Devoir de Philosophie

La demonstration peut-elle mettre fin à l'illusion ?

Extrait du document

demonstration
Dans cette dernière partie, il convient de restreindre le champ de la démonstration. Pour un jugement de goût, par exemple, peut-on apporter une démonstration rigoureuse et scientifique ? Prenons l'exemple de ces jugements prononcés par un auteur majeur de la littérature française à l'égard de l'impressionnisme, un mouvement majeur de l'histoire de l'art : HYUSMANS, L'art moderne, p.266. Pour Huysmans, la peinture de Monet est « brouillonne et hâtive ». Voici encore ce qu'il dit dans son ouvrage : « Monsieur Monet est certainement l'homme qui a le plus contribué le public que le mot impressionnisme désignait exclusivement une peinture demeurée à l'état de vague ébauche, de confus rudiment. » Peut-on « démontrer » à Huysmans qu'il a tort ? Par ailleurs, peut-on considérer son jugement, qui apparaît comme un exemple d'incompréhension, est une illusion ?   Il y a des domaines où on ne peut pas apporter de démonstration :   Aristote, Ethique à Nicomaque, I, 1, 1094b11. « Nous aurons suffisamment rempli notre tâche si nous donnons les éclaircissements que comporte la nature du sujet que nous traitons C'est qu'en effet on ne doit pas chercher la même rigueur dans toutes les discussions indifféremment, pas plus qu'on ne l'exige dans les productions de l'art.

« On peut également démontrer pourquoi un bâton donne l'impression de se tordre lorsqu'on le plonge dans l'eau. Ladémonstration consiste à montrer la nécessité de la déviation des rayons lumineux lorsque qu'ils changent de milieu.En passant de l'air à l'eau, ou de l'eau à l'air, les rayons lumineux sont déviés, et c'est pourquoi nous avonsl'impression que le bâton se tord à la surface de l'eau. En conclusion de cette première partie, on peut dire que la démonstration, scientifique notamment, met fin àl'illusion des sens en expliquant ce qui se passe en réalité. L'illusion est donc opposée à ce qui se passe réellement.Étant un moyen d'expliquer le déroulement réel d'un événement, la démonstration apparaît comme la méthodeprivilégiée pour mettre un terme aux illusions. TRANSITION : Quelle est plus précisément la « fin » de l'illusion ? Si je sais que c'est la Terre qui tourne, et non le soleil, il n'en reste pas moins que j'ai toujours l'illusion que le soleil bouge. A quoi la démonstration met-elle alors une« fin », plus exactement ? En d'autres termes, qu'est-ce qu'une illusion ? A quoi la démonstration met-elle un terme,si elle ne m'empêche pas de voir le soleil bouger ? DEUXIÈME PARTIE : La fin d'un jugement. Alors que l'on croyait que nos sens nous trompaient dans l'illusion, et que la démonstration permettait de corrigerl'erreur des sens, il convient d'être plus précis. On verra dans cette deuxième partie que l'illusion n'est pas uneerreur des sens, mais une erreur de jugement. Car si l'illusion est une erreur des sens, alors la démonstration ne met pas fin à l'illusion, puisqu'elle ne met pas fin àl'erreur des sens. Il faut redéfinir l'illusion, et parallèlement sa « fin ». Les sens ne jugent pas, c'est ce que Kant explique dans l'extrait suivant : KANT, Anthropologie du point de vue pragmatique , §11 . « Les sens ne trompent pas : proposition qui récuse le reproche le plus important, mais aussi, à le bien peser, le plus vain qu'on adresse auxsens ; ce n'est pas qu'ils jugent toujours exactement, mais ils ne jugent pas du tout ; c'est pourquoi l'erreur n'est jamais qu'à la charge de l'entendement. Cependant l'apparence sensible tourne pour l'entendement, sinon à la justification, du moins à l'excuse ; c'est que l'homme en arrive souvent à tenir l'élément subjectif de sa représentation pour l'élément objectif ;et ainsi il en vient à prendre le phénomène pour l'expérience, et àtomber par-là dans l'erreur, comme en une faute de l'entendement,non comme en une faute des sens . » Lorsque je vois le soleil bouger, ce n'est pas une illusion. Avoir une illusion,c'est croire que le soleil bouge, c'est juger que le soleil bouge. Mettre fin à une illusion, c'est donc plus exactement mettre fin à un jugement , au profit d'un nouveau jugement. La démonstration n'est-elle pas le moyen d'imposer un jugement ? Par définition, le résultat d'une démonstration est nécessaire, ce qui signifie qu'on ne peut pas juger autrementqu'en fonction de ce qui a été démontré. La démonstration met donc un terme à une illusion parce qu'elle imposed'avoir le bon jugement sur quelque chose. La démonstration met fin à une illusion, cela veut dire qu'elle impose d'avoir le bon jugement sur quelque chose. Lesautres jugements que celui prononcé par la démonstration sont des illusions. TRANSITION : L'illusion n'est donc pas de l'ordre de la perception, mais de l'ordre du jugement. Mais n'y a-t-il pas des contextes où on ne peut pas me démontrer que mon jugement est une illusion ? Unedémonstration peut-elle mettre fin à toutes illusions, d'autant plus si une illusion est le fruit d'un jugement ? TROISIÈME PARTIE : Les limites de la démonstration. Quels sont les domaines où se produisent les illusions ? Tous les domaines où se produisent des illusions peuvent-ilsêtre contredits par une démonstration ? Dans cette dernière partie, il convient de restreindre le champ de la démonstration. Pour un jugement de goût, parexemple, peut-on apporter une démonstration rigoureuse et scientifique ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles