Devoir de Philosophie

Extrait de texte philosophique tiré de « Propos d'un Normand » d'Emile-Auguste Chartier dit Alain

Extrait du document

auguste

Ce document est un extrait de texte philosophique tiré de « Propos d’un Normand « d’Emile-Auguste Chartier dit Alain. Dans ce dernier l’auteur nous expose sa thèse selon laquelle le respect d’autrui n’est aucunement lié à la société.

La problématique est le rapport entre la société et la morale car on peut associer le respect d’autrui à cette dernière. Alain s'interroge sur ce qui les unis, et en déduit qu'ils n'ont rien à voir l'un avec l'autre. La société n'est pas nécessaire pour être morale. Chaque Homme possède en lui la conscience du bien et du mal et le respect de la vie est un devoir inconditionnel qui dépasse l'obligation sociale, valable uniquement au sein d'un groupe. Ainsi il condamne l'esclavage qui est moralement révoltant même si certaines sociétés le considèrent comme normal.

Dans un premier temps nous analyserons la thèse de l’auteur ainsi que son explication puis dans un second temps nous confronteront la thèse de l’auteur avec d’autres philosophes ayant des points de vue différents, tel qu’Emile Durkheim.

« l’homme est construit et se sent libre de sa pensée, sans cela il peut y avoir plusieurs types de contraintes, tels que : la contrainte politique, religieuse, philosophique et sociétale bien entendu. Le devoir répond-il à un motif, un intérêt ? Chacun le vit différemment. Il faut distinguer le devoir, comme une obligation morale susceptible d'être exigé par tout être raisonnable, et les devoirs comme obligations sociales, liées à une charge, une profession ou un statut, qui n'ont qu'une valeur conditionnelle et ne peuvent prétendre à l'universalité. Dans la continuité de sa thèse Alain évoque également la Société. Cette dernière est une entité ample, plurielle, diverse qui nous agglomère en famille humaine, mais pas seulement. Elle parle du vivant, de l’organisation, d’un projet, de diverses situations et positions, elle n’existe pas en tant que telle, c’est nous tous qui fondons sa réalité. En effet, Le respect de la vie d’autrui fait partie de nos exigences morales et englobe plusieurs notions telles que la liberté d’expression, ou encore l’égalité pour tous qu’ils fassent partis ou non de notre société. Nous « devons » en tant que sujets moraux faire preuve de bon sens et agir comme des êtres capables de discerner le bien du mal quitte à braver, à s’opposer à la morale sociale si cela est nécessaire. Ainsi la société n’agit en rien dans nos valeurs morales, si ce n’est de les détourner afin de faire de nous des hommes soumis au système agissant de façon mécanique, sans réflexion préliminaire sur nos agissements. D’autant plus que le respect d’autrui existe indépendamment de toute législation : c’est dans ce premier exemple que l’auteur, illustre sa thèse : « Quand un homme tomberait de la lune, vous n’auriez pas le droit de le torturer ni de le tuer » même si votre société vous l’ordonnez. En nous donnant cet exemple Alain illustre sa pensée et nous amène à réfléchir car d’après lui quelque soit l’endroit d’où nous sommes originaire on ne doit pas être persécuté, en d’autre termes : même si la société nous l’oblige, notre devoir morale nous interdit d’accepter un tel acte de violence moral ou physique. En effet, chaque individu détient ce que l’on appelle des droits naturels c'est-à-dire ce à quoi ils ont droit du seul fait qu’ils soient des hommes par exemple : respecter sa personne dans sa dignité. Ces obligations priment sur toute législation, la légende d’Antigone en est le parfait exemple. Cette conception est renforcée ensuite par un second exemple dans lequel Alain parle du vol : il s’ « interdit de voler qui que ce soit » et a « la ferme volonté d’être juste et charitable envers mes semblables et non pas seulement envers mes concitoyens » que la société le veuille ou non : il met place des limites à ne pas franchir. Le philosophe veut nous faire comprendre, qu’en d’autres termes le devoir social est différent du devoir morale, ils sont totalement indépendants. Même si quelque fois ils s’accompagnent, ils peuvent aussi s’opposer. Car la société n’est pas quelque chose de naturel tandis que la morale nous est innée. Vu que les devoirs moraux et sociaux sont indépendants alors ils ne sont pas liés donc la société ne doit pas être considérée dans l’explication d’Alain. Dans la deuxième partie du texte, Alain nous démontre que le respect d'autrui n'est aucunement lié à la société mais il utilise une démonstration par l'absurde. Le philosophe par d'une affirmation: « La société n'a donc rien à faire ici » puis il se pose la question de savoir ce que la société exige de lui. D'après Alain elle n'exige que de mauvaises actions telles que le vol et toutes sortes d'injustices qui n'ont aucun respect pour autrui et cela au nom du salut public donc il n'y a pas de liens avec le respect d'autrui. A la fin il nous donne sa définition de la morale sociale. Dans cette première partie, Alain nous expose sa thèse au moyen d’exemples divers »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles