Devoir de Philosophie

Langage et humanité ?

Publié le 03/02/2004

Extrait du document

langage
COMMENT ACQUÉRONS-NOUS LE LANGAGE ?Pour qu'un nourrisson s'intègre par intuition au langage (car il l'apprend sans ordre ni méthode), il est nécessaire qu'on lui parle en personne et avec amour; faute de ces deux conditions, il risque, à divers degrés, d'être handicapé mentalement. EXISTE-T-IL UN LANGAGE CHEZ LES ANIMAUX ?Certaines espèces animales émettent des signaux (comme les abeilles, pourtant dénuées de cerveau) afin d'avertir ou de signaler (soit un terrain propice, soit un danger) ; d'autres sont capables d'exprimer des émotions (contentement, agressivité, douleur, etc.).Mais les espèces animales les plus développées sont manifestement incapables de narration (les fictions) et de discussion argumentée (les sciences) ; ces deux derniers stades n'appartenant qu'à l'homme. Les animaux les plus évolués, capables d'émettre et de réagir adéquatement à plusieurs signaux, ne vivent que dans un présent étendu au futur proche et au passé récent. C'est pourquoi, au plus vraisemblable, ils ne connaissent l'angoisse, ni le désespoir, ni l'espoir; ils fuient impulsivement le danger, mais ignorent les anxieuses méditations sur la mort, étant étrangers à la temporalité, incapables de la formuler et donc de la penser. Le langage est-il un simple outil ou bien la marque d'une transcendance  ? Les langues nous préexistent, elles sont toujours antérieures à nous et toujours plus riches que notre savoir.
langage

« On sera sensible aussi aux termes "signifier", "exprimer" afin de cerner les fonctions de ce que Descartes nomme levéritable langage. La lecture superficielle du texte indique une problématique générale : doit-on avec Descartes, refuser aux animauxpensée et langage ? Mais la problématique née d'une lecture plus fine du texte consiste plutôt à se demander si l'on a raison deconsidérer le langage comme le critère le plus sûr de l'existence d'une pensée, et partant, à se demander ce quec'est que penser. On pouvait d'abord présenter une explication rigoureuse de la pensée de Descartes et faire apparaître, en secondlieu ses enjeux et les problèmes qu'elle soulève. A - LA STRUCTURE DE L'ARGUMENTATION DE DESCARTES 1 - La position du problèmeLe texte se présente d'emblée comme un texte argumentatif.

La thèse n'est qu'évoquée au début, comme enpassant : les bêtes sont dénuées de pensée. Descartes fait porter ses efforts sur l'argumentation.

On soulignera d'abord les précautions dont il s'entoure.Curieuse argumentation, en effet, que celle qui multiplie au préalable les concessions à la thèse.

Certes, concèdeDescartes, les bêtes sont plus ou moins parfaites au sein d'une même espèce.

Certes, tous les animaux nous fontconnaître par des signes leurs besoins, leurs impulsions, et leurs passions, comme la colère. 2 - Pourquoi faut-il refuser le véritable langage aux animaux ?Ces concessions faites, Descartes maintient sa thèse, comme si ces objections ne suffisaient pas à l'ébranler :aucun animal n'use d'un véritable langage. On peut inférer de ce qui a été dit précédemment, qu'un langage, stricto sensu, ne consiste pas à signifier aumoyen de signes des états du corps - ce que sont impulsions et passions, la passion, chez Descartes, désignantune pensée de l'âme ayant une origine corporelle. La capacité à utiliser des signes ne fait donc pas un langage : encore faut-il savoir ce qui est signifié.

En d'autrestermes, il faut que la voix ou les gestes signifient non un état de corps, mais un état de la pensée. Il n'y a véritable langage qu'avec la capacité de signifier une pensée.

Le langage, pour Descartes, n'est donc pasessentiellement un moyen de signification ou d'expression, mais l'indice d'une capacité à penser. 3 - Le langage, signe de la penséeC'est bien cette capacité que Descartes attribue aux seuls êtres humains. La fin du texte insiste sur l'idée que tous les hommes usent du langage, même ceux qui sont privés de la capacité àexprimer un sentiment ou une pensée, parce que privés des organes de la voix, comme les muets. Le texte peut donc se conclure : il fallait démontrer que les bêtes sont dénuées de pensée.

Pour ce faire, Descartesa montré que le langage est le seul indice sûr de l'existence d'une pensée, et que seuls les hommes peuvent êtrevéritablement dits utiliser un langage. Dès lors on peut en effet voir dans le langage l'indice sûr de la différence de nature qui est entre les bêtes et nous. B - QUE PENSER DE LA CONCEPTION DE L'HOMME QUI DECOULE D'UNE TELLE ANALYSE DU LANGAGE. La discussion peut se décliner à deux niveaux. 1 - le premier consiste à se demander s'il existe une différence de nature entre les animaux et l'homme.La Renaissance, avec Montaigne, était au contraire sensible à la proximité du monde animal et humain.

Unecomparaison entre les deux était possible.

Montaigne, ainsi, considérait que la perfection de certains animauxl'emportait sur la stupidité de certains hommes. De ce point de vue, ce texte de Descartes est représentatif de l'anthropocentrisme propre à la pensée classique,auquel la théorie Darwinienne de l'évolution allait porter plus tard un coup fatal. 2 - Le second niveau consiste à se demander quelles sont les fonctions essentielles du langage.Est-ce de s'exprimer, ou de communiquer ? Descartes répond au contraire que la fonction essentielle du langage est. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles