Devoir de Philosophie

Faut-il être indifférent pour être tolérant ?

Extrait du document

La force des convictions peut être si marqué que l'homme peut en arriver à ne plus accepter des idées différentes des siennes et être conduit au fanatisme ainsi que le montrent les guerres de religion. Si les passions conduisent à l'intolérance et à la violence, ne faudrait-il pas souhaiter que l'homme soit sans passions, sans convictions, sans opinions c'est à dire indifférent pour vivre en bonne entente avec son voisin? Faut-il donc être indifférent pour être tolérant?

La tolérance qui nous fait respecter le jugement d'autre, nous apparait comme une valeur morale qui vaut en elle même. Cependant ce respect ou cette acceptation du jugement d'autrui n'est pas aisé car il me faut accepter des jugements qu'entrent en contradiction avec mon propre jugement. Faut il alors penser que la seule motivation de la tolérance est un relativisme de jugements et de valeurs qui amène a ne pas croire en la vérité et donc à pouvoir accepter tous les jugements? serait ce donc l'indifférence à la vérité qui nous ferait tolérant? c'est ce que présuppose la question: il faudrait n'avoir aucune conviction pour accepter les différences. Or, Voltaire qui louait la tolérance était un homme de convictions, bien loin de toute indifférence, puisqu'il disait à un adversaire "Je ne suis pas d'accord avec vous mais je me battrai pour que vous puissiez faire entendre vos idées".

Liens utiles