Devoir de Philosophie

Texte d'étude : Sigmund Freud, Le Malaise dans la civilisation - comment la civilisation peut-elle répondre à l'agressivité ?

Publié le 15/03/2022

Extrait du document

« Texte d'étude: Sigmund Freud, Le Malaise dans la civilisation (1930), traduit de l'allemand par Bernard Lortholary (2010) 1 5 10 15 20 L'existence de cette agressivité que nous pouvons éprouver en nous-mêmes et supposons à bon droit chez autrui, tel est l'élément qui perturbe nos rapports avec notre prochain et contraint la civilisation à tout ce qu'elle met en œuvre. Du fait de cette hostilité primaire des êtres humains les uns envers les autres, la société civilisée est constamment menacée de se désagréger. L'intérêt de la communauté de travail ne la maintiendrait pas soudée, les passions instinctives sont plus fortes que les intérêts raisonnables. La civilisation doit tout mettre en œuvre pour dresser des barrières devant les instincts agressifs des hommes, pour en réduire les manifestations par des dispositifs psychiques qui réagissent contre. D'où le recours, donc, à des méthodes visant à inciter les êtres humains à des identifications et à des relations d'amour n'aboutissant pas, d'où la restriction imposée à la vie sexuelle et d'où, également, le commandement idéal d'aimer son prochain comme soi-même, qui se justifie en réalité par le fait que rien n'est plus contraire à la nature originelle de l'homme. Quelques peines qu'il ait coûtées, cet effort de la civilisation n'a pas, jusqu'ici, remporté grand succès. Les plus grossiers débordements de force brutale, la civilisation espère y faire obstacle en s'arrogeant le droit d'exercer elle-même· la violence contre les criminels ; mais les manifestations plus prudentes et plus subtiles de l'agressivité humaine, la loi n'a pas prise sur elles. Chacun de nous en vient à laisser tomber comme autant d'illusions les attentes que, dans sa jeunesse, il rattachait à ses semblables, et chacun peut constater combien la vie lui est rendue difficile et douloureuse par leur ��- Pour autant, il serait injuste de reprocher à la civilisation de vouloir exclure des actions humaines concurrences et conflits. Ceux-ci sont sûrement indispensables, mais l'antagonisme n'est pas nécessairement de l'hostilité, il n'est qu'abusivement pris pour prétexte de celle-ci. D'après ce texte, comment la civilisation peut-elle répondre à l'agressivité? La représentation de la violence dans la littérature et les arts constitue-t-elle un frein à l'agressivité de l'être humain? NB: Vous traiterez les deux sujets sur deux copies distinctes. Chaque exercice sera noté sur Malignité : méchanceté. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles