Devoir de Philosophie

L'altruisme chez Roussea et Soloviev

Voir sur l'admin

Extrait du document



Roubtsova Anna



La pitié et la compassion dans le cadre de l'altruisme chez Rousseau et Soloviev



L’altruisme est une notion où l’on sous-entend l'activité liée au souci désintéressé envers autrui. On peut identifier cette notion avec celle d'abnégation, c'est-à-dire avec le désir de sacrifier ses avantages dans l'intérêt d'une autre personne, d’un groupe de personnes, ou pour le bien commun.

On suppose que l’altruisme peut se baser sur deux sentiments : c’est le sentiment de la pitié et le sentiment de la compassion. Donc, il peut prendre ses origines du sentiment de la pitié, ce «sentiment naturel» qui est «la cause de la répugnance q...

« notions de «pitié » et de « compassion » étant identiques (synonimes), soit on a ici deux types d'émotions différents. Pour soulever cette question, je vais me tourner vers deux penseurs. Afin d’examiner la question de l’altruisme à travers le principe du «Fais ton bien avec le moindre mal d'autrui qu'il est possible» expliqué par la pitié, je compte m’appuyer sur les textes de J.-J. Rousseau tirés de son œuvre Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. En ce qui concerne la place de la compassion dans cette question, je vais me tourner vers l’ouvrage de V. Soloviev, Justification du bien, qui explique le phénomène de l’altruisme à travers le prisme des sentiments en se basant sur la psychologie humaine. L’une des étapes du travail c’est d'examiner la notion de l’altruisme et observer quelles places les sentiments de la compassion et de la pitié y occupent en recourant à des exemples historiques et même artistiques. (Erich Maria Remarque, Flotsam ; Denis Diderot, La Religieuse ). L'enjeu de cette recherche est d’établir une distinction réelle entre les sentiments décrits par ces deux penseurs, de dire quel type d’altruisme prédomine et puis évoquer les raisons les plus actives qui poussent l'homme à faire le bien à l’autrui, à sacrifier ses propres intérêts pour autrui. Bibliographie principale : - Soloviev, La justification du bien - Rousseau , Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. »

Le document : "L'altruisme chez Roussea et Soloviev" compte 571 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document L'altruisme chez Roussea et Soloviev

Liens utiles