Devoir de Philosophie

Théorie de la reconnaissance dans la philosophie de Hegel

Extrait du document

« - Les luttes culturelles ne vise pas que la reconnaissance identitaire mais aussi une dimension économique. Ex : se battre pour le mariage c’est se battre aussi pour les avantages économiques qui en découle. → Concept reconnaissance selon Honneth est unifié et consiste à partir du pov des individus (vie mentale, subjective, sens qu’ils donnent à leur revendications) pour comprendre leur lutte d’un pov social. Permet de comprendre les attentes subjectives des individus = reconnaissance et redistribution. → Concept reconnaissance intègre une dimension inter subjective et une compréhension interactionniste des sociétés. Part de la conception inter subjectives des individus pour comprendre le fon ctionnement des sociétés. 4) La source hégélienne Hegel dans la phénoménologie de l’esprit section B Chapitre 4A qui concerne la conscience de soi. Honneth s’appuie sur la philosophie hégélienne du droit pour ce concept. (Plan du cours : I- Le concep t de reconnaissance dans la phénoménologie de l’esprit de Hegel. Expliquer ce concept par le mouvement de la reconnaissance et l’absence de reconnaissance. II- Philosophie du droit de la maturité, comment ce concept reste fondamental bien qu’il ne soit pa s thématiser aussi centralement que dans la phénoménologie de l’esprit . III - Réflexion et présentation de la réactualisation du concept chez Honneth.) Lire deux textes de Hegel. 5) Hegel : une pensée systématique Philo systématique, tout appartient à un ensemble. Pourquoi ? Il a une conception holiste de la vérité → un énoncé seul ne peut prétendre à la vérité, il est insuffisant, unilatéral s’il est isolé. Pour montrer qu’un énoncé est vrai il faut le mettre en rapport avec d’autres, d’e xpliciter son contenu et de l’insérer dans un ensemble totalisant. Premier élément conception hégélienne = « le vrai est le tout ». Forme du système : pas déductif ou architectonique organisé autour de grands principes structurés en raison de la conceptio n holiste. Dans ce genre de pensée un principe est une proposition fondamentale établie et dont toutes les autres découlent. Impossible dans conception holiste car pas de principes isolé. « Le vrai est le résultat » : le vrai c’est un ensemble de propositi ons et pas le point de départ, un principe dont tout découle. «le vrai est le tout mais le tout est simplement l’essence s’achevant par son développement, il faut dire de l’absolu qu’il est essentiellement résultat qu’il n’est qu’à la fin ce qu’il est en s a vérité. » Donc il faut recourir à une forme systématique particulière. • 1ère partie du système : Science de la logique = science de l’idée = le système de toutes les catégories générales de tout ce qui structure la pensée et la mise en évidence de leur unilatéralité (ne fonctionnent pas seule, sont insuffisantes). Commence avec la catégorie la plus générale = l’être, qu’e st ce qui est contenu dans l’être, dans ce contenu de pensée, qu’est ce qui est penser dans cette pensée ? l’être = l’absence de détermination, donc elle se renverse dans son opposé, le néant deuxième catégorie. Dialectique = contradiction immanente (vient de l’intérieur du concept) et elle est productive car elle permet de passer à une autre catégorie.) • 2ème partie : la philo de la nature = système des catégories des pensée qui permettent de penser la nature. • 3ème partie = philosophie de l’esprit = étude de la manière dont l’esprit prend progressivement conscience de son essence. Or l’essence de l’esprit c’est la liberté pour Hegel. Liberté = auto détermination + être chez soi ; »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles