Devoir de Philosophie

La culture parvient-elle à contenir les tendances agressives de l'Homme ?

Publié le 25/04/2022

Extrait du document

culture

« La culture parvient-elle à contenir les tendances agressives de l'Homme ? L'être humain est un être biologique, il appartient à une espèce naturelle et à des caractéristiques comme des besoins élémentaires ou des instincts rudimentaires. Avant l'apparition des sociétés, il émerge différentes hypothèses d'un état appelé « état-nature », celle du bon-sauvage défendu par Rousseau qu'il décrit comme la période de l'humanité la plus heureuse. Face à ça, on a la vision de Hobbes et de la nature mauvaise de l'Homme. Dans cet état nature, il n'y a pas de règles, les hommes possèdent des besoins naturels et une liberté naturelle ainsi, ils obéissent à la loi du plus fort. Contrairement aux sociétés qui restreignent les droits et les libertés naturelles des Hommes, ou ils doivent obéir à la loi politique. La liberté naturelle devient alors liberté politique. L'homme ainsi pourra se sentir réellement libre, il n'aura plus à accepter la force d'autrui sur lui car la loi permet à tous les citoyens d'être libre d'un accord commun et de ne plus entraver la liberté d'autrui. Thomas Hobbes est l'un des premiers philosophes à introduire la notion d'état nature, il veut comprendre ce que la société apporte à l'Homme. Pour lui, l'état nature est un « état de guerre de chacun contre chacun ». Dans l'état nature, la lutte de chacun pour sa survie met en danger la vie de tous. Les tendances agressives des Hommes étant décuplées à l'égard de leur semblables. Mais cet état nature connaît un changement et devient la culture. La culture ici désigne un ensemble de pratiques, de connaissances qui sont propres à un peuple, elle peut être synonyme de civilisation et c'est ce qui est différent de la nature, car la nature n'est pas le fruit d'une production des Hommes. Car contrairement aux animaux, l'Homme est un être de culture. Mais la culture parvient-elle à contenir les tendances agressives de l'Homme ? Ici la question suppose que l'Homme est donc agressif de nature, et que la culture, si telle est le cas, retiendrait les pulsions agressives de l'Homme, elle permettrait simplement de les contrôler sans les éclipser. L'Homme serait-il donc un être agressif de nature et serait t-il impuissant face à cette agressivité naturelle ? Un Homme se définit-il seulement par la culture ? Comment s'assurer que la culture ne soit pas sujet de conflit ? Dans un premier temps, on verra comment nous sommes passés de l’état nature à un état de culture et comment cette culture se transmet, pour ensuite voir que non, la culture ne parvient pas à contenir les tendances agressives de l’Homme et que parfois, elle en est le fruit. Pour passer de l'état sauvage à l'état de culture, l'Homme à du rendre le monde habitable en le transformant par le travail, l'art, la religion ou encore l'histoire, ce qui manifeste de l'intelligence de l'Homme. La culture est donc ce qui à fait sortir l'Homme d'un état-nature. Mais en sortant de cet état-nature l'Homme n'est-il que culture ? Ou son essence naturelle est -elle encore présente ? La distinction entre nature et culture reste flou, par exemple si un enfant à peur du noir, cela peut être du à son instinct propre ou du fait d'un événement passé qui lui à fait peur et qu'il associe au noir. L'Homme serait donc un mélange de nature et de culture, notre culture influence nos réactions naturelles et vice versa. Mais comment se forme cette culture ? L'Homme dispose de la raison et de la technique et sa raison lui permet d'innover dans sa technique, contrairement aux animaux qui même si font preuve de technique ne savent pas innover. Le mythe de Prométhée montre que la raison humaine correspond à l'instinct pour un animal. Ce mythe nous montre comment la culture est la réponse à un manque humain : lors de la création des mortelles les Dieux confient à Épiméthée et Prométhée la responsabilité de répartir entre toutes les espèces différentes qualités (force, rapidité, griffes...). Mais l'Homme fut oublié est resta sans qualité, et donc sans moyen d'assurer sa survie. Pour faire face à cela, Prométhée va dérober le feu au dieu qui est symbole de technique. Les Hommes vont donc obtenir le feu et par cela la technique, technique par laquelle vont apparaître la religion, le langage... L'Homme ne possède donc aucune technique par son instinct, mais grâce à l'intelligence technique reçue des dieux les progrès possibles sont infinis. Ainsi, l'un des avantages que l'Homme connaît sur les animaux, c'est la raison, et la capacité qu'il a à user de cette raison afin de se perfectionner dans son savoir faire, car l'Homme est un être changeant de nature. C’est le cas notamment au 18ème siècle, qui va dominer l'idée de progrès. Mais cette culture ne se transmet pas à travers les gènes, elle s'apprend et s'approprie au fil des générations. « La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert » A. Malraux. Mais au-delà de la culture d'une société, il faut aussi apprendre à se cultiver soi-même et ainsi devenir meilleur à chaque fois. Kant dans Métaphysique des mœurs dira que pour devenir pleinement »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles