Devoir de Philosophie

Union chrétienne-démocrate (Allemagne) (partis politiques).

Extrait du document

allemagne
Union chrétienne-démocrate (Allemagne) (partis politiques). 1 PRÉSENTATION Union chrétienne-démocrate (Allemagne) (Christlich-Demokratische Union, CDU), un des deux grands partis politiques allemands, aux côtés du Parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD), fondé en 1945. 2 FONDATION ET ORGANISATION DE LA CDU 2.1 La CDU et la CSU, en Bavière La CDU est fondée indépendamment à Berlin et en Rhénanie, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans les zones d'occupation alliées. Elle apparaît comme une renaissance du Zentrum (« Centre catholique «), le parti se réclamant du catholicisme sous l'Empire et sous la République de Weimar mais, contrairement à celui-ci, la CDU réunit des catholiques et des protestants. C'est un parti interconfessionnel. Entre 1946 et 1949, la CDU s'organise au niveau régional, puis elle se rassemble au niveau fédéral en 1950. Néanmoins, en Bavière, la CDU constitue l'Union chrétienne sociale (Christlich Soziale Union, CSU), d'inspiration plus conservatrice ; la CSU et la CDU forment ensemble un groupe parlementaire au Bundestag. L'organisation de jeunesse de la CDU est la Junge Union Deutschlands (JU). Au début des années 2000, la CDU comptait 630 000 adhérents. 2.2 La CDU et la CDUD, à l'Est Dès 1947, les relations avec l'Union démocrate chrétienne d'Allemagne (Christlich Demokratische Union Deutschlands, CDUD) de la zone d'occupation soviétique sont interrompues. La CDUD se trouve par conséquent réduite à devenir l'un des partis du bloc du « Front national «, sous la direction du Parti socialiste unifié (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED). Il faut attendre la réunification de l'Allemagne pour voir fusionner la CDUD et la CDU (manifeste de réunification de 1990). 3 LIBÉRALISME ÉCONOMIQUE, VALEURS CHRÉTIENNES ET EUROPÉENNES Dans le programme d'Ahlen (1947), à connotation anticapitaliste, la CDU revendique la socialisation des industries clés et un fort droit de cogestion pour les salariés. Mais, dès 1948, Ludwig Erhard impose a...

« Franz Josef StraussFranz Josef Strauss (1915-1988) est l'un des fondateurs du parti démocrate-chrétien bavarois, la Christlich-Soziale Union (CSU), dontil a été élu secrétaire général en 1949 puis président en 1961. Après avoir occupé les postes de ministre de la Recherche atomique(1953-1956), de la Défense nationale (1956-1962), et des Finances dans un gouvernement de coalition (1966), il a été ministre-président de Bavière, son Land natal, de 1978 à sa mort en 1988.Il est ici photographié en 1980 lors d'un meeting des démocrates-chrétiens.Bettmann/Corbis La CSU pour sa part a notamment été dirigée par Franz Josef Strauss (1961-1988), par Edmund Stoiber (1999-2007), candidat malheureux de la CDU-CSU à la chancellerieen septembre 2002 et, à partir de 2007, par Erwin Huber. 4.2 La CDU au pouvoir (1949-1969 et 1982-1998) À partir de 1949, la CDU constitue l’une des deux forces politiques majeures en Allemagne de l’Ouest, aux côtés du Parti social-démocrate allemand ( Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD). Elle gouverne le pays de 1949 à 1969 et de 1982 à 1998. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les trois premiers chanceliers de la République fédérale d’Allemagne (RFA) appartiennent à la CDU : Konrad Adenauer (1949-1963), Ludwig Erhard (1962-1966) — il forme une coalition avec le Parti libéral ( Freie Demokratische Partei, FDP) — et Kurt-Georg Kiesinger (1966-1969) — à la tête d’une « grande coalition » comprenant des libéraux du FDP et des sociaux-démocrates du SPD, dont Willy Brandt en tant que vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères. La CDU revient au pouvoir en 1982, sous la direction d’Helmut Kohl, qui devient chancelier de la RFA avant de devenir le premier chancelier de l’Allemagne réunifiée à lasuite des élections législatives de décembre 1990. 4.3 La CDU dans l’opposition (1998-2005) En septembre 1998, la victoire du SPD aux élections législatives rejette la CDU dans l’opposition. Après seize ans de gouvernement chrétien-démocrate, la CDU obtient sonplus mauvais score depuis 1949 (35,2 p. 100 des voix), laissant place à l’alternance. La CDU demeure dans l’opposition au lendemain des élections législatives de 2002 qui voient échouer le candidat bavarois, Edmund Stoiber (pour la seconde fois depuis1949, le candidat de la CDU à la chancellerie est issu des rangs de la CSU, après Franz Josef Strauss en 1980). Président du Land de Bavière depuis 1993, il axe sacampagne sur la question du chômage, mais ne parvient pas à l’emporter malgré un résultat extrêmement serré (un peu plus de 8 000 voix séparent la CDU du SPD). Enprogression de 3,4 points, la CDU recueille 45,9 p. 100 des voix (248 sièges), tandis que la coalition rouge-verte, dirigée par Gerhard Schröder, est reconduite. Mais, dansun contexte de crise économique et de réformes sociales mises en œuvre par le gouvernement Schröder et mal acceptées par la population, la CDU remporte une largevictoire lors des élections européennes de juin 2004. Avec 36,5 p. 100 des suffrages (49 sièges), elle s’impose devant le SPD qui obtient 21,5 p. 100 des suffrages(23 sièges). 4.4 La grande coalition CDU-SPD (2005- ) Angela MerkelEngagée en politique à partir de 1989, à l'est de l'Allemagne, Angela Merkel est forte d'une carrière politique exemplaire accomplieauprès d'Helmut Kohl, comme ministre de la Famille et de la Jeunesse (1991-1994) puis de l'Environnement (1994-1998), et commeprésidente de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) à partir de 2000. À la suite des élections législatives anticipées de 2005 qui voientune très courte victoire de la CDU, elle prend la tête le 22 novembre 2005 d'une grande coalition CDU-SPD, la seconde du genre dansl'histoire de l'Allemagne. Première femme à accéder à la fonction de chancelier, elle aussi la première responsable politique issue del'Est à parvenir au sommet de l'État.Fabig/Keystone Pressedienst GmbH »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles