Devoir de Philosophie

L'homme est-il naturellement artiste ?

Extrait du document

On pense souvent qu'un artiste est une personne étrange, marginale, oisive, qui fait « n'importe quoi « et a perdu le sens des réalités et des règles. En réalité, un artiste désigne celui qui est capable de réaliser une oeuvre créative et originale. Mais en consultant l'étymologie de cette expression, on constate qu'elle vient du latin Ars qui signifie savoir-faire, habileté. Ce terme s'oppose à « naturellement « qui vient de nasci, naître et peut donc signifier par les seules forces de la nature mais aussi par une conséquence naturelle. Nature est synonyme d'inné, de spontané, d'instinctif. Comment est-il possible alors qu'il existe un savoir-faire complètement inné. Est-ce le simple génie que possède l'artiste qui lui permet cette habilité instinctive ou l'homme est-il simplement artiste à la force de son travail et de son talent ? Est-ce véritablement possible d'être à la fois homme et artiste ?    Selon l'opinion générale, c'est une inspiration hors norme ou un talent exceptionnel qui permet à l'artiste de produire des chefs d'oeuvre ou des oeuvres d'art, on appelle cela le génie. Cette notion est aussi appliquée aux scientifiques mais ceux-ci ne peuvent pourtant pas être qualifiés d'artistes. En effet, un scientifique pourra faire une découverte au même moment qu'un autre alors que l'artiste produira toujours une oeuvre originale, sans quoi elle ne sera pas une oeuvre d'art. L'artiste trouve alors sa spécificité dans son aptitude à la création complète, à son originalité innée. Son talent est si grand qu'il dépasse la simple technique car une oeuvre d'art offre une unité totale, elle ne peut pas être décomposée en une forme et une matière, elle paraît se produire d'elle-même, à l'image de la nature. L'oeuvre d'un artiste ne doit pas témoigner d'un travail difficile, et même si elle est le fruit d'un long travail, elle doit sembler avoir été réalisée sans arrêt, de l'idée à la expression de celle-ci sous la forme d'une oeuvre. L'artiste est incapable d'expliquer comment il trouve son inspiration et quelles règles il applique pour réaliser son oeuvre et c'est en cela que son génie est naturel. Son aptitude à sublimer et à exprimer une émotion de façon singulière est pour lui impossible à définir concrètement et pourtant, il est capable de définir son propre style, sa propre identité au travers de ces oeuvres sans pour autant savoir d'où cela provient. On peut donc considérer que l'artiste parle un autre langage en plus de la parole donnée à tout homme, langage que certains amateurs d'art ne parlent pas mais comprennent.    A l'issue du XVIIIème siècle, les oeuvres d'art n'ont plus de fonction ni religieuse, ni pédagogique, ni décorative, on peut alors considérer qu'elles ne sont plus naturelles dans le sens où elle ne sont plus à l'image de la nature car tout dans la nature a une fonction bien précise. Elle sont alors simplement une réalisation technique complexe qui permet de transmettre sous une autre forme que la parole un message, une émotion. L'exemple de Vinci contredit lui aussi fortement l'opinion qui affirme que l'art est totalement éloigné de la technique et du domaine scientifique, et que celui-ci est strictement naturel. Celui-ci a écrit « il appartient à l'esprit, c'est à dire à l'entendement de juger de la beauté parce que juger de la beauté c'est juger de l'ordre, de la proportion et de la justesse «, il intellectualise la peinture en affirmant qu'elle doit satisfaire des proportions mathématiques ce qu'il applique dans ses oeuvres d'art et notamment dans le Portrait de Mona Lisa, une oeuvre au succès intemporel et mondialement incontesté. Celui-ci était aussi un scientifique reconnu qui a apporté de grands progrès techniques, il est bien la preuve que l'art n'existe pas sans technique. Néanmoins, l'oeuvre de Vinci pose un autre problème : en effet celui-ci n'a jamais travaillé seul, il n'a fait, pour la majeure partie de ses oeuvres, que les esquisses et une partie seulement du tableau, ceux-ci étant quasi systématiquement terminés par ses élèves. Dans ce cas, on peut se demander si en tentant de la transmettre à un autre notamment dans les écoles d'arts, l'originalité ne perdrait pas tout son sens. L'oeuvre de de Vinci pourrait alors être contestée puisqu'il n'en est pas l'unique artiste et elle n'est donc pas le fruit de son simple génie mais aussi du talent de ses disciples. De plus, dans ces écoles, on apprend une certaine technique aux élèves, et on revendique une formation aux métiers de l'art, mais les métiers de l'art ne sont-ils pas tous fait par des artistes ? Si l'art nécessite une formation, il n'est évidemment pas instinctif et donc bien entendu pas naturel et les étudiants de ses écoles ne seraient pas des artistes pourtant de grands peintres comme Salvador Dali ont fait les Beaux Arts.  De plus, à l'issue du XXe siècle, on constate que certaines oeuvres nécessitent de passer par un concept et d'être expliquées ; l'oeuvre d'art a donc perdu sa « finalité sans fin « comme Kant l'appelait puisque sa forme ne suffit plus à exprimer entièrement son contenu. L'art n'est alors plus naturel puisque alors, contrairement à la nature, il ne remplit plus entièrement sa fonction par lui-même. Il est finalement impossible d'exprimer ses idées au travers d'oeuvres d'art sans aucune technique, ni savoir faire, or cela nécessite des acquis et du travail, le travail étant contre la nature de l'homme. En effet, le génie n'est rien sans la technique et la réalisation d'un chef d'oeuvre ne se fait pas sans travail. Seulement, l'homme n'est pas naturellement attiré par le travail, l'art va dans ce sens contre la nature. Le génie serait alors insufflée par la nature à l'artiste lui permettant un apprentissage plus aisé des techniques et une aptitude plus grande au travail qui s'accompagnerait d'une originalité certaine.    Une oeuvre d'art en plus de demander du génie et du travail demande de l'originalité, or qu'est-ce qui est original puisque tout est inspiré par la nature ? Doit-on nous contenter d'images sublimées de celle-ci ? Les spectateurs semblent se contenter d'une originalité relative puisque l'artiste n'invente rien car son inspiration, en plus d'être provoquée par des éléments de son quotidien, est conditionnée par sa culture, sa société et son parcours personnel, un artiste prend parti dans son oeuvre afin de transmettre un message. L'artiste comme définit par la philosophie antique n'existe pas puisqu'il est incapable d'atteindre l'originalité véritable. La finalité de l'art est elle, au delà de procurer du plaisir au spectateur, l'artiste tente par ce biais de transmettre une émotion, un message mais ce message peut être interprété différemment selon les époques ou la manière d'observer. L'art perd alors sa fonction de faire comprendre une idée plus facilement au commun des mortels. L'artiste semble ne jamais pouvoir atteindre son but ultime puisque comme tout homme il ressent une émotion qu'il voudrait transmettre au monde entier et ce par le beau, or celui-ci ne peut pas être universel car il est subjectif. L'artiste dépasse la nature, est en quelque sorte un surhomme puisque au travers de son art, il multiplie les émotions, surcroît le pouvoir qu'a la nature sur les émotions humaines, condense celle-ci dans son oeuvre. Il permet aussi d'une certaine façon de canaliser la peur de l'homme du temps qui passe en trouvant par l'art un mode de préservation du temps qui passe et qui n'est pas présent dans la nature.      La nature n'offrirait pas, par le biais du génie une porte vers une autre réalité ? L'artiste, en étant doté du génie, devient un être supérieur puisqu'il est doté d'une grande capacité de travail ainsi que d'un immense talent lui permettant de communiquer aux autres avec une autre langue un message. Mais ce message doit-il forcément être compris de la même manière par tous les spectateurs de cette oeuvre ? Il est évident que non, car l'artiste deviendrait un moralisateur utilisant ses oeuvres à cette fin, et ces oeuvres d'art devenant utiles ne seraient plus considérées comme tel. On peut donc conclure que selon la conception antique l'homme n'est pas véritablement naturellement artiste car un artiste doit travailler et que le travail est contre la nature humaine mais selon la conception moderne, l'artiste comme on le définit n'existe pas puisque l'art a perdu son sens esthétique et que la création pure n'est pas humaine.

Liens utiles