Devoir de Philosophie

Grande-Colombie

Extrait du document

colombie

Grande-Colombie, État unitaire historique, mis en place en 1819 après l’effondrement de la domination espagnole et qui a chuté en 1830. La Grande-Colombie a couvert les territoires actuels du Venezuela, de Panamá, de la Colombie et de l’Équateur.

La libération de la Colombie par les armées vénézuéliennes (bataille de Boyacá, 7 août 1819) pousse le Congrès indépendantiste d’Angostura à déclarer, le 17 décembre 1819, la création d’un État puissant et étendu, la République de Grande-Colombie. Le nouvel État, qui doit réunir trois anciennes circonscriptions coloniales — la capitainerie générale du Venezuela, la Nouvelle-Grenade et la présidence de Quito — est une mesure contre le Pérou demeuré loyal à la métropole espagnole. Mais surtout, cette imposante construction a pour objectif de fonder une nation et une république dont les nouveaux cadres spatiaux et politiques rompent radicalement avec l’héritage colonial.

En 1821, avec la conquête de Caracas et la libération de l’Équateur (achevée en 1822), la Grande-Colombie devient une réalité politique. Le nouveau congrès de Cúcuta dote alors le pays d’une constitution unitaire, d’une capitale, Bogotá, et élit un président, Simón Bolívar.

Conçue comme l’amorce territoriale d’une grande union sud-américaine, la fragile utopie colombienne ne survit pas à son inspirateur Bolívar. En 1830, les caudillos vénézuélien, José Antonio Páez, et équatorien, Juan José Flores, font sécession, ce qui met un terme à la République de Grande-Colombie.

Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Liens utiles