Devoir de Philosophie

Le corps est-il, pour ma liberté, un instrument ou un obstacle?

Extrait du document

Appréciations d'ensemble et remarques

Excellente réflexion, et, ce qui est relativement rare, assez richement illustrée de références philosophiques. La structure en est nette, parfois presque trop (l’annonce dû développement n’était pas obligatoirement à inscrire avec autant de force schématisante. Une annonce plus discrète, moins « appuyée », aurait suffi. Caractère un peu lourd également de la récurrence des termes « problématique du sujet »).

- Une petite maladresse dans l’introduction : on parle de « postulat fondamental du problème » (la formule n’est pas très heureuse) avant d’avoir évoqué le problème lui-même.

- L’expression « m’éclater au monde » n’est pas très « éclatante ».

- Le candidat construit sa réflexion sur une série d’oppositions qu’il tente de réduire : âme/corps, connaissan-ce/action, spiritualisme/matérialisme, et il y parvient à travers une suite ordonnée de références philosophiques parfaitement maîtrisées. La référence au cartésianisme aurait pu toutefois être développée davantage.

- Un problème aurait pu s’inscrire dans un développement éventuel sur le corps-obstacle : celui du corps souffrant, et de sa mortalité.

Exercice

Refaire le plan de ce devoir, en essayant d'en faire apparaître la progression logique. Développer davantage les points qui semblent le mériter.

Autre sujet proposé

J'ai un cotps. Je suis mon corps: laquelle de ces deux formules vous semble le mieux convenir d l’auto-perception du corps?

Sujet récent sur un thème voisin

Est-on possesseur de son corps? (Reims, série A).

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles