Devoir de Philosophie

Y-a-t-il de vrais et de faux besoins ?

Publié le 31/03/2012

Extrait du document

Aujourd’hui, notre société de consommation nous propose de plus en plus de biens que nous avons de besoins réels à contenter. Ainsi respirer, boire, manger sont des besoins indispensables à l’homme tandis que le portable ou l’ordinateur sont des objets qui permettent d’assouvir nos désirs et de satisfaire notre confort. Le besoin recouvre tout ce qui est nécessaire à un être et se caractérise par un état d’insatisfaction dû à un sentiment de manque. Dans ce cas, le besoin est frustré alors qu’il est satisfait lorsqu’ il engendre un sentiment de bien-être. Mais qu’est-ce que l’on entend par vrais et faux besoins ? Nous montrerons d’abord qu’il y a des vrais besoins, puis nous verrons qu’il y en a des faux et enfin nous nous demanderons si les besoins ne sont pas tous nécessaires.

« Y-a-t-il de vrais et de faux besoins ?Aujourd’hui, notre société de consommation nous propose de plus en plus de biens que nous avons de besoins réels à contenter.

Ainsi respirer, boire, manger sont desbesoins indispensables à l’homme tandis que le portable ou l’ordinateur sont des objets qui permettent d’assouvir nos désirs et de satisfaire notre confort.

Le besoinrecouvre tout ce qui est nécessaire à un être et se caractérise par un état d’insatisfaction dû à un sentiment de manque.

Dans ce cas, le besoin est frustré alors qu’il estsatisfait lorsqu’ il engendre un sentiment de bien-être.

Mais qu’est-ce que l’on entend par vrais et faux besoins ? Nous montrerons d’abord qu’il y a des vrais besoins,puis nous verrons qu’il y en a des faux et enfin nous nous demanderons si les besoins ne sont pas tous nécessaires. Il va de soi que l’homme ait des besoins vitaux, des besoins primaires et naturels.

Pour vivre, l’homme a en effet besoin de respirer pour se charger en oxygène, deboire pour s’hydrater, de manger pour capitaliser l’énergie nécessaire à son activité et de dormir pour gérer cette énergie.

Il est aussi indispensable que l’homme soitcapable d’éliminer selles et urine et d'assurer son hygiène.

Il doit également pouvoir se vêtir afin de construire son identité et être perçu au travers du regard d’autrui.Le besoin essentiel de l’homme réside dans sa capacité à communiquer avec autrui grâce à la parole qui lui permet de s’intégrer dans un groupe social, de vivre encommunauté, d’établir des relations affectives et de garantir sa sexualité pour assurer sa reproduction et sa descendance.

Le besoin naturel irréfutable de l’homme estl’amour puisque le fait de partager sa vie avec un autre être, de vivre avec quelqu’un d’autre que soi-même est l’essence de la vie.

En revanche, l’homme n’est pasvoué à se restreindre aux besoins primaires qui lui permettent d’exister.

En effet, dans notre société actuelle, des besoins fondamentaux ont vu le jour.Même si s’instruire, se cultiver et se distraire ne font pas partie à première vue des besoins vitaux, il n’en est pas moins que ce sont de vrais besoins pour nous mêmemais aussi pour la société.

En effet, le monde est en constante évolution grâce à l’homme puisque sa soif d’apprendre lui permet de créer toujours plus de biens et parla même occasion de créer de nouveaux besoins.

Il est aussi très difficile d’imaginer un monde sans travail : l’homme a besoin de travailler, mais aussi de se fixer desobjectifs pour parvenir à des fins, comme atteindre un certain statut social lui permettant ainsi de se démarquer d’autrui.

La distraction est primordiale pour l’homme,comme l’indique le philosophe espagnol Miguel de Unamuno : « L'ennui fait le fond de la vie, c'est l'ennui qui a inventé les jeux, les distractions, les romans etl'amour ».

Ainsi, aller au cinéma, lire, jouer sont des besoins qui permettent à l’homme de ne pas s’ennuyer et donc de profiter de la vie sans sombrer dans desmaladies, telles que la dépression.

C’est pourquoi, l’on peut considérer la distraction comme un besoin vital, donc vrai.

Enfin, se cultiver permet de s’investir dansune activité et d’en éprouver une satisfaction personnelle engendrant ainsi un sentiment de bien-être, donc un besoin vital pour l’homme.Plus l’homme se développe, plus il crée de nouveaux besoins.

Ces besoins qui ne sont pas nécessaires à la vie, peuvent être qualifiés de faux besoins étant donnéqu’ils satisfont notre confort. L’homme en veut toujours plus parce qu’il n’est jamais totalement comblé, ce qui signifie que ses besoins sont frustrés.

C’est pourquoi, en voulant sans cessesatisfaire un besoin, même futile, il se crée de nouveaux besoins.

Ces faux besoins sont le produit de la crainte du regard d’autrui car au lieu de se démarquer de sonsemblable, l’homme entre dans ‘’la mode’’ en pensant qu’avec tel ou tel objet matériel, il sera jugé ‘’bon’’ ou ‘’mauvais’’.

Établir un inventaire de tous les biens quel’homme a pu créer jusqu’à aujourd’hui serait vain puisque les faux besoins sont illimités étant donné que l’homme évolue de jour en jour.

Mais il n’empêche quecertaines créations de l’homme méritent de s’y attarder.

Par exemple, le portable, l’ordinateur, la télévision et les consoles de jeux-vidéo sont des inventions qui necontribuent pas au bonheur de l’homme, mais qui l’embrigadent dans une quête de désirs sans lesquels il perd tous ses repères.

D’autres besoins sont superflus,comme les bijoux ou encore les appareils électroménagers sophistiqués.

Les magasins de grandes distributions font de l’homme un robot qui doit sans cesse planifierses tâches, s’organiser pour, par exemple, faire des provisions pour deux ou trois semaines, ce qui l’oblige à penser au lendemain.

En outre, Karl Marx se poseréellement contre la publicité, comme en témoignent ses propos : « La production ne produit pas seulement un objet pour un sujet, mais un sujet pour un objet ».

Aproprement parler, la publicité est une source de propagande qui enivre les hommes en créant des besoins complètement futiles dont chacun pourrait se passer.

Enrevanche, la société actuelle suscite d’autres besoins fondamentaux qui sont le fruit du savoir de l’homme.En effet, disposer d’un logement chauffé, de bénéficier de l’électricité et de l’eau courante sont des besoins qui favorisent le confort de l’homme, donc il s’agit bien defaux besoins, qui sont tout de même essentiels dans la vie d’un homme d’aujourd’hui dans un pays dit développé.

Ainsi, il serait invraisemblable d’imaginer unmonde sans électricité parce qu’à l’heure actuelle, sans ce bien, l’évolution de l’homme ne serait plus possible.

Ce serait comme interdire à l’homme de respirer…Dès lors que l'on parle de besoins, l'on se réfère à la nécessité.

L'homme a autant besoin de se nourrir que de se divertir ou encore de suivre l’actualité.

Ces besoinssont tous vrais dans la mesure où ils sont tous nécessaires. Il est impossible de distinguer les besoins naturels, les vrais, des besoins artificiels, les faux.

En effet, pour l’homme, le naturel et le culturel se confondent : sansculture l’homme est démuni.

Mais les besoins sont-ils pour autant tous nécessaires ? Même si le fameux proverbe « l’argent ne fait pas le bonheur » suscite lacontroverse et que l’argent est une création de l’homme, il n’en est pas moins qu’aujourd’hui, il est impossible de vivre sans, ne serait-ce que pour acheter de lanourriture, payer son logement, se vêtir et bien d’autres choses.

Il est donc permis de penser que l’argent est un besoin qui ne se classe dans aucune des deuxcatégories, même si nous pouvons penser qu’il s’agit plutôt d’un vrai besoin puisqu’il est la source de certains besoins vitaux.

Tout comme les progrès sociétaux, lesbesoins sont continuellement en évolution.Tout d’abord, les besoins varient d’une société à l’autre en fonction de son développement.

Ainsi, un logement chauffé et muni de l'eau courante est considéré commeun besoin fondamental dans les sociétés occidentales développées, alors que ce n'est même pas considéré comme un besoin secondaire par les tribus nomadesd'Afrique ou d'Asie.

Mais les besoins varient également en fonction des époques.

C’est pourquoi, les faux besoins d’hier sont devenus de vrais besoins.

Par exemple,avant l’invention de l’électricité, les hommes vivaient plus simplement, mais aujourd’hui l’électricité est devenue un besoin presque vital.

Quant à internet, il faitpartie de notre quotidien.

Mais est-ce un besoin indispensable ? Il est permis de penser qu’à l’heure actuelle l’homme puisse se passer de cette création, mais qu’ensera-t-il demain ? Les faux besoins d’aujourd’hui deviendront les vrais demain… En définitive, la distinction entre vrais et faux besoins reste trouble étant donné que chaque besoin, même le plus futile, sert à assouvir les désirs de chacun.Cependant, le désir se distingue du besoin dans la mesure où l’insatisfaction d’un désir qui est la recherche d'un objet que l'on imagine ou que l'on sait être source debien-être, n’est pas mortelle, tandis que certains besoins vitaux frustrés conduisent à la mort.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles