Devoir de Philosophie

Les modèles idéologiques soviétiques et américains : convergences et divergences

Publié le 02/09/2012

Extrait du document

 

 

Henry Truman, alors président des Etats-Unis a dit : « le devoir des grands Etats est de servir et non de dominer le monde «.

Pourtant, les relations internationales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ont été marquées par une période de tension d’intensités variables  entre les deux grands vainqueurs du conflit ; les Etats-Unis et l’Union soviétique (URSS). Chacun des vainqueurs a développé un modèle idéologique, c’est à dire un ensemble d’idées sur lesquelles reposent les organisations sociales, politiques, économiques et culturelles de leurs peuples. Durant la période de la guerre froide, entre 1947 et 1989, les deux modèles n’ont cessé de vouloir étendre leur idéologie à leurs alliés tout en endiguant celle de leur adversaire.

Nous nous demanderons alors en quoi ces idéologies sont-elles si éloignées l’une de l’autre, et qu’est-ce qui finalement rapproche ces deux modèles ? Afin de répondre à ces questions, nous étudierons successivement les différents fondements sur lesquels reposent ces deux modèles puis les aspects qui finalement les rassemblent. 

 

I. Capitalisme et communisme : deux modèles que tout opposent.

 

Au lendemain de la guerre, les deux modèles sont mis en place, on retrouve deux sociétés que tout oppose, une société libérale et une société basée sur la dictature du prolétariat.

 

A) une démocratie libérale face à une dictature oppressive 

 

- Aux Etats-Unis, système de « cheks and balances «, les trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) pèsent le même poids aucun ne peut en renverser un autre. 

L’Influence des médias est très importante, elle constitue le quatrième pouvoir tant sa capacité de nuisance et de contrôle des trois autres est grande.

 

- Staline, met en place un système totalitaire qui vise à concentrer tous les pouvoirs entre ses mains. Il est le seul à prendre des décisions.  (Le parti communiste est le seul parti politique autorisé et tous les opposants sont expédiés dans des camps de travaux forcés, les goulags. Le journal communiste la PRAVDA est contrôlé par la propagande, etc.)

 

B) Le pluralisme politique face au régime du parti unique

 

- Aux Etats –Unis : démocratie libérale même sur le plan politique : tous les pouvoirs fédéraux et locaux sont élus au suffrage universel (150 000 élections par an)

Double séparation des pouvoirs : verticale (gouvernement fédéral et les 50 états) et horizontale (exécutif, législatif, judiciaire) Aucun pouvoir ne peut renverser l’autre.

 

- Deja sous Lenine, il y a un parti unique qui détient tous les pouvoirs et met en place sa dictature. Quand Staline lui succède, il ne tarde pas à concentrer tous les pouvoirs. Il impose l’idée selon laquelle il est le seul à être habilité à parler au nom du prolétariat. Il cumule les fonctions de premier secrétaire général du parti, président du conseil des ministres, et du commandant en chef de l’armée.

 

C) libéralisme et économie de marché contre planification et économie d’état : 

 

- Etats-Unis : économie libérale ou ultra-libérale, pays de la libre entreprise. 

Politique capitaliste, les Etats-Unis est le pays du business ou réussir ou réaliser son profit sont des buts en soi pour chacun. (Liberté d’entreprendre, etc.)

 

- URSS : politique communiste : une société sans classe sociale, fondée sur la mise en commun des moyens de production (sans propriété privée), la fin des classes sociales entraine la fin de l’état, et chacun est alors redistribué en fonction de ses besoins. 

 

D) Une liberté de culte totale en opposition à un état qui persécute les religions

 

- Les Etats-Unis est une nation laïque (1er amendement). Mais, conception ambiguë et particulière de la laïcité. Majorité de la population croyante et pratiquante et importance du sentiment religieux dans la société civile. 

Références explicites a dieu dans la sphère publique et politique (serment d’investiture du président, « in god we trust « sur les billets de banque, etc.)

 

- URRS : athéisme, interdiction de culte, les soviétiques doivent vivre pour le communisme. (Staline détruit un grand nombre d’églises orthodoxes). De plus,  Staline s’accompagne d’un véritables culte de la personnalité (des centaines de statues sont édifiées à sa gloire, des poèmes et des chansons officielles exaltent ses qualités) c’est donc lui que les soviétiques doivent vénérer. 

 

II. Deux empires avec des postures communes 

 

Ces deux idéologies n’ont au premier point de vue aucun point commun, tout semble les opposer, malgré tout, elles reposent quelque fois sur des fondements commun ou même parfois sur des valeurs communes.

 

A) Deux modèles de sociétés attractifs

 

- Pour une grande partie du monde, l’Amérique d’après guerre est une société d’abondance ou la publicité, le crédit et un mode de production basé sur le fordisme et le taylorisme entretiennent une consommation de masse ouverte aux classes moyennes. Un modèle économique et culturel diffusé par les soldats américains basés en Europe et par le plan Marshall. 

Cette image rend ce modèle attractif.

 

- URSS : Pour ceux qui viennent de subir le chômage des années 1930 et les privations de la guerre, la propagande communiste met en avant les avancées sociales : (gratuité de l’enseignement et de la médecine, abondance des installations sportives et culturelles, retraites précoces et absence de chômage)

 

B) Une volonté d’expansion : le messianisme

 

Pour les américains, le messianisme c’est la certitude que l’Amérique a une destinée manifeste, qu’elle a été élus par Dieu pour accomplir une mission particulière de se propager et de défendre les valeurs fondatrices de l’Amérique à travers le monde. Ces valeurs sont le libéralisme économique et politique, la démocratie, les droits de l’homme, etc. 

 

L’URSS considère que son modèle idéologique est universel et qu’il a vocation à défendre partout à travers le monde les intérêts des prolétaires en exportant la révolution communiste mondiale. 

 

C) Un point commun : la volonté d’endiguer le camp adverse.

 

Au lendemain de la guerre, le monde est bipolarisé, l’expansion du communisme d’une part et du modèle américain d’autre part incite chaque pays à choisir son camp, avec diverses méthodes… deux discours : 

 

- Truman propose une aide de 200 millions de dollars pour soutenir la Grèce et la Turquie menacé par le communisme. Politique du containtement (endiguement)

Avec le plan Marshall, Truman veut endiguer le communisme.

 

- Jdanov : réponse à la doctrine Truman : Kominform (bureau de liaison entre tous les parti communiste du monde) instrument de propagation.

Définit la nouvelle politique de l’URSS : combattre l’impérialisme occidental et Américain. 

 

 D) Un geste anti-démocratique : la mise à l’écart de tous éventuels opposants.

 

- URSS : Staline envoi tous les opposants réels ou potentiels par million dans des camps de travail forcé que l’on appelle goulag. 

Les anciens prisonniers de guerre qui ont pu subir, lors de leur captivité, la contamination des idées occidentales sont internés.

 

- Dans une moindre mesure, pour une période courte, aux Etats-Unis Truman ordonne une enquête sur la loyauté des fonctionnaires.

Pire encore, J.Maccarthy lance « la chasse aux sorcières « (le maccarthisme). 13 millions de personnes font l’objet d’une vérification de loyauté.

 

A l’apogée de leur puissance les modèles Américains et Soviétiques ont étendu leur influence sur la quasi-totalité de la planète partageant celle-ci en un monde bipolaire. Cette bipolarisation repose sur deux idéologies que, à première vue, tout oppose. Pourtant ces deux modèles sont nés d’une révolution, chacun d’un système remis en cause et considéré comme injuste. Ceci ne les a pas empêché de développer au sein de leur sphère d’influence des injustices et de faire naître des éléments propi

« - Truman propose une aide de 200 millions de dollars pour soutenir la Grèce et la Turquie menacé par le communisme. Politique du containtement (endiguement)Avec le plan Marshall, Truman veut endiguer le communisme. - Jdanov : réponse à la doctrine Truman : Kominform (bureau de liaison entre tous les parti communiste du monde) instrument de propagation.Définit la nouvelle politique de l’URSS : combattre l’impérialisme occidental et Américain. D) Un geste anti-démocratique : la mise à l’écart de tous éventuels opposants. - URSS : Staline envoi tous les opposants réels ou potentiels par million dans des camps de travail forcé que l’on appelle goulag.Les anciens prisonniers de guerre qui ont pu subir, lors de leur captivité, la contamination des idées occidentales sont internés. - Dans une moindre mesure, pour une période courte, aux Etats-Unis Truman ordonne une enquête sur la loyauté des fonctionnaires.Pire encore, J.Maccarthy lance « la chasse aux sorcières » (le maccarthisme). 13 millions de personnes font l’objet d’une vérification de loyauté. A l’apogée de leur puissance les modèles Américains et Soviétiques ont étendu leur influence sur la quasi-totalité de la planète partageant celle-ci en un mondebipolaire. Cette bipolarisation repose sur deux idéologies que, à première vue, tout oppose. Pourtant ces deux modèles sont nés d’une révolution, chacun d’unsystème remis en cause et considéré comme injuste. Ceci ne les a pas empêché de développer au sein de leur sphère d’influence des injustices et de faire naître deséléments propi »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles