Devoir de Philosophie

La science ne vise-t-elle que la satisfaction de notre désir de savoir ?

Publié le 20/06/2022

Extrait du document

« La science ne vise-t-elle que la satisfaction de notre désir de savoir ? La Science, du latin scire, « savoir » désigne un ensemble de connaissances rationnelles, fondées sur la démonstration logique ou mathématique, ainsi que sur l’expérience (sciences expérimentales : physique, biologie, chimie…). Elle a pour finalité de saisir les lois qui structurent le réel. La science se présente, par son exigence d’objectivité et de preuves, comme un modèle de vérité en ce qui concerne la connaissance du réel sous toutes ses formes. Mais que vise la science ? Le verbe ” viser” dans cette question est le fait d’obtenir quelque chose de par son action. Ce qu’on peut obtenir avec la science, c’est la satisfaction, c’est-à-dire l’action de contenter un désir suite à un évènement passé qui est jugé positif par l’individu. Ce désir est caractérisé par la volonté de l’individu. C’est l’essence de l’homme : Spinoza souligne cette idée au XVII -ème siècle. Du latin desiderium, le désir en philosophie désigne le mouvement qui, au-delà du besoin en tant que tel nous porte vers une réalité que l’on se représente comme une source possible de satisfaction. Ainsi, le savoir, défini habituellement comme un ensemble de connaissances ou d'aptitudes reproductibles, acquises par l'étude ou l'expérience, peut-il être l’unique visée de la science ? “Ce n’est pas dans la science qu’est le bonheur, mais dans l’acquisition de la science”. D’après Edgar Allan Poe, le désir de savoir chez l’homme est une source de satisfaction qui entraine du bonheur, cependant nous allons voir par la suite que la science n’a pas qu’une seule et unique visée, ce qui nous amène à nous demander si la science est-elle uniquement utilisée afin de combler le bonheur des hommes. Ou bien celle-ci apporte en plus de la satisfaction, de grands changements sociétaux de par son utilité. Ainsi, dans un premier temps, nous étudierons comment la science satisfait les hommes. Ensuite, nous analyserons l’autre visée de la science, son but utile et ses mises en pratique révolutionnaires. Enfin, nous verrons les conséquences induites par les effets de la science sur les sociétés. En effet, la science vise la satisfaction de notre désir de savoir. Les hommes pratiquent la science pour comprendre le monde dans lequel ils vivent et pour améliorer leur condition de vie. Les sciences exactes et les sciences humaines permettent à l’homme de faire des avancées dans le savoir. Les sciences exactes sont les mathématiques, la physique ou la biologie. Ces sciences sont nécessaires pour approfondir les connaissances de l’homme dans des domaines encore méconnus. Par exemple, la découverte des fonds marins nécessite des postulats irréfutables et incontestables pour éviter les dangers potentiels liés à sa découverte. Toutes ces sciences sont donc des sciences de l’exactitude, incontestables. Les sciences humaines expliquent elles le monde dans lequel on vit, elles concernent l’homme en tant que personnage dans la société et l’homme en tant qu’individu. Ces sciences peuvent varier dans le temps et ne sont pas totalement vraies ou totalement fausses, une multitude de réponses existent pour une même question, à l’inverse des sciences exactes. Pour résumer, selon Henri Michaux, “toute science crée une nouvelle ignorance”, c’est à dire que les découvertes scientifiques servent entre autres à nous rendre conscient de l’étendue de notre ignorance, et c’est de cette ignorance que l’homme trouve satisfaction, en comblan son désir de savoir. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles