Devoir de Philosophie

Fiche de Lecture "La terre des Peaux-Rouges" de Philippe JACQUIN

Publié le 10/03/2022

Extrait du document

lecture

« Fiche de lecture  JACQUIN Philippe, « La terre des Peaux-Rouges », Collection Découverte Galimard (n°14), Série Histoire, Galimard, 2eme édition, Italie, 2000. « La terre des Peaux-Rouges », est un livre de l’ethnologue et anthropologue Philippe Jacquin, paru une première fois en 1987, puis dans une seconde édition en 2000 dans la collection Découverte de Gallimard. Avec ce titre évocateur, « La terre des Peaux-Rouges », et l’utilisation du nom employé autrefois pour désigner les Nord Amérindien, l’auteur nous dresse une Histoire de ceux-ci, en particulier, à partir de l’arrivée des premiers colons européens. Ce sujet constitue alors, pour l’auteur, un thème récurrent dans ses différents ouvrages scientifiques. En effet, historien, Philippe Jacquin (1942-2002) fut professeur d’anthropologie américaine à Lyon et spécialiste de l’Ouest Américain et de la question nord amérindienne. Ces études s’intéressent au pirates, cow-boys ou indiens, ses compagnons de jeu lorsqu’il était enfant, mais aussi à ces marginaux et pourtant essentiels de l’Histoire. Cela le pousse à effectuer de nombreux séjours en terre amérindienne, auprès des dernières tribus et à remettre en cause tout le savoir que l’on pensait acquis sur la question : « Le thème traditionnel de l'indigène errant dans une nature vierge, démuni de tout savoir-faire et de toute technologie, mérite d'être revu. », disait-il. Quant à ses trouvailles et réflexions, Jacquin cherche à sensibiliser et informer le plus grand nombre, universitaires comme à la société dans son entièreté, ce qui en fait un de ces auteurs vulgarisateurs de sciences et particulièrement, d’Histoire. Ainsi, le livre qui nous est présenté entre dans cette vision de « parler à tous », de par l’abondance de documentations iconographiques qui accompagnent le texte, bien que ce caractère soit spécifique à la collection Gallimard Découverte dans laquelle est publié l’ouvrage. Ceci nous conduit à construire une analyse critique de cette lecture en nous penchant sur la question de la mise en avant de cette population des « oubliés » de l’Histoire puis par la mise en forme des informations destinées à son public très large. Dans cette ouvrage, l’auteur, en tant que très fervent défenseur de la cause indienne et plus largement, de la représentation des minorités, s’attarde à bâtir son « Histoire » du point de vue des Indiens et de l’impacte qu’ils ont pu laisser dans l’Histoire des Etats-Unis. En effet, dès le début du livre, on sent cette volonté de placer l’Indien au premier rang de la réflexion historique et à démonter une idée tenace dans l’imaginaire collectif en montrant la mixité et la complexité totale qui forme la population Nord Amérindienne. Ainsi, les portraits de grands chefs de tribus peints par George Catlin qui nous sont présenté des pages 3 à 9 peuvent montrer deux choses : premièrement, ce que nous avons déjà cité, la multitude de cultures et de nations qui jonchent le territoire Nord- »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles