Devoir de Philosophie

c semblables espérances, étant déjà sur le déclin des ans ;

Extrait du document

c semblables espérances, étant déjà sur le déclin des ans ; mais si la fortune m'avait accordé un Etat assez puissant pour entreprendre ce grand dessein, je crois qu'en bien peu de temps j'aurais montré au monde tout le prix des institutions des Anciens ; et certes, j'aurais élevé mes Etats à un haut degré de splendeur, ou, si j'avais succombé, ce n'eût pas été du moins sans honneur'. 1. On rapprochera bien sûr cette péroraison de celle du Prince. NICOLAS MACHIAVEL À RICCIARDO BECHI (minute) Pour vous informer entièrement et dans tout le détail que vous désirez des choses d'ici concernant le frère (Savonarole), sachez qu'après les deux sermons déjà faits dont vous avez eu copie il a prêché le dimanche de carnaval, et après en avoir dit fort long, il a invité tous les auditeurs à communier le mardi gras en l'église de Saint-Marc ; il a ajouté qu'il allait prier Dieu pour qu'il voulût bien, si ce n'était pas lui-même qui avait inspiré les prédictions déjà faites, en donner une preuve éclatante. Ceci, au dire de quelques-uns, il l'a fait pour resserrer la cohésion de ses partisans et les rendre plus acharnés à le défendre, au cas où la nouvelle Seigneurie, déjà nommée mais non encore déclarée, lui serait adverse. La liste dont vous devez avoir eu connaissance en ayant été publiée lundi, il la vit composée pour deux tiers de ses ennemis ; comme d'autre part un bref du pape exigeait de la ville que Savonarole lui fût livré sous peine d'interdit et craignant qu'elle ne lui obéît, il décida, soit de son plein gré, soit sur l'avis de quelque autre, de cesser sa prédication à Sainte-Réparate pour la poursuivre à Saint-Marc. Le matin même du jeudi où la Seigneurie entra en fonctions, il déclara à Sainte-Réparate que pour faire cesser le scandale et pour sauvegarder l'honneur de Dieu il cédait la place et invitait ses auditeurs, les hommes à venir l'écouter à Saint-Marc, les femmes à aller à San Lorenzo écouterfra Domenico'. Notre frère se trouva

« NICOLAS MACHIAVEL À RICCIARDO BECHI (minute) Pour vous informer entièrement et dans tout le détail que vous désirez des choses d'ici concernant le frère (Savonarole), sachez qu'après les deux sermons déjà faits dont vous avez eu copie il a prêché le dimanche de carnaval, et après en avoir dit fort long, il a invité tous les auditeurs à communier le mardi gras en l'église de Saint-Marc ; il a ajouté qu'il allait prier Dieu pour qu'il voulût bien, si ce n'était pas lui-même qui avait ins- piré les prédictions déjà faites, en donner une preuve éclatante. Ceci, au dire de quelques-uns, il l'a fait pour resserrer la cohé- sion de ses partisans et les rendre plus acharnés à le défendre, au cas où la nouvelle Seigneurie, déjà nommée mais non encore déclarée, lui serait adverse. La liste dont vous devez avoir eu connaissance en ayant été publiée lundi, il la vit composée pour deux tiers de ses ennemis ; comme d'autre part un bref du pape exigeait de la ville que Savonarole lui fût livré sous peine d'inter- dit et craignant qu'elle ne lui obéît, il décida, soit de son plein gré, soit sur l'avis de quelque autre, de cesser sa prédication à Sainte-Réparate pour la poursuivre à Saint-Marc. Le matin même du jeudi où la Seigneurie entra en fonctions, il déclara à Sainte-Réparate que pour faire cesser le scandale et pour sauve- garder l'honneur de Dieu il cédait la place et invitait ses audi- teurs, les hommes à venir l'écouter à Saint-Marc, les femmes à aller à San Lorenzo écouterfra Domenico'. Notre frère se trouva »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles