Devoir de Philosophie

La vie peut-elle être un objet de science ?

Extrait du document

de formes vivantes, mais aussi capacité d’adaptation et d’innovation. La vie est en ce sens, écrit Bergson dans L’Évolution créatrice, invention de formes nouvelles. Alors que l’inanimé reste iden-üque à lui-même, le vivant a la faculté de faire du neuf avec ce dont il dispose. La vie, avant d’être maintien ou conservaüon de soi, est invention ou création.

Finalité et mécanisme.

 

Alors que les autres sciences peuvent se contenter d’une explication causale, la biologie, tenant compte des spécificités de son objet, doit ajouter à l’explication mécaniste une explication finale. Aristote avait déjà noté au début des Parties des animaux que le naturaliste devait avoir égard aux fins naturelles dans son étude du vivant pour rendre compte de son originalité.

« PLAN 1. La reconnaissance du vivant. 1. L'expérience du vivant. 2. L'organisation et le milieu. 3. La const itution d'une science : la biologie. II. Les difficultés de la biologie. 1. Finalité et mécanisme. 2. Le vitalisme. 3. Critique du vital isme. III. La connaissance de la vie. 1. L'âme. 2. Le gène. 3. La vie comme invention. PLAN DÉTAILLÉ 1. La reconnais sance du vivant. 1. L'expérience du vivant. À quoi se reconna ît le vivant ? Cette question trouve une première réponse dans l'expérience commune. Le vivant - animal ou végétal -est ce qui, de soi-même, a la particul arité de naît re, croître , se reproduire et périr. Ces premières constatati ons peuvent être complétées : 1' animal a en outre la capacité de se mouvoir, de percevoir des sensations, etc. 2. L'organisme et le milieu. En approf ondissant cette analyse, on peut déf nir le vivant comme un organisme (un ensem ble de parties ou de membres en relation les uns avec les autre s et chacun avec le tout) inscrit dans un milieu auquel il est adapté. La matière inanimée est dépourvue d' organisme et n'a besoin d'aucun milieu pour subsister. Le vivant se comprend en ce sens par ses fonctions de relation qui lui per­ mettent de vivre dans son environnement et comme une entité dotée d' une cohérence fonct ionnelle. 3. La constitution d'une science : la biologie. Cette science récente présente un certain nombre de caractéri stiques qu 'il conviendra de préciser . Elle doit notamment pouvoir se dif­ fé rencier par sa méthode des autres sciences, en particulier de la physique et de la chimie, sans quoi elle confondrait son objet, le vivant, avec celui du physicien ou du chimiste. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles