Devoir de Philosophie

Le droit du plus fort est-il une absurdité ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

droit

Il est courant d'entendre que certains milieux, comme par exemple celui des affaires, s'apparentent à des « jungles «, c'est-à-dire des zones de non-droit : pour que ça marche, il faut être le plus fort. Dans ce cas semble régner la loi du plus fort, qui n'est pas une loi au sens juridique du terme mais qui s'y apparente dans le sens où elle peut soumettre des individus à un autre, si arbitraire soit ce pouvoir de coercition. Parallèlement, cette loi du plus fort nous apparaît injuste et se caractérise justement par une déficience dans l'application de la loi. C'est comme si la loi du plus fort était une non-loi, qu'elle ramenait l'homme à son état le plus animal. C'est pourquoi il semble pertinent de se poser la question de savoir s'il y a une loi du plus fort. Car si la loi se définit par ce qui régit les relations entre les hommes et qui les contraint, alors la loi du plus fort est bien une loi. Mais si son rôle essentiel est d'instituer la justice et une autorité non-arbitraire contre la force, alors le concept de loi du plus fort est fondamentalement contradictoire.

 

 

 

« La positon de T. Hobbes sur cette question est la suivante : à l'état de nature règne la loi du plus fort. Les hommes Le problème à résoudre est le suivant :"le plus fort n'est jamais assez fort pourêtre toujours le maître, s'il netransforme sa force en droit et l'obéissance en devoir". Existe-t-il réellementun droit du plus fort, et la force est-elle un principe suffisant pour fonder ledroit ? S'il est vrai que dans la nature règne la force, il n'est pas vrai que leplus fort reste longtemps le maître : les forces y sont perpétuellement enconflit, et l'issue est incertaine. De plus, la puissance physique engendre unecontrainte physique et non point morale. Il n'est jamais interdit de désobéir àla force sitôt qu'on le peut. Le droit du plus fort n'engendre pas le devoird'obéissance. "Sitôt que c'est la force qui fait le droit, l'effet change avec lacause; toute force qui surmonte la première succède à son droit." Il suffitd'échapper à la force pour en avoir le droit, puisque, selon ce principe, le plusfort a toujours raison. Un droit qui disparaît sitôt que s'éclipse la force n'estpas un droit, c'est un fait. Il s'ensuit qu'aucune justice, aucune loi, aucunelégitimité ne peuvent être fondées sur la force. Le problème à résoudre est le suivant : "le plus fort n'est jamais assez fortpour être toujours le maître, s'il ne transforme sa force en droit etl'obéissance en devoir". Existe-t-il réellement un droit du plus fort, et la forceest-elle un principe suffisant pour fonder le droit ? S'il est vrai que dans lanature règne la force, il n'est pas vrai que le plus fort reste longtemps le maître : les forces y sont perpétuellement en conflit, et l'issue est incertaine. De plus, la puissance physiqueengendre une contrainte physique et non point morale. Il n'est jamais interdit de désobéir à la force sitôt qu'on lepeut. Le droit du plus fort n'engendre pas le devoir d'obéissance. "Sitôt que c'est la force qui fait le droit, l'effetchange avec la cause; toute force qui surmonte la première succède à son droit." Il suffit d'échapper à la force pouren avoir le droit, puisque, selon ce principe, le plus fort a toujours raison. Un droit qui disparaît sitôt que s'éclipse laforce n'est pas un droit, c'est un fait. Il s'ensuit qu'aucune justice, aucune loi, aucune légitimité ne peuvent êtrefondées sur la force. De plus, en réponse directe à l'affirmation que la loi fondamentale de la nature est la loi du plus fort, il semblepertinent de convoquer Darwin et sa théorie de la sélection naturelle. Il ne dit pas que ce sont les plus fortsabsolument parlant qui bénéficient d'un avantage sélectif sur les autres mais les plus aptes, les plus adaptés à leurmilieu. Que ce soit pour les hommes ou pour toutes les autres espèces vivantes, il n'y a pas de « plus fort », doncpas non plus de loi du plus fort à l'œuvre, mais bien une loi du « mieux adapté » relativement à un environnementparticulier. De plus, même chez Hobbes et tous les théoriciens de l'Etat moderne, ce que l'on appelle la « loi du plus fort » esten réalité une absence de loi. L'état de nature est ce que seraient les relations des hommes entre eux si justementil n'y avait pas de lois. Il s'agit d'un état anarchique au sens propre du terme. La loi du plus fort n'est donc pas uneloi au sens où elle n'institue rien, n'a aucun rôle régulateur et n'est en rien l'expression d'une volonté commune. La loi du plus fort est donc un concept doublement contradictoire. D'une part, si elle s'apparente à une loi de lanature, la notion de « plus fort » est scientifiquement erronée. D'autre part, si elle est la loi à l'œuvre à l'état denature, alors on ne peut l'appeler une loi dans le sens où elle ne contraint pas tous les hommes de l'extérieur. III. Vers une définition de la loi en contradiction avec l'idée de force. La question qui se pose désormais est de savoir comment on peut définir le concept de loi à partir de cesconsidérations sur la loi du plus fort. Car si la loi par définition ne peut pas être par définition « du plus fort », resteà savoir ce pourquoi. Il s'agit donc de définir le concept de loi par son antagonisme fondamental avec celui de force. La force, plus qu'un état objectif et absolu, est un ressenti en première personne qui n'est possible qu'encomparaison avec les autres. Si je me sens fort, ce n'est que par rapport à la force des autres qui me semble moinsimportante. C'est aussi ce qui régit les relations les plus primaires et hors-la-loi entre les hommes (le combatphysique par exemple). La force, qu'elle soit physique ou mentale, intervient pour régler des conflits de manière noninstitutionnelle. La force offre à celui qui la possède un pouvoir de coercition officieux et sans aucune limite sur lesautres. Au contraire, la loi est ce qui institutionnalise le conflit. Elle régule les relations entre les hommes et permet ainsid'instituer la justice. Elle fait et doit faire autorité sur tout le monde pour justement empêcher les rapports de forceet de domination entre les hommes. La loi est la seule réponse pertinente et rationnelle à l'arbitraire de la force. Elleest une autorité suprême et indépendante des puissances individuelles. Elle s'applique à tous, quelles que soient sesforces (physiques, financières…). Ce n'est que quand la loi juridique est bafouée, mal appliquée ou inexistante que laforce intervient pour régler les relations entre les hommes, empêchant ainsi la justice. La loi est ce qui instituel'ordre et la justice dans le chaos et l'instabilité provoqués par le règne du plus fort. Si la force ne fait qu'offrir àcertains des possibilités de domination à laquelle les autres ne peuvent que se soumettre, la loi elle donne à tous »

Le document : "Le droit du plus fort est-il une absurdité ?" compte 2112 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Le droit du plus fort est-il une absurdité ?

Liens utiles