Devoir de Philosophie

L'IMAGINATION NOUS ECARTE-T-ELLE DU REEL ?

Extrait du document

 L'imagination a pour fonction de produire des images qui se basent sur le réel ou s'en éloigne au contraire. En d'autres termes, l'imagination produit des images empruntées à la réalité, copies plus ou moins conformes du réel. L'imagination a donc plusieurs fonctions, elle peut être reproductrice, c'est à dire basée sur un fait réel, une perception, ou elle peut être créatrice. Dans ce dernier cas, l'imagination manifeste une liberté extrême par rapport au réel ou au possible. La notion de "réel" suggère toutes les choses et faits qui se rapportent à la réalité, à ce qui existe dans le monde sensible. S'écarter du réel signifierait alors se détacher totalement de ce qui est vrai, authentique et vérifié. L'homme, déçu par la réalité pourrait donc s'enfermer dans le monde de l'imagination, afin de satisfaire ses désirs qui ne sont pas comblés dans la réalité. De ce fait, c'est un moyen pour lui d'échapper à la dureté du réel et de s'en écarter par le biais de l'imagination. En ce sens, l'imagination creuse un écart avec la réalité. Mais n'est-ce pas plutôt un moyen de la modeler ou de lui donner un sens pour par la suite nous référer au réel ? Il s'agit également de se demander si l'imagination, en tant que valeur créatrice nie réellement la réalité? L'homme en effet trouve refuge dans l'imagination pour échapper à la dureté de la réalité. Cependant, l'imagination n'est pas qu'un refuge où l'homme est passif, elle peut au contraire inciter à l'action. Enfin, nous verrons que dans certains cas, l'imagination et réel se confondent totalement.

« Resté cloitré dans ses images, pour satisfaire un désir sans tenter de le reproduire dans le réel est, on l'a vu, sourcede passivité mauvaise pour l'homme, qui tombe dans la facilité et tend inévitablement à le répéter. Cependant,développer l'imagination peut inciter à l'action. D'après André Breton, l'imagination est d'ailleurs "ce qui tend àdevenir réel". Cette citation souligne explicitement la relation entre l'imagination, le réel et l'acte qui permet deconcilier les deux. En effet, l'imagination est profitable puisqu'elle permet à l'homme de se projeter dans le futur.C'est une force anticipatrice qui, comme le disait Bachelard, "nous détache à la fois du passé et de la réalité; elleouvre sur l'avenir." En étant une situation non-réelle, elle ne se définit dans aucun cadre temporel. Quand onimagine, on forme des pensées hors du temps, et le plus souvent, on cherche à les tourner vers le futur. Le compteà rebours de la vie qui nous projette inévitablement vers la mort, tend à transformer l'imagination en pensée quitrouve son aboutissement dans le futur. En effet, on imagine rarement dans le passé, et lorsqu'on le fait, ceci tientplus du regret d'une action passée. De plus, il est absurde d'imaginer quelque chose de passé, puisque, comme onva le développer ici, imaginer permet d'accéder à un aboutissement futur. A partir du moment où l'on imagine, ontente donc de projeter dans le futur l'acte que l'on veut voir réaliser. On vise en quelque sorte un but que l'on a,dans un premier temps imaginé, en prolongeant la situation (imaginée), à partir de ce que l'on connaît, vers sonaboutissement possible.D'ailleurs, l'imagination est un progrès qui se retranscrit dans le futur. Les inventions en sont un exemplereprésentatif. En effet, l'invention est le progrès d'un long cheminement, dont la première étape a été l'imaginationdu produit par l'inventeur lui-même. Motivé par l'appât du gain que représenterait un produit révolutionnaire et sonmonopole, l'ont, dans un premier temps fait longuement cogiter. En imaginant, c'est à dire en concevant l'objet non-existant dans ses propres pensées, l'inventeur l'imagine créé, c'est à dire dans une perspective future :commercialisé. L'imagination ne représente alors que son image, dans que la réalité est incarnée par lacommercialisation de cet objet, non plus imaginé mais réalisé. L'étape centrale, c'est à dire sa conception puis safabrication sont donc les moyens de l'inventeur qui lui ont permis d'arriver à sa fin. Cette imagination créatrice adonc été motivée par une finalité réelle, et ont permis à l'homme d'imaginer tout en étant totalement inscrit dans leréel, puisqu'il cherchait un aboutissement concret de son projet.De plus, l'imagination possède d'autres caractéristiques montrant qu'elle peut conférer à l'homme une motivation àdépasser ce qui a déjà été fait. L'innovation, la création d'œuvres d'art, les grands projets politiques, tout commel'invention, motivent les hommes à toujours plus se surpasser ; c'est en quelque sorte une course à l'imagination, legagnant étant celui qui en possède le plus et qui pourra de fait dépasser ce qui a déjà été fait. L'imagination estdonc cause et conséquence de l'émulation : la compétition nous pousse à toujours plus imaginer, et la l'imaginationnous entraîne dans le monde de la compétition. L'homme qui s'engage dans une cause, en ayant en vue uneperspective finale et réalisable, s'inscrit donc pleinement dans le réel et l'imagination, au lieu d'être un frein à sonactivité, en est le véritable moteur. Tout aboutissement réel est possible alors que sa base même n'était que pureimagination. Or un homme engagé, qui développe son imagination dans une perspective d'application en sort fort.L'imagination, quand elle est formée en vue d'un but, d'un objectif à atteindre dans la réalité est intéressante. Ellepermet à l'homme de s'élancer vers le progrès, de se motiver à surpasser des actions passées. L'imagination semble donc nous éloigner un temps du monde, mais en réalité c'est un moyen d'y revenir, plus fort.L'imagination semble donc totalement en adéquation avec le réel et très liée à lui. Cependant, peut-on aller jusqu'àdire que l'imagination est réalité ?Il arrive que parfois, l'imaginaire et la réalité se confondent. Difficile alors de différencier les deux. L'expérimentationdu monde vient de l'interprétation qu'on en fait. Les sens permettent de déterminer ce qui est réel et ce qui n'estque pure imagination. Cependant, cette différence se trouve parfois altérée, comme on l'a vu précédemment, pardes états modifiés de conscience avec par exemple la prise d'hallucinogènes, la méditation, l'hypnose... L'activitécérébrale étant bouleversée, le sujet éprouve de plus grandes difficultés à faire la différence entre ce qu'il croitvivre et ce qu'il vit réellement. Parfois, cette différence entre imaginaire et réalité est quasiment imperceptible, etest à l'origine de la formation de maladies mentales: un sujet ne peut faire de distinction entre ce qu'il perçoit et laréalité du monde. Certains peuples, comme les aborigènes vont même jusqu'à considérer le rêve, l'imaginaire et laréalité à valeur égale.De plus, l'imagination est un territoire vaste, et de ce fait elle semble infinie. Bien qu'il soit agréable et plaisantd'imaginer, on peut se demander si l'imagination, à force, ne devient pas autant une source de plaisir réel que dedouleur vaine. En effet, comme nous l'avons développé précédemment, il est raisonnable et bon d'imaginer desprojets à portée réelle, cependant, s'attarder à vouloir se voir réaliser des désirs imaginés peut devenir une sourcede maux. Les désirs fous, qui sont difficilement réalisables, donc difficilement achevables dans le réel, doivent êtremis de côté. En effet, une activité imaginative trop importante, à force de vouloir devenir réalité, perd de toutes sesvertus. La réalité risque de rendre ce qu'on le désirait fade et décevant face à ce qu'on l'on imaginait, où tout lescénario créé se déroulait parfaitement. D'où l'expression "prendre ses rêve pour une réalité"; un sujet qui attendimpatiemment quelque chose espère le meilleur en se figurant un déroulement parfait de ce qui, dans certains cas,se déroule d'une manière décevante, pas à "hauteur de nos espérances".L'imagination, poussée à des degrés extrêmes peut également se répercuter dans le réel en en laissant des traces.En effet, elle peut produire des symptômes de maladies réelles parfois physiquement visibles. C'est le cas desmaladies psychosomatiques. Cet exemple extrême nous montre l'étroit lien qui peut exister entre l'imagination et laréalité, qui peut aller jusqu'à se répercuter visuellement sur un individu. Ce problème désigne une relation de l'espritau corps, c'est à dire un trouble psychique pouvant se répercuter sur la santé physique.Il arrive que l'imagination et la réalité se confondent, souvent sous l'effet d'états modifiés de conscience, maiségalement lorsqu'un sujet entre dans un état d'imagination démesuré qu'il veut absolument le transposer à la réalité.De plus, l'imagination peut avoir des répercussions sur la santé physique, justifiant au plus haut degré quel'imagination est dans certains cas liée au réel. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles