturel se confond avec la raison.  Cf. Rousseau Le Contrat Social (Aubier). Mais existe-t-il une « nature « humaine immuable, une « raison « immuable?  • Le droit « naturel « comme droit de la nature?  Cf. Cet extrait du Traité Théologico-Politique de Spinoza (Flammarion) page 263.  « Le Droit Naturel de chaque homme se définit donc non par la saine Raison, mais par le désir et la puissance. Tous, en effet, ne sont pas déterminés naturellement à se comporter suivant les règles et lois de la Raison;... ils ne sont donc pas plus tenus de vivre suivant les lois d'une âme saine que le chat suivant les lois de la nature du bien. Tout ce qu'un individu considéré comme soumis au seul empire de la Nature juge lui être utile, que ce soit sous la conduite de la droite Raison ou par la violence de ses passions, il lui est loisible de l'apprêter en vertu d'un Droit de Nature souverain et de s'en saisir par quelle voie que ce soit, par la force, par la ruse, par les prières... «  • L'expression « droit naturel « n'est-elle pas pour le moins équivoque? et (ou) paradoxale?  • L'énoncé « peut-on parler d'un droit naturel ? « est-il identique à l'énoncé suivant « existe-t-il un droit naturel? «.

droit

« On ne doit pas abandonner l'idée de droit naturel .u.1a La raison doit s'efforcer de connaître ce qu'est le droit naturel.

Ce dernier est la seule source de l'idée de justice.

Une société strictement pragmatique, sans valeur supérieure, est une société nihiliste.

L'accord commun n'est pas la vérité P our Leo Strauss, la connaissance du droit naturel est iden­ tique à la quête philo­ sophique de la vérité .

•Le problème soulevé par le canllt des besoins sociaux ne peut être résolu si nous n'avons pas connaissance du droit naturel.» Leo Strauss, Droit naturel et histoire Que ceux qui dirigent une société se mettent d'accord sur ce que doit être, à un moment donné, la justice, ne prouve en rien qu 'ils sont dans le vrai.

Proche de Platon, Leo Strauss considère que la raison doit s'efforcer de con­ naître ce qu'est l'es­ sence de la justice.

L'efficacité n'est pas une réponse à la question du sens Q u'une société soit toujours plus indi­ vidualiste , toujours plus libérale, toujours plus dynamique économi­ quement ne signifie pas qu 'elle soit capable de définir ce vers quoi elle tend .

Rech erchant une norme immuable de jus­ tice , elle tend, sur un plan moral, à se per­ fectionner tout en pou­ vant donner un sens, un but à son évolution.

Le nihilisme menace l'huma­ nité de l'homme S i les sciences so­ ciales , toujours au service du pouvoir, rem­ place nt la recherche phi­ losophique de l'essence du droit naturel, il est à craindre que nous ne puissions plus rien connaître d e «Ce qui concerne les principes ultimes de nos choix .» (Droit natur el et histoire .) La perte de toute valeur fondée en rai­ son aboutit nécessai­ rement au nihilisme.

Même s'il existe des lois injustes, les hommes sont cependant d'accord pour reconnaître, en principe tout du moins, que la justice est identique à l'égalité.

Le droit naturel n'est donc pas qu'une chimère.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles