Devoir de Philosophie

PEUT-ON MESURER LE TEMPS ?

Publié le 19/03/2014

Extrait du document

temps

PEUT-ON MESURER LE TEMPS ?

Mesurer le temps, c'est le spatialiser

Tous les événements qui se produisent ont un commen-cement et une fin, donc une durée. Appréhender cette durée, c'est, pour les scientifiques, la mesurer. Or la mesure du temps n'est possible que si l'on pose que celui-ci est homogène, c'est-à-dire s'écoule de manière régulière. Mais s'il est facile de mesurer l'espace, la longueur d'un coupon de tissu par exemple, il n'en va pas de même avec le temps qui est une succession irréversible dont on ne peut pas 

temps

« QUELLE DIFFËRENCE FAITES-VOUS ENTRE LE TEMPS MESURË PAR LES PHYSICIENS ET LE TEMPS VËCU PAR LA CONSCIENCE? 1 Le vrai temps est la durée pure « Si je veux me préparer un verre d,eau sucrée, j'ai beau faire, je dois attendre que le sucre fonde.

Ce petit fait est gros d'enseignement.

Car le temps que j'ai à attendre n,est plus ce temps mathématique qui s,appliquerait aussi bien le long de l'histoire entière du monde matériel, lors même qu,elle serait étalée tout d'un coup dans l'espace.

Il coïncide avec mon impatience , c,est-à-dire avec une certaine portion de durée à moi, qui n,est pas allongeable ni rétrécissable à volonté.

Ce n'est plus du pensé, c,est du vécu.

Ce n,est plus une relation, c,est de l'absolu .

» Dans la conscience de l'attente, nous éprouvons dans le temps ce quelque chose d'absolu qui n'est pas mesurable.

Pour distinguer le temps ainsi éprouvé, dans l'expérience intérieure, du temps spatialisé, Bergson le désigne souvent par le mot « durée ».

Dire que « la durée est hétérogénéité pure », cela signifie que le vrai temps ne s'écoule pas toujours semblablement à lui-même, qu'il n'est pas quantifiable, qu'il n'est pas une simple juxtaposition d'instants.

La durée pure est vie, progrès, une continuité de création comparable à l'organisation mélodique d'une phrase musicale .

I La mesure du temps est une nécessité pratique Néanmoins, la mesure du temps est une nécessité pra­ tique et même psychique .

Elle permet de fixer des repères, elle constitue un cadre social de la mémoire.

Si le temps des horloges n'existait pas, les hommes ne pourraient s'accor­ der entre eux ni sur les points de division, ni sur la lon­ gueur des intervalles choisis comme unité de temps; car ce qui caractérise la durée vécue, c'est qu'elle varie d'une conscience à une autre.

En outre, sans cette représentation abstraite d'un temps spatialisé, nous n'accéderions même pas à la conscience du temps.

Il suffit pour s'en convaincre d'observer l'enfant qui ne sait pas lire l'heure : il n'a pas conscience de son vécu comme temporalité.

Autrement dit, c'est par opposition au temps des horloges, temps exté­ rieur et uniforme, qu'on prend conscience de la durée concrète, vécue • 99. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles